Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

La mort est dans le champ : nouveau documentaire d'animation de Chappatte

07-04-2011 Communiqué de presse 11/79

Genève (CICR) – Le célèbre dessinateur de presse Patrick Chappatte s'est associé au Comité international de la Croix-Rouge (CICR) pour créer un nouveau documentaire d'animation sur l'impact des armes à sous-munitions au Liban.

Intitulée La mort est dans le champ, cette réalisation sera présentée en avant-première au festival de cinéma Visions du Réel de la ville de Nyon, en Suisse, dans la soirée du 8 avril 2011.

Près de cinq ans après le conflit entre Israël et le Liban, au cours duquel des millions de sous-munitions explosives, ou bombettes, ont été larguées sur le territoire libanais, l'enlèvement de ces engins meurtriers se poursuit. Sur un total d'environ 55 kilomètres carrés de terrain contaminés, 37 ont déjà été dépollués. On estime qu'il faudra deux à trois années supplémentaires pour décontaminer les 18 kilomètres carrés restants. Dans l'intervalle, ces sous-munitions risquent fort de continuer à tuer et à mutiler. Depuis le conflit de 2006, 354 personnes ont ainsi été blessées et 49 autres tuées, dont des enfants et des jeunes gens.

En 2009, Chappatte, qui signe des dessins humoristiques à caractère politique pour de grands journaux suisses et étrangers, s'est rendu au Liban, afin de constater par lui-même la menace que représentent toujours les sous-munitions pour la vie et les moyens de subsistance de la population. Son reportage BD La mort est dans le champ est aujourd’hui devenu une œuvre d'animation de 11 minutes qui combine dessin, voix et mouvement pour aboutir à ce documentaire de style très novateur.

« On a de plus en plus recours au dessin et à l’animation pour relater des événements pénibles survenus sur le front », explique Jean Milligan David, cheffe de l'équipe de production du CICR, qui a contribué à la réalisation du documentaire. « En donnant aux victimes de la violence la possibilité de parler de leurs expériences avec leurs propres mots pour rendre compte de la guerre, Chappatte nous permet de percevoir les conflits armés sous un autre angle. Même si, au final, ce documentaire est le fruit de l'imagination de Chappatte et de son point de vue unique. Cette façon de raconter une histoire séduit beaucoup le CICR, dans la mesure où elle apporte un éclairage nouveau sur des questions telles que les munitions non explosées et les dégâts qu'elles occasionnent, souvent difficiles à appréhender ».

Pour Chappatte, la réalisation de ce documentaire s’inscrit dans une démarche à la fois professionnelle et personnelle. « Étant de père suisse mais de mère libanaise, je voulais mieux comprendre les problèmes auxquels les Libanais continuent de devoir faire face, bien après la fin des combats, explique-t-il. Je voulais également mettre à profit mes compétences de dessinateur de presse, mon expérience de journaliste et mon sens de la satire pour proposer un nouveau regard sur les conflits oubliés, ainsi qu'un nouveau moyen de montrer les gens qui sont derrière l'histoire. »

Le Liban a signé la Convention sur les armes à sous-munitions, qui est entrée en vigueur en 2010 et qui établit des règles pour mettre fin à l’utilisation de ces armes et trouver des solutions aux problèmes humanitaires qui leur sont encore associés. Il est en outre prévu que le Liban accueille une réunion internationale des États parties à la Convention en septembre prochain.

La mort dans le champ, paru dans un premier temps en français sous forme de bande dessinée dans le journal Le Temps, a été produit conjointement par le CICR, Point Prod http://www.pointprod.ch et la Radio Télévision Suisse   http://www.rtsentreprise.ch .

Pour de plus amples informations ou pour une interview avec Patrick Chappatte, veuillez contacter :
Anna Nelson, CICR Genève, tél. : +41 79 217 32 64