Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Territoires occupés et territoires autonomes : le CICR : un intermédiaire neutre

07-12-2001 Communiqué de presse 01/48

Devant la montée de la violence, le CICR a redoublé d'efforts afin de faciliter le transport des malades et des blessés ainsi que la circulation des civils en Cisjordanie et dans la bande de Gaza.

Le 22 octobre, Mohammed Abu Fouda était grièvement blessé par balles à la poitrine et au bras gauche. Il a subi plusieurs opérations en Cisjordanie et en Jordanie, mais l'intervention neurochirurgicale au niveau du bras n'a pas donné les résultats escomptés. Bien qu'ayant trouvé un sponsor prêt à payer les frais d'une greffe de nerf en Autriche, il n'a pas été autorisé à entreprendre le voyage pour des raisons de sécurité. Après que le CICR fut intervenu en sa faveur auprès de l'administration civile israélienne, Mohammed a finalement pu se rendre en Autriche le 4 décembre dernier.

Le même jour, le CICR a été autorisé à transporter de Jénine à Naplouse cinq patients devant subir une dialyse. Ils n'avaient pas pu faire le voyage, car les autorisations nécessaires n'avaient pas été délivrées à temps. Une ambulance du Croissant-Rouge palestinien les a conduits à Naplouse, où ils ont été hospitalisés et ont pu recevoir des soins spécialisés.

Au terme de négociations avec les autorités israéliennes dans le district de Ramallah, le CICR a obtenu que les fermiers palestiniens du village de Janieh soient autorisés à récolter leurs olives dans l'implantation de Talmon. La récolte des quelque 2000oliviers, qui aurait pris une semaine en temps normal, a dû être interrompue après seulement trois jours en raison de l'augmentation de la violence en Cisjordanie. Depuis le début de la deuxième intifada, l'huile d'olive e st devenue la principale source de revenu pour de nombreuses personnes qui ont perdu leur emploi.

Le personnel du CICR reste présent dans les territoires occupés et les territoires autonomes. Il vient en aide autant que possible à tous ceux qui sont dans le besoin, dans les limites imposées par les conditions actuelles de sécurité.