Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Yémen : une conférence pour améliorer la protection des personnels et des structures de santé

16-12-2012 Communiqué de presse 12/245

Sanaa / Genève (CICR) – Une conférence organisée par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) sur les dangers auxquels sont exposés les personnels de santé et les structures médicales a réuni à Sanaa des représentants du gouvernement yéménite issus des secteurs de la santé, de la sécurité et de la justice, ainsi que des membres de la société civile et d’organisations internationales.

Les participants à cette réunion qui s’est tenue le 16 décembre dans la capitale du Yémen se sont également penchés sur les facteurs qui empêchent l’accès des malades et des blessés aux soins de santé dans les conflits armés et autres situations de violence.

« La violence qui entrave la fourniture des soins de santé est aujourd’hui un des problèmes  humanitaires les plus graves ; et pourtant, il est par trop négligé. Il faut absolument mettre un terme à cette violence où que ce soit dans le monde, y compris au Yémen », a déclaré Eric Marclay, chef de la délégation du CICR dans ce pays. « La communauté des soins de santé ne peut à elle seule venir à bout de ce problème. Le gouvernement yéménite, les forces armées et de sécurité, tous les groupes armés et l’ensemble des autorités concernées doivent engager le dialogue sur cette question. Il est crucial que tous prennent les mesures nécessaires pour garantir des soins de santé efficaces et prodigués en toute impartialité. »

Avant la tenue de la conférence, les autorités yéménites ont signé une déclaration reprenant les règles et principes du droit international humanitaire et du droit international des droits de l’homme qui visent à protéger les services de santé, les malades et les blessés. Ces deux branches du droit s’appliquent au Yémen comme partout ailleurs dans le monde. « Je suis très satisfait que les autorités aient accepté de soutenir notre initiative et la création d’un groupe de travail sous les auspices du CICR, ajoute M. Marclay. Le groupe se réunira régulièrement à la suite de cette conférence pour convenir de mesures concrètes propres à garantir le respect de ces règles et principes lors d’éventuelles crises à venir. »

Le droit international prévoit clairement que les malades, les blessés et les membres du personnel de santé ne doivent pas être la cible d’attaques ou de mauvais traitements, et que les soins de santé doivent être accessibles à tous. Aussi faut-il prendre toutes les mesures possibles pour garantir que toutes les personnes qui en ont besoin, combattants aussi bien que civils, puissent bénéficier de soins sans aucune discrimination.

Informations complémentaires :
Dibeh Fakhr, CICR Sanaa, tél. : +967 73 607 19 67
Anastasia Isyuk, CICR Genève, tél. : +41 22 730 30 23 ou +41 79 251 93 02