Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Afghanistan : reprise des interventions chirurgicales à l'hôpital de Bamyan

07-02-2002 Communiqué de presse 02/06

La première intervention chirurgicale depuis trois ans a été réalisée le 27 janvier par l'équipe chirurgicale du CICR à l'hôpital de Bamyan, qui avait été pillé et abandonné. L'opération consistait en une amputation de la jambe d'une jeune femme qui avait marché sur une mine, sur le chemin qu'elle empruntait chaque jour pour se rendre en ville. Il y a moins de deux mois, l'hôpital de Bamyan était encore dans un état de délabrement total, après des années de conflit au cours desquelles non seulement les célèbres bouddhas en pierre avaient été détruits mais aussi une grande partie des maisons et de l'infrastructure de cette petite ville. Maintenant, l'unité chirurgicale remplit de nouveau son rôle de service capable d'assurer des soins adéquats à environ 100000 personnes, qui retournent peu à peu chez elles dans les vallées de la province de Bamyan.

Le CICR a décidé au début du mois de décembre 2001 de réhabiliter l'hôpital de Bamyan. Ila été convenu avec le ministère de la Santé publique que l'unité chirurgicale devait être en mesure d'assurer des soins à 30patients hospitalisés, chiffre susceptible d'être augmenté suite à l'évaluation des besoins actuellement en cours.

La salle d'opération est maintenant entièrement aménagée et dispose de l'équipement et du matériel médical les plus modernes. L'équipe médicale du CICR devra ensuite apprendre au chirurgien afghan et à ses collaborateurs à utiliser ces machines et cet équipement sophistiqués.

C'est la Croix-Rouge de Norvège qui a fait don de l'équipement. Il était réparti dans 260 caisses, ce qui est habituellement prévu pour l'instal lation d'un hôpital de campagne. Les caisses ont été acheminées à Bamyan par camion et leur contenu a été installé dans diverses parties de l'hôpital : la cuisine, la buanderie, le service des soins ambulatoires (soutenu par Médecins sans frontières), l'unité médicale et la pharmacie. Tous ces services indispensables devraient être opérationnels fin février, lorsque le personnel supplémentaire promis par le ministère de la Santé publique devrait être arrivé pour les administrer.

Les plus grandes difficultés rencontrées par l'équipe du CICR sur place sont d'assurer un approvisionnement suffisant en eau potable, de réhabiliter le système de tout-à-l'égout et de fournir de l'électricité à l'ensemble de l'établissement. Actuellement, un puits existant est utilisé mais d'autres moyens de fournir durablement de l'eau potable sont étudiés. Le système d'évacuation des eaux usées, heureusement toujours intact, n'est plus approprié aux besoins de l'hôpital. Par conséquent, une nouvelle fosse septique sera installée.

Le CICR finance la remise à neuf de l'hôpital, les réparations de l'infrastructure, ainsi que la fourniture de médicaments et de matériel médical.