Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Maroc/Sahara occidental : nouvelle visite du CICR aux prisonniers marocains aux mains du Front Polisario

07-12-2001 Communiqué de presse 01/48

Deux délégués du CICR, dont un médecin psychiatre, ont visité du 20 novembre au 3décembre des prisonniers marocains aux mains du Front Polisario. Sur un total de 1 477 prisonniers encore en captivité, les délégués en ont vu 680, parmi lesquels 35 civils. Les autres avaient été vus par le CICR au mois de mai 2001. Au cours de leur visite, les délégués se sont rendus dans huit centres de détention de la région de Tindouf (Algérie) et des régions du Sahara occidental situées à l'est du mur de sable, ainsi que dans un hôpital. Ils ont été informés du décès d'un prisonnier et de l'évasion d'un autre, ce qui explique que l'effectif complet soit passé de 1 479 prisonniers en mai à 1 477 prisonniers en décembre 2001.

La visite avait pour but d'évaluer leurs conditions générales de captivité et de mesurer plus particulièrement l'effet sur leur santé psychique d'une captivité dont la durée, pour 1028 d'entre eux, dépasse 20 ans – le plus ancien des prisonniers est entré dans sa 27e année de captivité. Le contact familial entre les prisonniers et leurs proches a été maintenu par l'échange de messages Croix-Rouge. De plus, 99 paires de lunettes ont été distribuées et 180 kg de matériel médical acheminés.

Le CICR est extrêmement préoccupé par la très longue détention de ces hommes. Prenant en considération l'âge, l'état de santé et la durée de captivité des prisonniers, ainsi que les dispositions pertinentes du droit international humanitaire, l'institution réitère son appel pour une libération sans délai de tous les prisonniers, en commençant par les plus vulnérables.

En marge de leur visite, les délégués se s ont entretenus avec des représentants du Front Polisario et des membres de la société civile au sujet des cas de personnes sahraouies disparues durant le conflit. Ces interlocuteurs ont été informés de la mission du CICR à Layoune qui, en novembre 2001, lui a permis de rencontrer 24 personnes portées manquantes par le Front Polisario.