Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Le CICR lance un appel de fonds pour faire face à des crises aiguës et à des souffrances persistantes

08-12-2011 Communiqué de presse 11/256

Genève (CICR) – Des dizaines de milliers de personnes ont perdu la vie, ont été blessées ou plongées dans la souffrance en raison des situations d’urgence soudaines survenues au Moyen-Orient et en Afrique du Nord durant les premiers mois de cette année.

« Inattendues, ces crises humanitaires simultanées ont mis le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) à l’épreuve, plaçant l’institution devant des choix entre des priorités opérationnelles concurrentes », a déclaré le président du CICR, Jakob Kellenberger, lors d’une conférence de presse tenue aujourd’hui à Genève, au cours de laquelle il a présenté les appels d’urgence de l’institution pour 2012. Le CICR demande aux donateurs près de 1,15 milliard de francs suisses pour financer les activités qu’il mènera dans le monde entier l’an prochain.

Le budget initial du CICR pour 2012 s’élève à 970 millions de francs suisses pour les opérations terrain et à 181 millions de francs pour le soutien fourni par le siège de l’institution à Genève. Le montant total avoisine celui demandé en 2011 pour couvrir le budget initial record du CICR.

« En 2012, l’Afghanistan représentera l’opération humanitaire la plus importante du CICR en termes de budget, avec des dépenses évaluées à 89 millions de francs suisses, a indiqué M. Kellenberger. Ce montant traduit l’engagement renouvelé du CICR de poursuivre ses efforts en vue d’aider les Afghans dans leur lutte de tous les jours. » Pour les personnes vivant dans des régions durement touchées par un conflit, accéder à des soins de santé est encore un problème, en raison des combats et de l’insécurité générale ; et aussi du fait qu’à certains endroits, les postes de santé et les dispensaires ne sont pas pleinement opérationnels, et qu’une partie des employés ont fui ou ont simplement trop peur d’aller travailler. La Somalie, avec un budget de 70,2 millions de francs, l’Irak, avec des dépenses qui devraient s’élever à 67,3 millions de francs, et le Soudan, où le coût des opérations devrait se chiffrer à 55 millions de francs, comptent parmi les autres opérations les plus vastes de l’institution.

« Rétrospectivement, il ressort qu’en 2011, nous avons dû faire preuve d’une très grande souplesse pour adapter nos projets et nos ressources au fur et à mesure que les événements se produisaient », a aussi précisé M. Kellenberger. En Libye, par exemple, une équipe multidisciplinaire a été déployée dans la ville orientale de Benghazi, quelques jours à peine après le début des violences, en février dernier. Quelques semaines plus tard, le CICR installait une délégation à Tripoli. De part et d’autre de la ligne de front, l’institution a pu ainsi rapidement commencer à accomplir ses tâches humanitaires, visitant des détenus, fournissant des médicaments et du matériel médical aux hôpitaux, procédant à l’enlèvement de restes explosifs de guerre et distribuant des vivres et d’autres articles aux plus démunis. « Le fait que nous ayons eu des collaborateurs sur place a grandement favorisé le dialogue avec toutes les parties au conflit, et contribué à ce que nous puissions accéder plus facilement aux personnes qui avaient le plus besoin de notre aide, dans de meilleures conditions de sécurité. Cette expérience en Libye a montré une fois encore l’importance d’une action humanitaire indépendante et neutre, conjuguée à une capacité de déploiement rapide », a expliqué M. Kellenberger.

« Notre aptitude à faire face à l’inattendu demeurera essentielle si nous voulons pouvoir gérer les crises de manière efficace et fournir rapidement une assistance humanitaire aux hommes, aux femmes et aux enfants qui en ont besoin, a ajouté le président du CICR. Parallèlement, nous sommes déterminés à promouvoir la résilience et l’autosuffisance des communautés qui subissent les effets de conflits armés qui se prolongent, comme en Afghanistan, en Irak et dans la République démocratique du Congo, et à protéger la dignité des personnes concernées d’une façon que la seule distribution de vivres et d’autres secours non alimentaires ne permet pas. » Des initiatives micro-économiques lancées par le CICR en Irak ont par exemple permis à de nombreuses femmes ayant charge de famille d’améliorer leur situation.

« Où que nous ayons eu à intervenir pour répondre aux besoins les plus pressants découlant de situations de crise nouvelles et qui n’ont cessé de s’aggraver – comme en Libye, en Syrie, en Somalie et en Côte d’Ivoire – les relations de partenariat que nous entretenons avec les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge nous ont permis de nous rendre dans des zones reculées et de fournir une assistance le plus efficacement possible », a conclu M. Kellenberger.

* 1 franc suisse équivaut actuellement à environ 1,08 dollar américain ou 0,81 euro.

Informations complémentaires :
Philippe Stoll, CICR Genève, tél. : +41 22 730 31 40 ou +41 79 536 92 49 (français et anglais)
Marçal Izard, CICR Genève, tél. : +41 79 217 32 24 (espagnol)
Hicham Hassan, CICR Genève, tél. : (arabe)
Carla Haddad Mardini, CICR Genève, tél. : +41 79 217 32 26