Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Le CICR rapatrie des prisonniers de guerre érythréens

03-11-2001 Communiqué de presse 01/49

Genève (CICR) – Vingt-trois prisonniers de guerre érythréens ont été rapatriés d'Éthiopie, le samedi 3 novembre, sous les auspices du Comité international de la Croix-Rouge (CICR). L'opération s'est déroulée au pont qui traverse le fleuve Mereb, entre les villes de Rama (Éthiopie) et d'Adi Quala (Érythrée).

Ces prisonniers de guerre avaient été régulièrement visités par les délégués du CICR pendant leur captivité dans le camp d'internement de Dedessa. Tous avaient exprimé au CICR leur souhait de retourner dans leur pays et avaient quitté Dedessa par autocar le 31octobre.

Les délégués du CICR basés en Éthiopie ont accompagné les prisonniers de guerre jusqu'à la frontière, au fleuve Mereb. Ils y étaient attendus par les collaborateurs du CICR en poste en Érythrée, qui les ont ensuite remis aux autorités érythréennes.

Le dernier rapatriement de prisonniers de guerre érythréens depuis l'Éthiopie avait eu lieu le 11 mars 2001, lorsque 242 prisonniers sont retournés chez eux sous les auspices du CICR. Depuis décembre 2000, le CICR a organisé le retour de 879 prisonniers de guerre érythréens (en comptant le rapatriement d'aujourd'hui) et de 653 Éthiopiens. Lorsque l'accord de paix avait été signé entre l'Éthiopie et l'Érythrée, le 12 décembre 2000 à Alger, le CICR avait enregistré et visitait quelque 2600 prisonniers de guerre érythréens et environ un millier de prisonniers de guerre éthiopiens.

En vertu de la IIIe Convention de Genève, qui régit le traitement des prisonniers de guerre et dont il est expressément fait mention dans l'Accord d'Alger, les anciens belligérants ont l'obligation de libérer et de rapatrier sans délai tous les prisonniers de guerre après la fin des hostilités actives.

L'Accord d'Alger confie au CICR, qui a pour mandat de promouvoir le respect des Conventions de Genève, la mission de superviser la libération et le rapatriement des prisonniers de guerre. Le CICR contribuera à faciliter les rapatriements et fera tout son possible pour persuader l'Éthiopie et l'Érythrée de respecter pleinement la IIIeConvention de Genève et de libérer et rapatrier rapidement tous les prisonniers de guerre restants.