• Envoyer
  • Imprimer

Le secteur privé : responsabilités humanitaires dans les zones de guerre

30-10-2008

Le CICR dialogue avec le secteur privé sur des questions humanitaires.

Les États parties aux Conventions de Genève ont donné au CICR mandat d'apporter protection et assistance aux populations touchées par les conflits armés et de promouvoir le droit international humanitaire (DIH). Pour remplir ce mandat, le CICR cherche à établir un dialogue constructif avec tous les États et les organismes non étatiques qui participent à des conflits armés ou pourraient influer sur ces conflits.

C'est ainsi que le CICR dialogue avec des entreprises, en ayant essentiellement pour objectif de les aider à comprendre leurs droits et à s'acquitter des obligations qui leur incombent en vertu du DIH. Il veut aussi les aider à honorer les engagements relevant du droit international humanitaire qu'elles ont contractés dans le cadre de diverses initiatives.

Nous sommes convaincus que nous pouvons aider les entreprises à traduire en faits, dans leurs activités, leur volonté déclarée de respecter les normes humanitaires fondamentales. Notre objectif n'est pas de proposer encore un code de conduite, mais de promouvoir les principes humanitaires essentiels. Nous nous efforçons de développer un dialogue constructif s'articulant autour de préoccupations humanitaires concrètes, afin de sensibiliser les entreprises aux problèmes qui se posent. Le but visé : parvenir à ce que le droit international humanitaire soit davantage respecté et à ce que le capital le plus précieux des entreprises, à savoir leurs employés et leur réputation, soit mieux protégé.

Il n'appartient pas au CICR d'émettre un jugement sur les groupes avec lesquels il est habituellement en rapport, tels que les groupes armés, les autorités ou les guides d'opinion. De même, il ne lui incombe pas d'établir une distinction entre les « bonnes » entreprises privées et les « mauvaises ». Pour le CICR, le but de sa relation avec les milieux d'affaires est de pouvoir apporter une protection et une assistance accrues aux victimes de la guerre. 

Dans son dialogue avec les entreprises, le CICR :

  • met en évidence les implications pratiques du droit humanitaire dans des contextes précis ;

  • sensibilise les dirigeants d'entreprise aux préoccupations humanitaires spécifiques qu'il a sur le terrain ;

  • échange des informations sur des sujets d'intérêt commun – questions humanitaires et problèmes touchant la sécurité et la santé –, surtout en ce qui concerne le personnel travaillant dans des conditions difficiles. 

Il existe un certain nombre d'initiatives multilatérales visant à faire mieux respecter les droits de l'homme ou le droit international humanitaire, ou à atténuer l'impact social de projets commerciaux. Parce que ces initiatives peuvent avoir un effet sur des situations de conflit armé, le CICR les suit attentivement. Plus précisément, il a joué un rôle d'observateur participant dans le processus qui a conduit à l'adoption et à la promotion des Principes volontaires sur la sécurité et les droits de l'homme , la seule initiative qui ait abouti à des lignes directrices faisant expressément mention du doit international humanitaire.

  Pour un complément d'information, veuillez prendre contact avec le bureau de coordination du CICR pour les relations avec le secteur privé :  

  Claude Voillat ,

Conseiller économique

Comité International de la Croix-Rouge

19 avenue de la Paix

1202 Genève, Suisse

Tel : + 41 22 730 2616

 

 

  Voir aussi :  

 

    les adresses des délégations et bureaux du CICR par pays    

    les activités du CICR par pays