Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

République centrafricaine : le CICR vient en aide aux personnes déplacées par la violence à Ndélé

14-12-2012 Communiqué de presse 12/247

Bangui (CICR) – Plusieurs centaines de personnes ont fui leurs maisons après l'attaque perpétrée par des hommes armés lundi 10 décembre à Ndélé, une ville de près de 20 000 habitants située dans le nord de la République centrafricaine.

« Certains habitants ont quitté leur habitation, alors que d'autres n'y passent pas plus de quelques heures par jour, par crainte de nouvelles violences », explique Georgios Georgantas, chef de la délégation du CICR en République centrafricaine. « Il est primordial que ceux qui ont une influence sur le sort des populations, des blessés et des détenus mettent tout en œuvre pour que ces personnes soient épargnées par les violences. »

Près de 300 personnes qui s'étaient regroupées dans des abris aux abords du camp de la MICOPAX (mission de consolidation de la paix en République centrafricaine) ont reçu de l'eau potable, acheminée par camion. Le CICR a également aidé à l’inhumation de dépouilles mortelles. Il est aujourd'hui l'une des seules organisations humanitaires encore actives dans la ville.

« Nous continuons à suivre de très près l'évolution de la situation sur le plan humanitaire, afin de pouvoir répondre aux besoins qui pourraient surgir, et nous maintenons un dialogue avec tous les acteurs présents à Ndélé », a ajouté M. Georgantas.

Informations complémentaires :
Vincent Pouget, CICR Bangui, tél. : + 236 75 64 30 07
Marie-Servane Desjonquères, CICR Genève, tél. : +41 22 730 31 60 ou +41 79 536 92 58


Photos

Ndélé. Des enfants reçoivent de l'eau que le CICR a transportée par camion au camp de la MICOPAX. 

Ndélé. Des enfants reçoivent de l'eau que le CICR a transportée par camion au camp de la MICOPAX.
© ICRC

Ndélé. Un point de distribution d'eau par le CICR dans le camp de la MICOPAX. 

Ndélé. Un point de distribution d'eau par le CICR dans le camp de la MICOPAX.
© ICRC