• Envoyer
  • Imprimer

Pourquoi le CICR visite-t-il les prisonniers ? Quels prisonniers visite-t-il ?

03-04-2003 FAQ

Les personnes qui sont faites prisonnières ou sont détenues pendant un conflit sont considérées comme des ennemis par ceux qui les ont capturées. Elles doivent donc bénéficier de l’intervention d’un organisme neutre et indépendant qui s’assurera qu’elles sont traitées humainement, sont incarcérées dans des conditions correctes, et ont la possibilité d’échanger des nouvelles avec leur famille.

Visiter les personnes privées de liberté dans le cadre d’un conflit armé est l’une des principales activités de protection du CICR. En 2002, le CICR a visité 448'063 prisonniers et détenus incarcérés dans 75 pays. 149'154 de ces personnes ont été suivies individuellement.
 
  Conflits armés internationaux : Le CICR visite les prisonniers de guerre et les internés civils, qui sont protégés par les IIIe et IVe Conventions de Genève respectivement. Les gouvernements sont tenus de donner les autorisations nécessaires au CICR.
 
  Troubles intérieurs : Le CICR s’attache à visiter les personnes – les combattants ou les civils – qui sont détenues (par un gouvernement ou par une autre partie) pour des raisons directement liées à la situation. Ces personnes sont parfois appelées détenus « politiques » ou de « sécurité ».
 
  Mandat du CICR : les Conventions de Genève et les Statuts du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

  Voir aussi   :   Visites du CICR aux personnes privées de liberté : un mandat reçu de la communauté internationale, exercé partout dans le monde – fiche d’information (janvier 2002)

Les réponses données dans la Foire aux questions fournissent des informations succinctes sur des problèmes souvent complexes. La terminologie employée n’a pas de valeur juridique particulière.

 
Les réponses données dans la Foire aux questions fournissent des informations succinctes sur des problèmes souvent complexes. La terminologie employée n’a pas de valeur juridique particulière.