Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Angola : le CICR visite des détenus de sécurité

22-02-2001 Communiqué de presse 01/07

Le CICR a visité le 15 février un groupe de 19 personnes détenues à la base militaire de Catumbela, près de Lobito, en relation avec le conflit qui oppose les forces armées angolaises à l'UNITA. Ce groupe comprend des civils et des combattants capturés lors d'affrontements, ainsi que des personnes qui se sont rendues de leur plein gré aux autorités.

Les délégués ont pu s'entretenir en privé avec les détenus afin d'évaluer leurs conditions de détention et le traitement qui leur est accordé. La confidentialité et les modalités de visite ont été respectées par les autorités de la base, qui se sont montrées très coopératives. En complément, le CICR procédera prochainement à une distribution d’articles d'hygiène.

Des visites à des personnes privées de liberté en relation avec le conflit sont effectuées depuis un certain temps déjà par les délégués du CICR dans différents lieux de détention du pays.

Les activités de protection du CICR ne concernent pas uniquement les personnes détenues. Dans le Planalto central, où le CICR est très actif, et dans les provinces les plus reculées du pays, les délégués recueillent systématiquement des informations sur des questions relatives à la protection des populations civiles. Des interventions confidentielles sont ensuite faites auprès des autorités civiles et militaires afin de les sensibiliser aux excès dont peuvent être victimes les populations civiles vivant près des zones de conflit.

Par ailleurs, des Angolais fuyant les combats continuent d'affluer dans les pays voisins comme la République démocratique du C ongo, la Zambie et la Namibie. Les échanges de nouvelles familiales – par le biais de messages Croix-Rouge, qui restent souvent le seul moyen de communication des familles dispersées – se sont donc considérablement intensifiés ces derniers mois. On assiste aussi à une augmentation des échanges de messages entre Congolais réfugiés en Angola et leurs proches restés en République démocratique du Congo.

Enfin, plusieurs séances de sensibilisation au droit international humanitaire ont été organisées dans des bases de l'armée et de la défense civile, ainsi que dans des postes de police. L'accent y est mis avant tout sur le respect de la population civile et de ses biens, ainsi que sur la protection qui doit être garantie aux combattants ennemis blessés ou capturés.