Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Israël, les territoires occupés et les territoires autonomes : la sécurité des enfants à Jénine

02-05-2002 Communiqué de presse 02/18

Maintenant que le couvre-feu a été levé dans le camp de réfugiés de Jénine, les enfants courent partout. Mais les gigantesques tas de décombres sur lesquels les enfants grimpent sont parsemés de munitions non explosées et il est urgent de trouver un endroit où ils puissent jouer en toute sécurité. Entre-temps, des programmes de prévention contre les dangers des mines sont mis en place par le CICR, en collaboration avec l'UNICEF et d'autres agences spécialisées.

Les enfants de Jénine ont de nombreux besoins. Beaucoup de jeunes ont été séparés de leurs parents quand le camp était dans un état de confusion totale. D'autres ont vu vêtements, jouets et autres biens disparaître sous les décombres des maisons détruites. Yara Al-Qadu Ayosh, huit ans, dont la maison est en ruine, a dit qu'elle avait réussi à emprunter l'uniforme scolaire d'une amie et qu'elle pouvait ainsi s'habiller correctement pour aller à l'école. Affichant un grand sourire, elle se tenait aux côtés de son amie, serrant fort dans ses bras le tablier rayé gris et blanc.

Pas tous les enfants ont pu résoudre leurs problèmes aussi facilement. L'amie de Yara, Nidal, a avoué que seuls 15 des 35 élèves de leur classe avaient repris les cours à ce jour.

Une femme a déclaré qu'elle s'était occupée neuf jours durant d'un garçon de 11 ans pendant l'incursion. Les parents de l'enfant avaient fui le camp et, dans leur précipitation, ne l'avaient pas emmené avec eux. Il avait finalement été réuni avec sa famille quand les parents étaient revenus à Jénine, après la levée du couvre-feu.

Les autorités locales ont maintenant recensé plusieurs endroits qui pourraient provisoi rement servir d'aires de jeux pour les enfants. Le CICR et l'UNICEF essaient d'en équiper deux le plus rapidement possible. Non seulement les enfants pourront ainsi jouer en lieu sûr, mais ces endroits pourront aussi être utilisés par le Croissant-Rouge palestinien pour y donner des séances de prévention contre les dangers des mines (dix volontaires ont reçu une formation de base dans ce domaine).