• Envoyer
  • Imprimer

Cristal rouge : le Protocole qui crée l’emblème entre en vigueur

12-01-2007

Le 14 janvier 2007, le Protocole additionnel III aux Conventions de Genève de 1949 entre en vigueur, six mois après avoir été ratifié par les deux premiers pays. Cela met un terme au processus de création d’un emblème additionnel, qui sera utilisé par les gouvernements et le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Informations clés sur le traité.

L’entrée en vigueur de ce Protocole – et avec lui, de l’emblème additionnel du cristal rouge – est considérée comme un signe concret de la prédominance des principes humanitaires sur toutes les autres considérations qui guident la mission du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.
La possibilité d’utiliser le cristal rouge facilitera la reconnaissance et l’admission, au sein du Mouvement, des Sociétés nationales qui ne souhaitent pas utiliser les emblèmes de la croix rouge ou du croissant rouge. L’universalité du Mouvement s’en trouvera renforcée.


Le Protocole offre une nouvelle flexibilité, permettant aux Sociétés nationales d’inclure un autre emblème ou une combinaison d’emblèmes déjà reconnus par les Conventions de Genève à l’intérieur du cristal rouge lorsqu’il est utilisé à titre indicatif.


Selon le droit international, le cristal rouge offre la même protection que la croix rouge ou le croissant rouge aux membres du personnel, aux établissements ou aux véhicules des services médicaux militaires ; au personnel des Sociétés nationales ; aux collaborateurs, aux véhicules et aux structures du CICR et de la Fédération internationale.


(La législation existante – le Protocole additionnel I de 1977 – autorise également certaines structures médicales civiles à utiliser les emblèmes.)
Le CICR et la Fédération internationale sont autorisés à utiliser le cristal rouge lors de circonstances exceptionnelles, lorsqu’ils l’estiment nécessaire pour leurs activités ; mais ils ne modifieront pas leurs emblèmes ou leur nom actuels.


À plus long terme, le défi est désormais d’obtenir, pour le cristal rouge, la même reconnaissance et le même respect que ceux dont bénéficient la croix rouge et le croissant rouge à travers le monde. Ainsi, l’accès des travailleurs humanitaires aux victimes de conflits et d’autres crises en sera facilité, en particulier lorsque l’utilisation d’un emblème dénué de connotations politiques, religieuses ou culturelles aux yeux de la population peut constituer un avantage.

 

Informations essentielles sur le nouvel emblème 

  • Le 14 janvier 2007, le Protocole additionnel III avait été signé par 84 États et ratifié par 9 d’entre eux. La liste complète des pays ayant signé et ratifié le Protocole figure sur le site Internet du département fédéral suisse des Affaires étrangères.
  • Le Protocole additionnel III a été adopté par une grande majorité des participants à une conférence diplomatique qui s’est tenue à Genève en décembre 2005 sous la présidence de la Suisse et à laquelle ont assisté la plupart des États parties aux Conventions de Genève.
  • Les Statuts du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ont été amendés de façon à inclure le cristal rouge et toutes les autres règles applicables du Protocole additionnel III lors de la XXIXe Conférence internationale du Mouvement, en juin 2006, à laquelle ont participé les États parties aux Conventions de Genève, les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, le CICR et la Fédération internationale.
  • Texte intégral du Protocole additionnel III.
  • Voir aussi le communiqué de presse sur l'entrée en vigueur du Protocole.

Photos

Un drapeau test arborant l'emblème du cristal rouge flotte dans le vent. 

Un drapeau test arborant l'emblème du cristal rouge flotte dans le vent.
© CICR / Thierry Gasmann / v-p-emb-e-00021h