Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Évolution de la situation en Afghanistan : le CICR répond aux besoins urgents

15-11-2001 Communiqué de presse 01/54

Genève (CICR) – Après la chute de Kaboul et les récents bouleversements intervenus sur le plan militaire en Afghanistan, le travail du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) se concentre actuellement sur deux axes principaux : assister d'urgence toutes les personnes affectées par les récents combats et remplir ses obligations en matière de protection, telles qu'elles émergent dans une situation de conflit devenue extrêmement changeante. Ces deux orientations opérationnelles ont été évoquées et illustrées, aujourd'hui à Genève, au cours d'une conférence de presse donnée par le délégué général du CICR pour l'Asie et l'Amérique latine, Jean-Michel Monod.

Le délégué général a déclaré que le CICR est préoccupé par les allégations, qui lui parviennent de diverses sources, portant sur de possibles exécutions de personnes hors de combat (prisonniers et blessés). Ainsi, une des tâches principales pour les délégués du CICR de retour à Kaboul et dans les environs est de rappeler, aux différents belligérants, par un dialogue franc et direct, leurs obligations découlant du droit international humanitaire. Ce droit impose aux combattants de respecter toute personne qui ne participe pas aux combats, de soigner les blessés et de respecter la dignité humaine en toutes circonstances. Il interdit en outre toutes formes de représailles ou d'exécutions sommaires.

Une autre priorité découlant des événements récents, et dont se chargent les délégués du CICR, est de procéder à l'enlèvement des corps laissés à l'abandon, afin qu'ils puissent être inhumés dans la dignité et conformément au rite musulman. Par ailleurs, le CICR espère que ses délégués pourront visiter dès que possible, et dans le cadre des activités de protection de l'institution, toutes les personnes détenues par les parties au conflit.

Devant la possibilité de mouvements importants de personnes qui risquent de se déplacer en Afghanistan, un pays connu pour être l'un des plus fortement minés au monde, le CICR souhaite relancer au plus vite ses activités de prévention contre les dangers des mines. D'autre part, il se prépare à faire face aux besoins des familles séparées par le conflit et qui souhaiteraient rétablir le contact par l'intermédiaire de messages Croix-Rouge.

Une autre urgence pour le CICR est de continuer à approvisionner les établissements médicaux (hôpitaux, dispensaires et postes de premiers secours) en médicaments et en matériel médical, essentiellement pour les blessés de guerre, comme il a pu le faire au cours des dernières semaines. Un dispositif médical renforcé, qui pourrait atteindre jusqu'à une quarantaine de personnes, est actuellement réparti en divers lieux sur l'ensemble du territoire. En ce qui concerne la population civile, le CICR s'efforce de livrer aux plus nécessiteux de la nourriture ainsi que des bâches de plastique et des couvertures, afin d'atténuer les rigueurs de l'hiver.

Outre près de mille employés afghans, le CICR dispose d'une dizaine de délégués dans l'ensemble du pays. Ce dispositif devra être renforcé au plus tôt. Des contacts sont actuellement en cours avec les différents commandants pour que les délégués puissent se déployer au plus vite dans les zones rurales.