Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Délégation régionale du CICR à Abidjan – Principales activités opérationnelles, janvier à juin 2002

01-11-2002 Point sur les activités

La délégation régionale du CICR à Abidjan soutient en priorité les efforts que déploient les autorités et les forces armées et de sécurité de la région pour mettre en œuvre le droit international humanitaire (DIH) et sensibiliser les forces armées à la nécessité d’en respecter les règles. En outre, le CICR visite les lieux de détention de Côte d’Ivoire, suit de la situation dans le pays pour le cas où il y aurait des flambées de violence intercommunautaire et maintient une capacité opérationnelle afin d’apporter protection et assistance aux victimes.

Le CICR a établi la délégation régionale d’Abidjan en juillet 1992, principalement pour coordonner les activités liées au conflit qui sévissait au Libéria et en Sierra Leone. Cette délégation était également responsable des activités du CICR au Burkina Faso, au Niger, en Côte d’Ivoire et en Guinée. À la fin de 1994, les programmes de l’institution au Burkina Faso et au Niger ont été transférés à la délégation régionale de Dakar, tandis que celle de Lagos a pris la responsabilité des activités menées au Bénin, au Togo et au Ghana. Par la suite, l’institution a ouvert des délégations opérationnelles pour la Sierra Leone (1998) et la Guinée (2001).

  Au cours du premier semestre 2002, le CICR a :  

  • apporté une assistance non alimentaire à 2 549 personnes déplacées, victimes du conflit qui a éclaté en décembre 2001 à Bawku ;

  • fourni une assistance médicale pour traiter 103 personnes blessées lors de la flambée de violence à Daloa ;

  • collecté 373 me ssages Croix-Rouge et distribué 140 autres messages à des réfugiés libériens en Côte d’Ivoire et au Togo ;

  • achevé les visites de 33 établissements pénitenciers de Côte d’Ivoire et transmis deux rapports succincts aux autorités concernées ;

  • organisé au Togo des séances de diffusion du droit international humanitaire, à l’intention de 335 instructeurs militaires en droit humanitaire, étudiants et officiers ;

  • financé la participation de deux instructeurs militaires des forces armées du Burkina Faso et de Côte d’Ivoire à un cours supérieur de formation en droit international humanitaire à San Remo, Italie ;

  • fait don d’ouvrages de droit international humanitaire au chef d’état-major des forces armées du Togo et à deux écoles militaires du Bénin ;

  • donné un cours de remise à niveau à 20 instructeurs militaires en droit international humanitaire des forces armées togolaises ;

  • animé au Togo plusieurs séminaires sur le droit international humanitaire et les droits de l’homme, à l’intention de 82 officiers de police et gendarmes ;

  • conduit à Agboville et à San Pedro des séances d’information sur le droit international humanitaire et les activités de la Croix-Rouge pour 75 personnes, dont des représentants des autorités politiques et administratives ;

  • organisé des séances de formation pour quatre responsables des services de recherches de Sociétés nationales ;

  • signé des accords de coopération avec quatre Sociétés nationales : Côte d’Ivoire, Togo, Ghana, Bénin