Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Irak : Aperçu de l'action humanitaire - septembre 2002

29-10-2002 Point sur les activités

  Le contexte général – une population menacée
 

Les effets dévastateurs des 20 dernières années – guerres, effondrement de l’économie et des infrastructures – font que les 23 millions d’habitants que compte l’Irak sont presque entièrement tributaires des rations du gouvernement et du programme « pétrole contre nourriture » administré les Nations Unies. Tous les secteurs sociaux et économiques continuent de subir les conséquences des pénuries de biens et de services essentiels. Les besoins humanitaires sont immenses partout dans le pays. Ceux-ci se manifestent de la manière suivante :

  • chômage élevé et montée de la pauvreté

  • dislocation et dégradation des infrastructures de base

  • pénurie chronique d’eau potable et contamination par les déchets non traités

  • risques grandissants pour la santé.

  Les problèmes humanitaires et l’action du CICR
 

... en bref
 

  Au cours des six premiers mois de 2002, le CICR a :  

  • continué de s’employer à élucider le sort des personnes portées disparues depuis la guerre de 1990-91 ;

  • visité près de 500 détenus dans 23 lieux de détention du nord de l’Irak ;

  • établi 166 documents de voyage et 984 certificats de détention pour des personnes dépourvues de papiers d’identité, afin de faciliter leur réinstallation ;

  • collecté 2 370 et distribué 2 519 messages Croix-Rouge (MCR) pour aider des civils et des détenus à rétablir le contact avec leurs proches ;

  • supervisé le rapatriement de 507 prisonniers de guerre irakiens capturés durant le conflit Irak-Iran,

  • remis des fournitures chirurgicales essentielles à des hôpitaux du nord et du sud de l’Irak, et maintenu des stocks d’urgence à Bagdad et dans d’autres sites ;

  • procédé à des évaluations et effectué des travaux de réparation et d’entretien dans 16 usines de traitement de l’eau et six usines de traitement des eaux usées et stations de pompage, au bénéfice de plus d’un million de personnes ;

  • achevé la réhabilitation de trois centres de soins de santé primaires ;

  • assuré une éducation à la santé prénatale, maternelle et infantile dans deux hôpitaux et huit centres de soins de santé primaires qu’il avait remis en état ;

  • équipé 830 personnes de membres et d’articulations artificiels dans six centres d’appareillage orthopédique auxquels il continue d’apporter une assistance technique et un soutien à la formation ; fourni un appui à deux ateliers similaires dans le nord de l’Irak, dans le cadre d’un projet délégué à la Croix-Rouge de Norvège ; 

  • préparé, dans le sud de l’Irak, un programme de sensibilisation contre les dangers des débris de guerre explosifs ;

  • organisé des séminaires de droit international humanitaire (DIH) à l’intention d’officiers de l’armée et de conseillers juridiques des principales factions politiques kurdes dans le nord de l’Irak.

... dans le détail

  Disparus, familles dispersées, personnes privées de liberté  

  Objectif >   coopérer avec toutes les parties à la guerre du Golfe afin de trouver des solutions constructives au problème des personnes dont on est sans nouvelles, le CICR agissant en qualité d’intermédiaire neutre et, pour informer les familles du sort de leurs proches disparus, continuer de faire pression pour obtenir la libération de tous les prisonniers de guerre de la guerre Irak-Iran de 1980-88 en donnant à ceux qui le souhaitent la possibilité de retourner chez eux.  

  • Depuis la fin de la guerre du Golfe, et conformément au mandat qui est le sien en application des Conventions de Genève, le CICR a organisé le rapatriement de plus de 70 000 prisonniers de guerre irakiens, de plus de 4 000 prisonniers de guerre de la Coalition, de quelques 5 000 koweïtiens (militaires et civils internés en Irak), ainsi que plus de 1 400 civils de divers pays;

  • le CICR s’emploie à réactiver, avec les gouvernements concernés, un processus visant à collecter des informations sur les personnes portées disparues ;

  • l’Irak et le Koweït se sont engagés, lors d’une réunion au sommet tenue en mars, à coopérer sur la question de leurs ressortissants portés disparus depuis la guerre du Golfe. Le CICR continue de suivre la situation et, en sa qualité d’intermédiaire neutre, d’apporter son aide dans la recherche d’une solution au problème ;

  • depuis la fin du conflit, le CICR a supervisé le rapatriement de plus de 90 000 prisonniers de guerre des deux parties ;

  • en janvier 2002, 507 irakiens ont été rapatriés d’Iran sous les auspices du CICR, dans le cadre de la dixième opération du genre depuis 1998.

     

  Objectif >   veiller à ce que les détenus étrangers sans protection consulaire soient traités correctement et puissent communiquer avec leur famille.  

Une visite a été effectuée en juin 2002 à la section abritant des étrangers à la prison d’Abu Ghraib à Bagdad. Des entretiens sans témoin ont eu lieu avec dix détenus étrangers et une assistance a été fournie aux 775 personnes incarcérées dans cette section.
 
  Objectif >   veiller à ce que les personnes détenues dans le nord de l’Irak soient traitées humainement, bénéficient des garanties judiciaires et puissent communiquer avec leur famille.  

Pendant la période considérée, les délégués du CICR ont réalisé une série de visites dans les centres de détention du nord de l’Irak en vue d’évaluer les conditions matérielles et psychologiques de la détention et de fournir une assistance matérielle le cas échéant.
 
  Objectif   > aider les Irakiens à garder le contact avec leurs proches vivant dans des pays où il est impossible d’établir des communications normales (absence de relations diplomatiques, liaisons techniques peu fiables).  

Au cours du premier semestre 2002, le CICR a transmis en moyenne 768 messages Croix-Rouge (MCR) par mois, pour la plupart échangés entre l’Irak et le Koweït.
 
  Eau et assainissement  

     

  Objectif   > garantir des systèmes sûrs et fiables de production d’eau potable et d’évacuation des eaux usées, en accord avec les normes nationales et internationales.  

L’équipe du CICR en Irak conduit des projets destinés à pallier les insuffisances des installations de traiteme nt de l’eau et des eaux usées. Il s’agit d’apporter un soutien aux installations existantes et de veiller à ce qu’elles fonctionnent de manière efficace. Les ingénieurs du CICR effectuent les réparations et les aménagements nécessaires. Ils s’emploient en outre à améliorer les conditions d’hygiène et de travail dans dix centres de santé primaire.

Trois exemples de projets sont donnés ci-après :

  • Usine de traitement de l’eau de Kirkuk, à Ta’min – une fois les travaux d’ingénierie achevés, 700 000 personnes ont bénéficié d’un approvisionnement en eau garanti pendant les mois d’été.

  • Station de relevage des eaux usées, Hilla, gouvernorat de Babil – cette installation, qui a été remise en état, dessert 650 000 personnes

  • Cham Barakat : construction d’un système d’égouts pour éviter la contamination des réserves d’eau de la ville de Dohuk, et remise en état du réseau de distribution de l’eau dans la ville d’Akra, pour 265 000 personnes.

     

  Depuis 1991, cinq millions d’Irakiens en moyenne ont eu accès, chaque année, à une eau pure grâce aux efforts du CICR.  

  Blessés et malades  

     

  Objectif   > assurer un accès accru à des soins de santé de qualité, en particulier des services de soins de santé primaires.  

Plusieurs projets sont réalisés, notamment :

  • formation des directeurs des centres de soins de santé primaires aux techniques de gestion et de surveillance ;

  • formation en soins aux enfants et soins anténatals pour les mères, dans huit centres de soins de santé primaires réhabilités par le CICR ;

  • achèvement du projet de réhabilitation du centre de soins de santé primaires à Khirnabat.

     

  Objectif >   veiller à ce que les établissements médicaux locaux puissent répondre aux besoins essentiels des malades et des blessés, ainsi que des patients psychiatriques, et à ce que le personnel médical puisse maintenir ou améliorer ses compétences.

Après avoir remis en état huit hôpitaux, le CICR a centré son attention sur l’amélioration des centres de soins de santé primaires dans des zones où les besoins sont les plus grands. En outre, le CICR poursuit son dialogue avec les autorités sanitaires en vue d’intensifier la coopération et d’apporter son soutien à la prise de décisions en matière de politique de la santé. Les points forts du programme de santé sont notamment les suivants :
 

  • des fournitures chirurgicales essentielles ont été remises aux hôpitaux du nord et du sud de l’Irak, tandis que des stocks d’urgence sont maintenus à Bagdad et dans d’autres sites ;

  • la rénovation de l’hôpital universitaire de Bassora (500 lits) a été menée à bien. L’hôpital dessert une région où vivent quelque cinq millions de personnes ;

  • des cours de remise à niveau ont été assurés en mai et juin 2002 aux infirmiers/infirmières de la région de Bassora ;

  • un cours intensif de formation du personnel infirmier a été mis sur pied à l’hôpital psychiatrique d’al-Rashad à Bagdad. Cet établissement, le seul du genre en Irak, avait été rénové par le CICR.

    Personnes déplacées à l’intérieur du pays  

     

  Objectif   > aider les personnes déplacées en raison du conflit à vivre dans des conditions décentes.  

Au cours des six premiers mois de 2002, le CICR a distribué des articles de première nécessité et des tentes à plusieurs centaines de familles.
 

  Objectif > veiller à ce que tous les amputés d’Irak soient équipés de membres artificiels, qui seront remplacés chaque fois que nécessaire, et à ce que tous les amputés des membres inférieurs bénéficient d’une physiothérapie.
 

Tout en continuant d’apporter un soutien direct à divers centres d’appareillage orthopédique, le CICR collabore avec les autorités à la mise en place d’un programme national destiné à garantir la fourniture de membres et d’articulations artificiels de qualité, ainsi que la normalisation des procédures.
 

Au cours du premier semestre de cette année, 70 % des membres artificiels produits dans les centres bénéficiant du soutien du CICR ont été fabriqués avec des matériaux fournis par l’institution. L’objectif est de produire en moyenne au moins 150 membres artificiels par mois.
 

  Débris de guerre  

     

  Objectif > réduire de manière notable le nombre des victimes de débris de guerre explosifs.  

Le CICR a lancé un projet pilote de prévention contre les dangers des débris de guerre explosifs. Le programme sera géré conjointement par le CICR, le Croissant-Rouge de l’Irak et le directorat de la Protection civile.
 

  Soutien à la Société nationale  

     

  Objectif > renforcer la capacité opérationnelle du Croissant-Rouge de l’Irak.  

En coopération avec la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, le CICR apporte un soutien au Croissant-Rouge de l’Irak, notamment dans les domaines du rétablissement des liens familiaux, de la préparation aux situations d’urgence et de la diffusion des principes du droit international humanitaire. En outre, la Société nationale et le CICR collaborent plus étroitement à des projets d’éducation à la santé publique.