Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Philippines : une nouvelle infirmerie pour les détenus atteints de tuberculose

25-05-2012 Communiqué de presse 12/108

Manille (CICR) – À la prison de Quezon City, les détenus atteints de tuberculose auront désormais accès à des soins de santé appropriés et feront l'objet d'un suivi médical au sein d'une structure récemment rénovée et agrandie.

L'infirmerie, d'une superficie de 211 m2 et pouvant accueillir jusqu'à 60 patients, sera officiellement inaugurée aujourd'hui. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a contribué aux travaux de rénovation et facilité la mise en œuvre du programme national de lutte contre la tuberculose dans la prison, qui compte environ 3 000 détenus. Il s'agit du deuxième plus grand établissement géré par le Bureau de l’administration pénitentiaire et de l’application des peines (Bureau of Jail Management and Penology – BJMP).

« Auparavant, tous les détenus tuberculeux étaient confinés dans une petite salle d'isolement, ce qui augmentait le risque de propagation des formes de tuberculose multirésistante, a déclaré le Dr Gegham Petrosyan, coordonnateur santé du CICR aux Philippines. La surpopulation carcérale fait des prisons un terrain propice à la transmission de la tuberculose, raison pour laquelle le CICR a jugé nécessaire de travailler en collaboration avec les autorités pénitentiaires en vue d'améliorer la lutte contre cette maladie. »

La nouvelle structure abrite cinq salles de soins permettant de séparer les patients en fonction du type de tuberculose. Elle compte également un bureau pour le personnel, ainsi qu'une petite salle destinée au prélèvement des échantillons d'expectorations afin de réduire le risque de contamination. Il est plus difficile de traiter les formes de tuberculose multirésistante, qui ne sont pas sensibles à deux des antibiotiques les plus efficaces, que les souches communes, généralement traitées en six à sept mois.

« Cette prison sera un exemple de bonne pratique pour la gestion de la tuberculose dans les lieux de détention aux Philippines, a précisé le Dr Petrosyan. Le CICR et le BJMP entretiennent un dialogue constructif et ouvert. Le BJMP se montre disposé à discuter des moyens à mettre en œuvre pour améliorer la situation de tous les détenus et reconnaît que le CICR peut apporter une valeur ajoutée. »

Le CICR effectue des visites dans les lieux de détention aux Philippines depuis plus de 50 ans, notamment auprès des personnes détenues à la suite de conflits armés internes et autres situations de violence. L'objectif de ces visites est d'évaluer les conditions de détention et le traitement réservé aux détenus.

En 2007, le CICR a lancé un appel à l'action en vue de remédier aux causes de la surpopulation carcérale et à ses conséquences sur la santé des détenus et leurs conditions de vie. Il soutient le programme de gestion de la tuberculose dans les prisons, mené conjointement par le BJMP et le Bureau de l'administration correctionnelle dans le cadre du programme national de lutte contre la tuberculose relevant du département de la Santé.  

Informations complémentaires :
Allison Lopez, CICR Manille, tél. : +63 908 868 68 84


Photos

Prison de Quezon City, Philippines. Les infirmeries ont été construites conformément aux meilleures pratiques pour la gestion et le traitement de la tuberculose. Une bonne ventilation est essentielle pour réduire le risque de transmission de la maladie.  

Prison de Quezon City, Philippines. Les infirmeries ont été construites conformément aux meilleures pratiques pour la gestion et le traitement de la tuberculose. Une bonne ventilation est essentielle pour réduire le risque de transmission de la maladie.
© CICR / Sarah Velasco

Prison de Quezon City, Philippines. Des coordinateurs médicaux nommés parmi les détenus sont impliqués dans la détection précoce de la tuberculose chez les détenus. Ils aident à identifier ceux qui toussent depuis plus de deux semaines et les signalent au personnel de santé de la prison. 

Prison de Quezon City, Philippines. Des coordinateurs médicaux nommés parmi les détenus sont impliqués dans la détection précoce de la tuberculose chez les détenus. Ils aident à identifier ceux qui toussent depuis plus de deux semaines et les signalent au personnel de santé de la prison.
© CICR / Sarah Velasco