Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Des détenus palestiniens en grève de la faim sont en danger de mort

08-05-2012 Communiqué de presse 12/99

Genève / Jérusalem (CICR) – Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) est extrêmement préoccupé par la détérioration de l’état de santé de six détenus palestiniens en grève de la faim depuis 47 à 71 jours. Les détenus, qui demandent que les autorités israéliennes mettent fin à leur détention administrative, sont en danger de mort imminent. Des délégués du CICR et une équipe médicale de l’institution les visitent depuis qu’ils ont entamé ce mouvement de grève.

À ce jour, plus de 1 600 détenus observent une grève de la faim depuis le 17 avril. Leurs principales revendications sont la reprise des visites familiales à partir de Gaza et la levée des mesures d’isolement dans les lieux de détention israéliens.

« Nous demandons instamment aux autorités détentrices de transférer sans délai ces six détenus dans un hôpital où leur état de santé sera suivi en permanence et où ils pourront recevoir des soins médicaux et infirmiers spécialisés, adaptés à leur état », indique Juan Pedro Schaerer, chef de la délégation du CICR pour Israël et les territoires occupés. « Si nous sommes favorables à tout traitement médical susceptible d’être bénéfique aux détenus, nous tenons à souligner que, conformément aux résolutions adoptées par l’Association médicale mondiale, les détenus ont le droit de choisir librement s’ils souhaitent ou non être alimentés, ou recevoir un traitement médical. Il est essentiel que leur choix soit respecté et que leur dignité humaine soit préservée. »

Le CICR déplore que les autorités israéliennes aient suspendu les visites familiales aux détenus en grève de la faim.

« Les familles s’inquiètent de la santé de leurs proches détenus, ajoute M. Schaerer. Nous demandons de toute urgence aux autorités israéliennes d’autoriser que les détenus en grève de la faim prolongée reçoivent la visite des membres de leur famille. Dans des circonstances aussi extrêmes, permettre que les proches restent en contact est un impératif humanitaire. »

Informations complémentaires :
Noora Kero, CICR Jérusalem, tél. : +972 52 601 91 50
Nadia Dibsy, CICR Jérusalem, tél. : +972 52 601 91 48
Ayman Alshehabi, CICR Gaza, tél. : +972 59 960 30 15
Ran Goldstein, CICR Tel Aviv, tél. : +972 52 27 57 517
Hicham Hassan, CICR Genève, tél. : +41 22 730 25 41 ou +41 79 536 92 57