Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Éthiopie : des secours pour plus de 2 000 invalides de guerre

27-09-2001 Communiqué de presse 01/38

Au cours des 12 derniers mois, le CICR a contribué à équiper plus de 2 000 invalides de guerre de membres artificiels et d'appareils orthopédiques grâce à un projet inédit de services de soutien aux patients ou projet PSS (Patient Support Services). Ainsi l'institution finance-t-elle des services comme la fabrication de prothèses, l'appareillage et la rééducation physique des invalides. Le coût moyen d'un membre artificiel produit en Éthiopie est de 850 birr éthiopiens (100 dollars des États-Unis).

Le projet PSS a pour but de favoriser le maintien des centres d'appareillage orthopédique existants et de les encourager à devenir plus autonomes, et cela, grâce à un système de recouvrement des frais et à la génération de revenus obtenus par la prestation de services aux victimes de la guerre. Les spécialistes du CICR visitent régulièrement ces centres et donnent des conseils techniques au personnel. L'importation de matériaux modernes de Suisse a permis d'améliorer la qualité des membres artificiels produits localement. Le CICR a fait don d'une série de matériaux aux centres d'Addis-Abeba, Mekele, Dessye et Harar.

L'institution a aussi lancé un programme qui doit permettre aux personnes qui ont besoin de membres artificiels d'avoir accès aux centres. Pour cela, elle paie le transport et l'hébergement de ces personnes pendant leur séjour dans les centres. Zineth, une jeune femme d'une vingtaine d'années, avait eu la jambe gauche grièvement brûlée lors d'une explosion il y a quatre ans et ne pouvait se déplacer qu'à l'aide de béquilles en bois. «Les gens me regardaient comme si je n'avais plus rien d'humain», raconte-t-elle, se faisant l'écho de nombreuses autres victimes. «Maintenant, j'ai une prothèse stable et confortable. Je n'ai plus besoin de béquilles et je peux retourner à l'école sans avoir honte de me montrer.»

Le CICR encourage les autres organismes internationaux et les milieux d'affaires éthiopiens à participer au projet afin de garantir le même niveau de services sur le long terme. À ce jour, il a investi quelque 530 000 dollars dans ce projet.