Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Colombie : le CICR lance un appel à toutes les parties au conflit pour qu'elles respectent le droit international humanitaire

21-02-2002 Communiqué de presse 02/16

Genève (CICR) – Compte tenu de la menace d'une intensification du conflit armé suite à la rupture des négociations entre les FARC-EP (Forces armées révolutionnaires de Colombie/Armée du peuple) et le gouvernement, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), conformément à son mandat, tient à rappeler à toutes les parties au conflit qu'elles ont l'obligation de respecter les principes et les normes du droit international humanitaire applicables aux conflits armés de caractère non international.

Le CICR se permet de rappeler que, dans n'importe quelle situation de conflit armé, les parties doivent toujours faire la distinction entre la population civile et les combattants, ainsi qu'entre les biens de caractère civil et les objectifs militaires. Ni la population civile en tant que telle ni les personnes civiles ne doivent être l'objet d'attaques. De la même manière sont interdites les attaques effectuées sans discrimination. Sont considérées comme effectuées sans discrimination les attaques dont on peut attendre qu'elles causent incidemment des pertes en vies humaines dans la population civile ou des blessures aux personnes civiles, qui seraient excessives par rapport à l’avantage militaire concret et direct attendu.

Les personnes qui ne participent pas directement aux hostilités, ainsi que celles qui sont hors de combat parce qu'elles sont blessées, détenues ou malades, doivent être traitées avec humanité et leur vie doit être épargnée en toutes circonstances. Cette protection s'étend aussi au personnel, aux établissements et aux moyens de transport sanitaires. Les commandants veilleront à faire régner la discipline parmi leurs hommes, de sorte que le comportement de ceux-ci vis-à-vis de la population civile soit conforme, à tout moment, aux principes énoncés ci-dessus.

Ces dernières heures, le CICR a envoyé dans la région quatre équipes d'experts en situations d'urgence afin de suivre de près la situation et d'apporter une réponse humanitaire appropriée aux besoins qu'ils pourraient constater.