• Envoyer
  • Imprimer

Le Groupe de travail sur les disparitions forcées des Nations Unies

31-12-2002 Article, Revue internationale de la Croix-Rouge, No. 848, de Federico Andreu-Guzmán

L'article décrit la création, le mandat et le développement du Groupe de travail sur les disparitions forcées des Nations Unies. L'auteur passe en revue les différentes activités du groupe et émet quelques recommandations pour rendre leur action plus efficace.

Résumé 

L'article donne un aperçu historique du Groupe de travail sur les disparitions forcées ou involontaires de personnes, une description de son mandat et méthodes de travail ainsi qu'un bilan de son action et il suggère plusieurs recommandations pour récupérer son efficacité.

Créé en 1980 avec un mandat " humanitaire " , le Groupe a vu ses fonctions croître et, avec l'adoption de la Déclaration sur la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées, il fut chargé de veiller à la mise en œuvre par les Etats des obligations qui en découlent. Dans le cadre de sa fonction " humanitaire " , il dispose d'une procédure d'élucidation, avec pour objectif de " retrouver la trace des personnes disparues " . Dans le cadre de sa fonction de contrôle de la Déclaration, le Groupe veille à la mise en œuvre par les Etats des obligations qui en découlent et il fait des Observations générales ainsi que des recommandations aux Etats.

Au cours de son existence, le Groupe a fait d'importantes contributions. Néanmoins, le Groupe a perdu beaucoup de son efficacité, en raison de plusieurs facteurs. La disparition forcée n'est pas une pratique du passé ni à la baisse. L'existence du Groupe et de préserver son mandat continue d'être une nécessité.

Biographie

Federico Andreu-Guzmán est conseiller juridique à la Commission internationale de Juristes. 


Pages associées