Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Népal :le CICR reprend ses visites aux détenus

14-02-2002 Communiqué de presse 02/07

Après trois sessions de pourparlers de paix entre le gouvernement népalais et l'opposition maoïste armée, les insurgés mirent fin au cessez-le-feu le 23 novembre de l'année dernière en lançant des attaques contre des positions de l'armée royale népalaise et de la police dans tout le pays. Suite à ces attaques, l'état d'urgence général fut proclamé trois jours plus tard.

Quand les combats reprirent, les forces de sécurité népalaises refusèrent au CICR l'accès aux lieux de détention. Les délégués durent donc interrompre leurs visites aux personnes détenues dans le cadre des hostilités. Toutefois, le CICR et les représentants de la communauté internationale déployèrent d'importants efforts pour persuader le gouvernement de revoir sa décision et, le 24 janvier 2002, les délégués reçurent le feu vert pour reprendre les visites de prisons. Trois équipes composées de délégués pour la détention et la santé et d'interprètes quittèrent Katmandou, la capitale, pour trois destinations différentes du royaume himalayen. Au programme : visiter les personnes détenues en raison du conflit, évaluer la capacité des structures médicales de faire face à un nombre croissant de victimes, et faire prendre conscience à ceux qui participent aux combats qu'ils ont le devoir de respecter le droit de la guerre. Dans les sacs à dos : un sac de couchage, des vêtements chauds, de bonnes chaussures de marche et le Manuel de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

Selon des chiffres officiels, plus de 2 500 personnes sont actuellement détenues à cause de la situation qui prévaut au Népal. Le CICR a commencé à visiter les prisons du pays en 1998.