• Envoyer
  • Imprimer

Origines du comportement dans la guerre: Comprendre et prévenir les violations du DIH

31-03-2004 Article, Revue internationale de la Croix-Rouge, 853, de Daniel Muñoz-Rojas, Jean-Jacques Frésard

Le but de l'étude Origines du comportement dans la guerre était d'identifier les facteurs qui conditionnent de manière décisive le comportement des porteurs d'armes dans les conflits armés et de déterminer si les politiques développées par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) pour prévenir les violations du droit international humanitaire (DIH) prennent suffisamment en compte les caractéristiques des combattants. Le présent rapport, qui est une synthèse des principales données et conclusions de l'étude, comporte trois parties principales : une vision d'ensemble de l'étude, les principaux résultats et les enseignements majeurs. (en français)

     

Daniel Muñoz-Rojas
est psychologue social, il travaille actuellement comme chargé de recherches au CICR.
Jean-Jacques Frésard
est délégué au CICR, il a fait de nombreuses missions pour le CICR en tant que délégué et chef de délégation. Les vues exprimées dans cet article ne reflètent que celles des auteurs et non celles du CICR. 
   
Résumé 
 

Le but de l'étude Origines du comportement dans la guerre était d'identifier les facteurs qui conditionnent de manière décisive le comportement des porteurs d'armes dans les conflits armés et de déterminer si les politiques développées par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) pour prévenir les violations du droit international humanitaire (DIH) prennent suffisamment en compte les caractéristiques des combattants. Le présent rapport, qui est une synthèse des principales données et conclusions de l'étude, comporte trois parties principales : une vision d'ensemble de l'étude, les principaux résultats et les enseignements majeurs.

Par l'analyse de la littérature spécialisée et des recherches empiriques, l'étude Origines du comportement dans la guerre a défini et vérifié trois postulats concernant le comportement des combattants. Ces postulats sont : 1) le caractère universel de l'adhésion aux principes humanitaires ; 2) l'importance, pour les combattants, de l'autorité, du groupe d'appartenance et de la spirale de la violence dans laquelle ils se trouvent souvent enfermés ; 3) la mise en place d'un processus de désengagement moral, lorsque des violations du droit sont perpétrées. D'autre part, cette étude donne des indications quant à l'impact de l'action du CICR sur le comportement des combattants.

Les principaux enseignements de l'étude peuvent se résumer en trois points : 1) il faut faire de la diffusion du DIH une affaire juridico-politique plutôt qu'une affaire morale, et communiquer beaucoup plus sur des normes que sur les valeurs qui les sous-tendent, car le postulat de l'autonomie morale du combattant est inapproprié ; 2) l'encadrement des porteurs d'armes, les ordres stricts quant à la conduite à adopter et les sanctions effectives en cas d'inobservation des ordres sont les conditions essentielles qui doivent être réunies pour espérer obtenir un meilleur respect du DIH ; 3) il est essentiel que le CICR soit parfaitement au clair sur les objectifs qu'il poursuit lorsqu'il prétend promouvoir le DIH et prévenir ses violations : veut-il transmettre des connaissances, modifier des attitudes ou influer sur des comportements ? L'action du CICR doit dès lors développer des véritables stratégies de prévention des violations du DIH.

 

       
        pdf file     Texte intégral      (108kb)    
  fichier PDF Aide 
 


Rubriques associées

Pages associées