Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Paroles prononcées par Patrick Mueller, lors de la cérémonie à la mémoiredes six collaborateurs du CICR tués en République démocratique du Congo

02-05-2001 Déclaration

 
In memoriam  

           

     

  Cérémonie de deuil  

  et de recueillement,  

  Genève le 2 mai 2001.  

  Discours  
    CICR  
   
Jakob Kellenberger    
Gillian Biddulph Ackermann    
Alexis Kabanga    
Juan Martinez    
Hanna Mollan    
Patrick Mueller    
Yacine Sar  

     

  HCR  

 
Soren Jessen-Petersen  

  Biographies  

 
de nos collègues  

  Communiqué de presse  

 
27 avril 2001  

  Chronologie des activités  

 
Le CICR au Congo (RDC)





Cher Julio

Face à une épreuve si terrible, les mots nous manquent. Ces mots si importants pour toi. Ton petit calepin que tu portais toujours avec toi renfermait tous les gags, expressions, poésies, que tu aimais immortaliser sur papier au gré de tes rencontres. C'est aussi au travers de deux expressions que tu prononçais si souvent et qui nous amusaient particulièrement que nous nous rappellerons à jamais ta personne.

  "I mean"..... Je pense. Je pense...donc je suis. Oui Julio, tu es et tu resteras à jamais dans nos coeurs. Comment oublier ta joie de vivre si communicative, ton sourire malicieux, ta gentillesse sans retenue, ton incroyable dévouement pour assouvir la douleur et la peine de toutes les victimes que tu rencontrais presque quotidiennement, ton accent espagnol qui nous rappelais la chaleur du sud.

Tu étais aussi un amoureux de la qualité, la qualité dans tes rapports humains, la qualité dans ton travail, la qualité dans ce que tu achetais et donnais, la qualité dans ton humour, la qualité dans ta personne... une personne de qualité.

" Clac Clac", des mots secs qui nous font un mal terrible. Clac clac, comme une porte qui se ferme, comme le début d'une scène d'un film d'horreur, clac clac comme ta mort si subite. Aujourd'hui notre émotion est grande, de te savoir victime de cette cause qui t'était si chère. Comment accepter ce destin si tragique ? Tu nous laisse meurtri, avec pour seul réconfort les délicieux souvenirs que nous gardons de toi.

Au nom de tous tes collègues du Congo-Est, nous aimerions te dire merci Julio, merci mille fois pour tout ce que tu nous as apporté.

  Patrick Mueller  

  Admistrateur à Goma