Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Afghanistan : réunis après trois ans de séparation

14-02-2002 Communiqué de presse 02/07

Des collaborateurs du CICR ont ramené la semaine dernière une fillette de neuf ans, GulDesta, dans son village de Khakrez (province de Kandahar). Elle y a retrouvé ses parents, ses deux frères et ses cinq sœurs, qu'elle avait quittés il y a trois ans pour suivre un traitement médical en Allemagne en raison d'une malformation des os du pied droit.

Gul Desta fait partie d'un groupe de quatre enfants afghans, tous environ du même âge, qui sont maintenant revenus en Afghanistan après avoir été soignés en Allemagne dans le cadre d'un programme de l'organisation Peace Village International. Celle-ci prend en charge les soins médicaux à l'étranger lorsqu'il n'est pas possible de les obtenir en Afghanistan.

Après trois ans passés dans un hôpital puis dans une famille d'accueil, Gul Desta parle allemand. Elle raconte qu'elle a vu à la télévision que les talibans avaient quitté la province de Kandahar. « Comme mon pied va mieux et que je peux marcher, j'avais vraiment envie de rentrer à la maison », a-t-elle dit.

Avant les attaques du 11 septembre aux États-Unis, le Croissant-Rouge afghan ramenait les enfants à leurs familles, en vertu d'un accord conclu avec Peace Village International . Toutefois, en raison des changements radicaux intervenus dans le pays depuis, le Croissant-Rouge afghan a demandé au CICR de conduire les enfants chez eux depuis Kaboul, où ils étaient arrivés d'Allemagne par avion fin décembre.

Après 23 ans de guerre, il n'y a pratiquement ni téléphone ni fax en Afghanistan et les routes goudronnées sont rares. Les communications sont difficiles et les déplacements davantage encore. Le CICR a donc utilisé son réseau de radiocommunications pour entrer en contact avec ses employés locaux dans les régions concernées. Ils ont finalement localisé une famille à Herat et celle de GulDesta à Kandahar, et leur ont ramené leurs enfants. Par ailleurs, le père d'un garçon est venu de la province de Takhar, dans le nord du pays, pour le chercher à Kaboul.

Le quatrième des enfants est originaire de la province d'Uruzgan, au nord de Kandahar, dans une région encore souvent considérée comme peu sûre. Des appels ont été diffusés par la radio locale pour demander aux parents de l'enfant de prendre contact avec le plus proche bureau du Croissant-Rouge afghan. Toutefois, ces appels sont restés sans réponse jusqu'ici.