Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Premiers Etats Généraux de l’action et du droit international humanitaires - Programme (mis à jour le 10 décembre 2001)

13-11-2001

  1901 – 2001  

  Centenaire du prix Nobel de la Paix  

  Le principe de responsabilité  

  Paris – Assemblée Nationale  

  27 & 28 novembre 2001  

     

     

Quatre débats (cliquez plus bas pour le détail). Pour visionner une synthèse des débats, cliquez ici.  

  Mardi 27 novembre 2001  

  •   Premier débat  

09.15 – 12.30

  La responsabilité face aux nouveaux visages de la guerre  
  •   Deuxième débat  

14.30 – 18.00

  Abolir la guerre : une responsabilité politique  

  Mercredi 28 novembre 2001  

  •   Troisième débat  

09.30 – 12.30

  Protéger les victimes de la guerre : une responsabilité partagée  
  •   Quatrième débat  

14.30 – 18.00

  « L’avenir sanglant » ou le pessimisme de Dunant à l’aube du XXIème siècle    


    Page du Centenaire du Prix Nobel de la Paix100th Anniversary of the Nobel Peace Prize        
 

Organisés par le :

Comité international de la Croix-Rouge (CICR)

     

Avec le soutien de :

La Croix-Rouge Française,

Médecins sans Frontières,

Médecins du Monde,

Handicap international,

Action contre la Faim,

Première Urgence.

En partenariat avec :

La Présidence de l’Assemblée nationale,

Le Ministère français des Affaires Etrangères,

Le Ministère français de la Défense.

Sous le haut patronage de M. Raymond Forni, président de l’Assemblée nationale et de M. Hubert Védrine, ministre des Affaires étrangères.

     

  Mardi 27 novembre 2001  

 
 

  Premier débat  

09.15 – 12.30
      La responsabilité face aux nouveaux visages de la guerre
 

Les attentats terroristes aux Etats-Unis du 11 septembre dernier ont conduit à une prise de position inédite de la communauté internationale et au déclenchement d'une guerre menée par les Etats coalisés contre des entités privées dorénavant reconnues comme représentant une menace maje ure et permanente. Dans un tel contexte, le principe de responsabilité de toutes les composantes de la société – politiques, militaires, multinationales, humanitaires, faiseurs d'opinion – se pose avec une intensité accrue.

M. Raymond Forni, président de l'Assemblée Nationale,

M. Jakob Kellenberger, président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR),

M. Charles Josselin, ministre délégué à la coopération et à la francophonie,

M. Marc Gentilini, président de la Croix-Rouge Française,

M. Stéphane Hessel, ambassadeur de France,

M. Jean-Christophe Rufin, écrivain, chercheur,

M. Michel Camdessus, ancien président du Fonds monétaire international (FMI),

Mme Corinne Lepage, avocat, ancien ministre,

Débat animé par M. Yves Sandoz, ancien directeur du droit international et de la communication du CICR.

 
go to top of page
   
 

  Deuxième débat  

14.30 – 18.00
 

  Abolir la guerre : une responsabilité politique
 

De quels moyens devrait disposer l'Organisation des Nations Unies pour maintenir la paix et préserver la sécurité internationale ?

Outre leur qualité de membres de l'ONU, comment définir la responsabilité des Etats individuellement ou au sein d'alliances régionales, pour prévenir la guerre ?

Les grandes sociétés multinationales présentes sur le terrain des conflits armés ont-elles une responsabilité quant à la résolution de ceux-ci ? Les organisations humanitaires ont-elles un rôle à jouer et une responsabilité à l'égard de la restauration de la paix et de la prévention des conflits ?

Comment doit s'établir la cohabitation sur le terrain entre les organisations engagées dans l'aide d'urgence et les opérations de maintien ou de rétablissement de la paix ?

M. Jacques Floch, secrétaire d’Etat à la Défense,

M. Bernard Miyet, ancien secrétaire général adjoint de l'ONU pour le maintien de la Paix,

M. Jean-Philippe Lavoyer, chef de la Division juridique du Comité international de la Croix-Rouge (CICR),

M. Ahmedou Ould Abdallah, secrétaire exécutif de la Coalition Mondiale pour l'Afrique,

M. Cornelio Sommaruga, membre de la Commission internationale de l'intervention et de la souveraineté des Etats (CIISE),

Mme Edwige Avice, présidente du Conseil économique de Défense, ancien Ministre,

M. Mario Bettati, professeur de droit,

M. Jacky Mamou, président d'honneur de Médecins du Monde.

M. François Grünewald, directeur du groupe URD.

Débat animé par Dominique Bromberger, journaliste, chroniqueur sur France Inter.

 
go to top of page
 

  Mercredi 28 novembre 2001  

 
 

  Troisième débat  

09.30 – 12.30

  Protéger les victimes de la guerre : une responsabilité partagée
 

Les conflits armés demeurent une terrible réalité et leur poids pèse sur d'innombrables victimes. De graves problèmes de sécurité, liés parfois à la déliquescence de toute autorité, parfois au refus délibéré de respecter des principes pourtant universellement reconnus, rendent souvent l'accès aux victimes très difficile aux humanitaires.

En outre, des déficiences dans la coordination ou dans les méthodes d'action des organisations humanitaires sont aussi mises en cause, comme le soutien insuffisant ou trop orienté que reçoivent ces organisations pour accomplir leurs missions. Peut-on faire mieux et comment ?

Qui est responsable de quoi par rapport aux lacunes constatées ?

Quelle collaboration peut s'instaurer entre les différents acteurs de la société internationale pour que les victimes de conflits puissent recevoir, sans discrimination, une aide adéquate dans toutes les régions du monde ?

M. Jean-Daniel Tauxe, directeur des opérations du CICR,

M. Xavier Guilhou, directeur d'Eurogroup Institute,

M. Amadou Toumani Touré, ancien Président du Mali,

Mme Corinne Perthuis, porte-parole en France du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR),

Mme Marie-Hélène Aubert, vice-présidente de l'Assemblée Nationale,

Mme Françoise Bouchet-Saulnier, responsable juridique à Médecins sans Frontières,

M. Jean-Pierre Cabouat, conseiller pour les Relations internationales à la Croix-Rouge Française,

M. Thierry Mauricet, directeur de Première Urgence,

M. Philippe Ryfman, professeur associé à l'université Paris I – Panthéon Sorbonne.

Débat animé par M. Jean-Luc Hees, directeur de France Inter.

 
go to top of page
   
 

  Quatrième débat  

14.30 – 18.00

  L'avenir sanglant » ou le pessimisme de Dunant à l'aube du XXIème siècle
 

Titre de l'un des pamphlets que Dunant écrivit à la fin de sa vie, «L'avenir sanglant » prédit de façon troublante la barbarie de la première guerre mondiale.

Au cours du XXème siècle, l'évolution démographique et technologique a connu une accélération sans précédent. De nouveaux types de périls apparaissent. L'affaiblissement des Etats, la fin des certitudes idéologiques, les interrogations sur la mondialisation, les défis causés par l'environnement, la croissance démographique et le développement technologique exigent une vision à long terme.

Comment les décideurs politiques appréhendent-ils leurs responsabilités ?

Quel rôle, les compagnies multinationales se voient-elles jouer et quelles responsabilités sont-elles prêtes à assumer ?

Les organisations humanitaires ont-elles à s'immiscer dans ce débat, jusqu'où et comment ?

Comment la société civile peut-elle faire entendre sa voix et qui peut prétendre s'exprimer pour elle ?

avec

M. Hubert Védrine, ministre des Affaires étrangères,

M. Jacques de Naurois, dire cteur des relations institutionnelles du groupe Total Elf Fina,

M. Rony Brauman, chercheur à la Fondation Médecins sans Frontières,

M. Claude Moncorgé, président de Médecins du Monde,

M. Alain Pellet, membre et ancien Président de la commission du droit international des Nations unies,

M. William Bourdon, avocat, ancien secrétaire général de la Fédération international des Droits de l'Homme (FIDH),

Mme. Sylvie Brunel, présidente de Action Contre la Faim,

M. Philippe Chabasse, co-directeur de Handicap international,

M. Bernard Maris, économiste, chroniqueur à Charlie Hebdo.

Débat animé par M. Yves Sandoz, ancien directeur du droit international et de la communication du CICR.

18.00

Clôture des travaux par Mme Christine Lazerges, première vice-présidente de l'Assemblée nationale.

 
go to top of page
    Page du Centenaire du Prix Nobel de la Paix100th Anniversary of the Nobel Peace Prize