Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Érythrée/Éthiopie : rapatriement de prisonniers de guerre et de civils

18-02-2002 Communiqué de presse 02/13

Addis-Abeba/Genève (CICR) – Cinquante-huit prisonniers de guerre érythréens et 25 prisonniers de guerre éthiopiens ont été rapatriés aujourd'hui, 18 février 2002, sous les auspices du Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Au cours de la même opération, deux internés civils érythréens ont été rapatriés d'Éthiopie vers l'Érythrée.

Toutes les personnes libérées avaient été enregistrées et visitées régulièrement par des délégués du CICR pendant leur captivité dans les camps d'internement de Dedessa (Éthiopie) et de Nakfa (Érythrée). Tous les prisonniers de guerre avaient exprimé leur souhait de retourner dans leur pays d'origine.

Les délégués du CICR basés en Éthiopie ont accompagné les 58 prisonniers de guerre Érythréens et les deux internés civils jusqu'à un point de passage sur le fleuve Mereb, entre les villes de Rama (Éthiopie) et d'Adi Quala (Érythrée). Ils y étaient attendus par des collaborateurs du CICR basés en Érythrée, qui ont pris en charge les prisonniers libérés et les ont remis aux autorités érythréennes. Parallèlement, les délégués du CICR basés en Érythrée, qui avaient accompagné les 25 prisonniers de guerre éthiopiens jusqu'au même point de passage, les ont confiés à l'équipe du CICR du côté éthiopien. Celle-ci les a remis aux autorités éthiopiennes.

Depuis l'accord de paix signé entre l'Éthiopie et l'Érythrée, le 12 décembre 2000 à Alger, le CICR a organisé le rapatriement de 937 prisonniers de guerre érythréens et de 703 prisonniers de guerre éthiopiens. Au moment de la signature de cet accord , le CICR avait enregistré et visitait quelque 2600 prisonniers de guerre érythréens en Éthiopie et environ un millier de prisonniers de guerre éthiopiens en Érythrée.

Les IIIe et IVe Conventions de Genève de 1949, respectivement relatives au traitement des prisonniers de guerre et à la protection des personnes civiles, stipulent que tous les prisonniers de guerre et internés civils doivent être libérés et rapatriés sans délai après la fin des hostilités actives. Les internés civils ont également le droit de retourner dans leur dernier lieu de résidence. Le CICR, qui s'efforce de faire appliquer et respecter les Conventions de Genève, a été chargé, en vertu de l'Accord d'Alger, de superviser la libération et le rapatriement des prisonniers de guerre et des autres personnes détenues en relation avec le conflit. Le CICR continuera à faciliter les futurs rapatriements et exhorte les autorités éthiopiennes et érythréennes à libérer et à rapatrier rapidement tous les prisonniers de guerre et internés civils restants.