Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Les activités du CICR en République démocratique du Congo

30-09-2001

  Faits essentiels, juillet - août - septembre 2001  

     

  Le CICR au Congo  

Le CICR dispose d'une délégation auprès du gouvernement à Kinshasa, et d'une mission auprès de l'opposition armée, à l'Est du pays. Les bureaux du CICR à l'Est se trouvent à Bukavu, Goma (siège de la mission), Kalemie, Kisangani et Uvira.
 
 
   
 
  Plaine de la Ruzzi : semences pour 15 400 familles  

Au Sud-Kivu, dans la plaine de la Ruzizi, le CICR a procédé à une vaste distribution de semences. Un total de 15 401 familles résidentes, soit 77 005 personnes des villages de Katogota, Luvungi, Bwegera, Mutarule, Sange et Runingu, ont bénéficié des distributions de semences vivrières ainsi que des outils aratoires. Chaque famille a notamment reçu un kit agricole comprenant: 7kg de haricot, 5kg de maïs, 5kg d'arachides. Cette distribution a duré toute la première semaine du mois de septembre. (voir ci-dessous)
 
 
   
 
  Nord-Katanga : assistance pour 8 200 familles  

Le CICR a assisté les populations de Kabalo, Nyunzu, et Manono, dans le Nord-Katanga. En tout, 41 000 personnes, ont bénéficié de distributions de semences, d'outils aratoires ainsi que d'un kit de réinstallation. Chaque famille a ainsi reçu 1 kit agricole composé de haricot, de maïs, d'arachides, 1kit maraichère, 1 houe, 3 couvertures, 1 jerrycan, 2 casseroles, 4 gobelets, 1 pagne de 6 yards et du savon. Les 241 mt ont été acheminés depuis Goma par un Hercules qui a effectué au total 15 rotations.

 
 
   
 
  Goma : des enfants réunifiés à leurs parents  

Le 5 septembre 2001, le petit Célestin a retrouvé sa famille dont il était séparé, depuis octobre 1996, à cause de la guerre. Cette réunion de famille entre Kinshasa et Goma, comptait 27 enfants qui quittaient Goma pour retrouver leurs parents à Kinshasa, alors que 10 quittaient Kinshasa pour Goma. Le 11 septembre, ce sont 17 enfants que le CICR a ramenés à leurs parents, de Goma vers Lubumbashi. Au cours de ces 3 derniers mois, 54 enfants ont été réunifiés à leurs parents entre l'Est et l'Ouest de la RDC.

 
 
   
 
  Sud-Kivu : aide aux centres de santé  

Le centre de santé de Runingu est l'une des 3 institutions médicales de la plaine de la Ruzizi, dans le Sud-Kivu, qui bénéficient de l'assis tance médicale du CICR. Sur les hauts plateaux, le centre de santé de Minembwe a reçu du CICR, une assistance en médicaments et un appui dans le transport des vaccins, lors des journées nationales de vaccination. Actuellement, 10 centres de santé assistés par le CICR, répondent quotidiennement aux besoins d'une population estimée à 90 000 personnes vivant en RDC Est.
 
 
   
 
  Kisangani : le CICR partenaire de la Regideso  

Le 15 août dernier, le CICR a procédé à l'inauguration de la station de traitement d'eau de Darma, à Kisangani. Ce projet - qui permet de desservir en eau potable la population de toute la Rive Gauche - a été réalisé en collaboration avec la Regideso, le maître d'oeuvre de ce projet financé par le CICR. Notre équipe eau et assainissement travaille au captage des sources qui approvisionnent cette station de traitement d'eau depuis 1999.
 
 
   
 
  Formation  

A la fin septembre, le formateur secouriste du CICR s'est rendu a Nyunzu au Nord-Katanga où il a dispensé des séances de formation aux secouristes de la région.

Les épreuves ont porté sur la santé commu- nautaire, l'histoire du Mouvement et le secourisme. Le travail a été effectué dans le but de renforcer la CR de Nyunzu, ville qui compte plus de 230 secouristes.

Au mois de juillet, une session de formation des chefs d'équipes a été organisée à Lusambo, avec la participation de 50 volontaires de la CRRDC.
 
 
   
 
  Medical  

L'équi pe médicale du CICR basée à Kisangani a poursuivi son assistance aux centres de santé isolés de la région d'Anzi et d'Opala. (photo).

De plus, l'appui mensuel aux services de chirurgie des hôpitaux généraux de référence de Kisangani, d'Uvira ainsi que celui de la SNCC Kalemie a con- tinué.

Ces hôpitaux ont reçu la visite en août du spécialiste en chirurgie de guerre, qui a travaillé avec les chirurgiens locaux lors d'une semaine de formation dans les 3 villes.
 
 
   
 
  Transport  

Le DC3 du CICR (photo) a été infatigable au cours de ce dernier trimestre. L'appareil construit en 1944, a volé 260 heures et transporté plus de 660 passagers. Ses trois membres d'équipage ont atterri plusieurs fois sur des pistes de terre, de sable ou de tarmac, que ce soit à Nyunzu ou bien à Pepa ou encore à Lomela.

L'avion a aussi transporté plus de 67,000 kg de cargo à travers la région, dont des produits chimiques pour les usines de traitement d'eau de Kisan- gani.

Quant au Hercules utilisé au N-Katanga, il a transporté plus de 300,000 kg.
 
 
  Détention  

Au cours   du dernier trimestre le CICR a visité plus de 500 détenus dont une vingtaine de femmes. Les délégués ont effectué 35 visites dans 26 lieux de détention dont six visites pour la première fois. 

Ces visites ont pour but de s'assurer que les personnes arrêtées en relation avec le conflit bénificient d'un traitement et de conditions de détention adéquats.

  Coopération  

Le CICR a contribué à l'organisation des élections au sein des comités provinciaux de la Croix-Rouge de l'Est de la RDC. Ces élections qui se sont déroulées du 21 août au 7 septembre, regroupaient les électeurs venus des territoires et districts de l'intérieur de chaque province.

Le vote a commencé à Kisangani, pour se poursuivre à Kindu et à Bukavu. Enfin le 7 septembre, jour de la fin des élections, c'était au tour des électeurs venus des territoires d'aller voter à Goma.

Le président national, basé à Kinshasa, a supervisé le vote, selon les statuts de la CRRDC.

  Prévention et diffusion du DIH  

Durant ce trimestre, le CICR a organisé plusieurs séances de diffusion du droit international humanitaire, le DIH. Dans le Nord-Katanga, le CICR a expliqué son rôle et ses activités aux autorités municipales, ainsi qu'aux troupes de l'ANC (Kongolo et Manono).

A Anzi, dans la province Orientale, une séance sur le DIH, ainsi que sur les activités du CICR, a été dispensée au profit de 50 officiers de l'ANC. D'autres séances ont été organisées, respectivement aux troupes des 13è, 14è et 15è bataillons de l'ANC, à Kisangani.

Depuis le début du mois de juillet, plus d'une centaine de membres des autorités politico-administratives de la commune de Bagira/Bukavu et de la ville d'Uvira, ont également assisté à des séances portant sur l'action du CICR et sur les fondements du DIH.
 
 
  LES CHIFFRES  

  • 46 217 messages croix-rouge ont été traités par notre réseau pendant ce dernier trimestre.

  • 180 blessés de guerre ont été soignés grâce au support matériel donné par le CICR.

  • 44 Kadogos, les enfants démobilisés, ont été réunifiés par l'entremise du CICR.

  • 116 volontaires collaborent avec le CICR dans son réseau messages croix-rouge.

  • 10 centres de santé en RDC-Est recoivent l'assistance du CICR.
     
     
      EQUIPE EAU ET ASSAINISSEMENT  
     
       
     
    Don d'un kit de réparation à la Regideso Bukavu, le 3 sept.2001
     

L'inauguration de la station de traitement d'eau de Darma, à Kisangani, a permis à la population de la commune de Lubunga -près de 100,0 00 bénéficiaires- de compter sur une eau de qualité. De plus, grâce à l'augmentation du nombre de sources, la réhabilitation des ouvrages de l'usine, la stabilisation de la ligne électrique et l'installation de deux nouveaux groupes motopompe, la quantité d'eau livrée aux consommateurs a doublé. Toujours à Kisangani, le CICR a donné des pièces détachées pour les équipements électromécaniques de la station de traitement d'eau Tshopo I sur la Rive droite.
 
 
Dans les grands centres urbains, l'appui aux stations de traitement d'eau de la Regideso a continué par la fourniture de produits chimiques, de pièces détachées, ainsi que par des travaux de réhabilitation (stations de Darma et Kalemie). Ce trimestre a vu également le démarrage de la première phase du projet de stabilisation de la turbine G3 à la Centrale hydroélectrique de la Tshopo, à Kisangani.
 
A l'extérieur des centres urbains, l'assistance a porté sur la réhabilitation de puits et d'adduction d'eau (plaine de la Ruzizi), la reprise et l'exécution des travaux de réhabilitation à l'Hôpital général de référence de Masisi et l'approvisionnement en eau de centres de santé soutenus par le CICR, comme à Minembwe et Sange.

Dans la plaine de la Ruzizi, les travaux de réhabilitation de l'adduction d'eau de Sange ont démarré par la fourniture de matériel de maintenance (tuyaux, outils, plomberie, etc..) ainsi que par la signature d'un protocole d'accord avec l'ACEPS (Association des consommateurs d'eau potable de Sange) pour le renouvellement de la masse filtrante des 5 filtres en place. Les travaux de connexion du centre de santé CEPAC, de Sange, au réseau de distribution d'eau ont également débuté. En outre, les puits de Mutarule et Bwegera ont été réhabilités (remises en fonction des pompes et désinfection).
 
 
  PLAINE DE LA RUZIZI  

  Après dix mois d'effort soutenu pour organiser une opération d'assistance dans la plaine de la Ruzizi, le CICR a procédé à une vaste distribution de semences. Plus de 15 400 familles habitant six localités différentes ont reçu cette assistance.

Mercredi, 5 septembre, jour le plus achalandé de l'opération distribution dans la plaine de la Ruzizi, 7000 familles de la ville de Sange recevaient à leur tour une assistance en semences. Il a fallu huit camions et l'aide d'une centaine de secouristes de la Croix-Rouge locale pour parvenir à répartir l'assistance contenue dans les véhicules. 

Vers la fin de la semaine, les délégués et les secouristes ont remis des sacs de semences à la population de Mutarule et de Bwegera. Vendredi matin, le CICR terminait la distribution par la petite ville de Runingo. L'équipe était fatiguée après cette longue semaine de distribution dont les préparatifs avaient commencé au mois de janvier dernier, une période où la plaine de la Ruzizi était isolée à cause de l'insécurité.
 
 
   
 

Après s'être assuré que l'ensemble des forces présentes dans cette région adhéraient à ce programme d'assistance aux victimes et s'engageaient à fournir au CICR les garanties de sécurité requises, le travail d'évaluation a débuté.

Ce travail d'évaluation a été mené par l'agronome Jean-Pierre Soumah et son équipe. " Nous avons fait le tour de la plaine afin de rencontrer des ménages. Notre objectif était de chercher à comprendre leur stratégie de survie, leur accès à la nourriture ainsi que leur accès à la terre " . L'équipe s'est ensuite appliquée à voir la spacialisation des champs, leur disposition, les différentes cultures et les problèmes que les gens rencontraient pour accéder aux semences. Le constat qui s'est dégagé est que les gens de la plaine avaient un problème d'accès à des semences de qualité.

Une étude de faisabilité du projet a ensuite commencé. L'aboutissement de cet exercice a été la décision d'aider la population de la plaine de la Ruzizi en semences vivrières.  " Nous voulions un programme qui favorise une certaine sécurité économique au niveau des ménages. Avec une assistance en semences, on s'inscrit dans la durée, car ces ménages peuvent se prendre en charge " a expliqué Jean-Pierre Soumah. 

Parallèlement au programme de semences, l'équipe médicale faisait de son côté une évaluation des besoins de la population. Elle a pris la décision d'aider des structures de santé. De l'autre côté, l'équipe eau et assainissement s'est concentrée pour fournir de l'eau propre à la population de la plaine.

 
 
" Lorsqu'on est arrivé ici, il y a dix mois, la plaine était plus isolée, c'est alors que nous av ons commencé à contacter toutes les forces en présence pour les convaincre du bien-fondé des activités du CICR " a expliqué Simon Brooks, le chef de la Sous-Délégation de Bukavu. Les rencontres se sont multipliées pendant plusieurs mois. Il y a eu contacts avec les différents acteurs. Le CICR les a rencontrés à maintes reprises afin d'obtenir les garanties nécessaires pour l'accès à certaines zones de la plaine. Au niveau des villages, les secouristes de la Croix-Rouge ont été très impliqués dans l'organisation de cette opération.