• Envoyer
  • Imprimer

Le Service international de recherches – 50 ans d'existence

03-06-2005

Le Service international de recherches (SIR) a pris sa forme actuelle à la conclusion des Accords de Bonn, le 6 juin 1955. Il a la tâche colossale de réunir, classer, conserver et traiter des documents à caractère personnel concernant les civils qui ont été persécutés sous le IIIe Reich.

     
    ©ICRC/1958/V-P-hist-02743-08      
   
Service international de recherches. Les fichiers      
           


       
    ©ICRC/T. Gassmann/2004/UA-E-00059H      
   
Une demande de recherche présentée à la Croix-Rouge d'Ukraine concernant une femme déportée durant la deuxième guerre mondiale      
           

Il recherche les personnes disparues et délivre des attestations aux civils déportés, internés ou astreints aux travaux forcés, ainsi qu’aux proches parents ayant droit à une indemnisation.
 
Les archives du SIR contiennent aujourd'hui plus de 50 millions de dossiers concernant 17,5 millions de personnes. Les documents occupent quelque 25 000 mètres d'étagères. On compte presque 225 000 mètres de microfilms et plus d’une centaine de milliers de microfiches. Aussi impressionnants que soient ces chiffres, la documentation est loin d'être complète et de nombreuses demandes de renseignements ne peuvent être satisfaites.
 
Grâce à la numérisation, il est désormais possible de traiter rapidement une plus grande quantité de données et d'éviter que des manipulations continuelles ne détériorent davantage les dossiers papier. Un travail de conservation et de restauration des documents est également effectué, afin que ces précieuses archives historiques soient préservées pour les générations futures.
 
Tout au long de ses cinquante années d'existence, le SIR, établi à Bad-Arolsen, en Allemagne, a été très sollicité. Depuis 2000, on a relevé une nette augmentation des demandes, du fait de la création par le gouvernement allemand d'une fondation visant à fournir une indemnisation aux personnes victimes de la persécution sous le régime nazi.
 
En 2004, le SIR a reçu plus de 203 000 demandes de renseignements et envoyé plus de 264 000 réponses, mais il devait encore faire face à un retard dépassant les 440 000 demandes. Le nombre total de réponses fournies depuis sa création atteint maintenant les 11 millions.
 
Le personnel qui doit assumer cette énorme charge de travail ne compte que 376 personnes. Le dir ecteur est nommé par le Comité international de la Croix-Rouge, qui est responsable de l'administration du SIR.
 
La politique générale et la supervision globale du service incombent à une commission internationale composée de représentants des gouvernements des pays suivants : Allemagne, Belgique, États-Unis, France, Grèce, Israël, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Pologne et Royaume-Uni. Le gouvernement allemand prend en charge les frais de gestion du service.

Voir le site du Service international de recherches de Bad Arolsen