• Envoyer
  • Imprimer

À la fois voisins et boucliers humains ? La « procédure d'alerte précoce » des forces armées israéliennes et le droit international humanitaire.

31-12-2004 Article, Revue internationale de la Croix-Rouge, 856, de Roland Otto

 

Résumé 
La " procédure d'alerte précoce " permet aux forces armées israéliennes d'obtenir l'assistance d'un civil volontaire, à savoir un voisin, pour arrêter une personne recherchée dans les territoires occupés. L'auteur rappelle que les personnes protégées ne peuvent pas renoncer aux droits que leur confère la IVe Convention de Genève. Il soutient ensuite que cette pratique viole l'interdiction qui est faite d'obliger des personnes protégées à servir dans les forces armées de l'occupant et à participer aux opérations militaires, ainsi que celle d'utiliser des boucliers humains. Dans ce contexte, le droit international humanitaire est une lex specialis du droit des droits de l'homme. En outre, la procédure viole le principe de la proportionnalité, car les forces armées peuvent atteindre leurs objectifs en prenant elles-mêmes des risques accrus, sans faire courir un danger au civil en question.  

   
        pdf file     Texte intégral, en anglais      (133kb)    
  fichier PDF Aide 
 


Pages associées