Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Soudan du Sud : le plus jeune État du monde signe les Conventions de Genève

19-07-2012 Communiqué de presse 12/154

Juba/Genève – La République du Soudan du Sud a adhéré aux Conventions de Genève de 1949 et à leurs Protocoles additionnels après adoption, par l’Assemblée législative nationale, lundi 16 juillet, du texte législatif y afférent. Tous les pays du monde ont désormais signé les Conventions de Genève de 1949.

Les Conventions de Genève de 1949 et leurs Protocoles additionnels sont au cœur du droit international humanitaire (DIH) et établissent des règles qui visent, pour des raisons humanitaires, à limiter les conséquences des conflits armés. Ils protègent les personnes qui ne participent pas ou plus aux hostilités, comme les civils, les personnels de santé ou personnel d’organisations humanitaires, les soldats blessés, malades et naufragés, les prisonniers de guerre et les autres personnes privées de liberté, et limitent les moyens et méthodes de guerre auxquels les parties peuvent avoir recours.

« Nous sommes très heureux d’apprendre que le Soudan du Sud a adhéré aux Conventions de Genève. Ces instruments s'attachent à protéger la vie humaine et à éviter les souffrances inutiles. Le fait que tous États les ont signées prouve leur caractère universel », indique Melker Mabeck, chef de la délégation du CICR à Juba. « L’armée du Soudan du Sud doit continuer d’intégrer les Conventions de Genève dans sa formation et sa doctrine pour les faire connaître et les faire respecter. »

« C’est un moment historique pour le Soudan du Sud », commente Dengtiel Ayuen Kuur, Président de la commission de législation et de justice de l’Assemblée législative nationale. « Ces traités qui limitent les moyens et méthodes de guerre doivent être respectés si nous voulons emprunter la voie de la paix et de la prospérité. Aujourd’hui, en tant que nation, nous marquons notre engagement envers les principes de l’humanité, même en temps de guerre. »

Le mandat permanent et international du CICR, qui consiste à apporter protection et assistance aux victimes des conflits armés, découle des Conventions de Genève. L’institution a fourni un soutien technique et donné des conseils au gouvernement du Soudan du Sud durant le processus d’adhésion. Par ailleurs, elle organise des formations au DIH et des séances d’information à l’intention de l’armée du Soudan du Sud et des groupes armés présents dans le pays.  

Les premières opérations du CICR dans l'actuel Soudan du Sud remontent à 1986. L'institution a ouvert une délégation à Juba, la capitale, lorsque le pays a accédé à l'indépendance le 9 juillet 2011. Elle compte aussi deux sous-délégations dans le nouvel État, à Malakal et à Wau. Au Soudan du Sud, le CICR s'emploie à prévenir les violations du DIH et à soutenir les hôpitaux et les centres de réadaptation physique. Il aide en outre les communautés touchées par le conflit à survivre et à devenir autosuffisantes.

Informations complémentaires :
Ewan Watson, CICR Juba, tél. : +211 912 178 946
Vassily Fadeev, CICR Genève, tél. : +41 22 730 34 53 ou +41 79 536 92 48