Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Ouganda : le CICR transfère la gestion d’un projet de santé en milieu carcéral

19-07-2012 Communiqué de presse 12/152

Kampala (CICR) – Chaque année, quelque 8 000 personnes détenues dans les prisons de Fort Portal, Gulu et Upper (à Luzira) bénéficient d’un projet de santé dont le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) transfère aujourd’hui le dernier volet aux autorités ougandaises.

Le projet vise à améliorer l’état de santé des détenus en permettant aux services médicaux de ces prisons de fournir aux personnes atteintes du VIH/sida, de la tuberculose ou du paludisme des soins d'une qualité équivalente à ceux disponibles dans les communautés voisines et conforme aux politiques nationales.

« À l’heure où nous remettons formellement aux services pénitentiaires ougandais le projet en cours à Fort Portal, le CICR est très satisfait des résultats obtenus », déclare Riccardo Conti, chef de la délégation du CICR en Ouganda.

Dans la prison de Fort Portal, la proportion de dépistages des détenus à leur arrivée en prison est passée de presque 70 % en 2009 à plus de 90 % à la mi-2012. Le nombre de cas de paludisme a fortement baissé, et le taux de réussite du traitement de la tuberculose est passé de 46 % en 2009 à plus de 86 % en 2011 – et va probablement demeurer stable en 2012. Enfin, les détenus atteints du VIH ont pu avoir un bien meilleur accès à des soins. Les résultats sont similaires dans les prisons d’Upper et de Gulu, où le projet a déjà été transféré aux autorités.

« Notre objectif était de proposer aux services pénitentiaires ougandais et au ministère de la Santé un modèle éprouvé, fonctionnel et économique en matière de prévention et de traitement du VIH/sida, de la tuberculose et du paludisme, applicable à l’ensemble du système carcéral avec les ressources du gouvernement », explique le docteur Fatah Labib, un responsable des programmes santé du CICR.

Fruit d’une étude conduite en 2006 sur la santé dans les prisons ougandaises, le projet a été mis en place dans les prisons de Fort Portal, Gulu et Upper. Il doit sa réussite à la volonté de coopération et au professionnalisme du groupe de travail national créé en 2007, qui réunit des représentants des services pénitentiaires ougandais, du ministère de la Santé et du CICR.

« Pendant la mise en œuvre du projet, le CICR a mobilisé de nombreux agents de santé pour venir en aide aux services pénitentiaires ougandais », déclare M. Conti. Nous constatons avec plaisir que, pour ce qui est de la réduction des cas de tuberculose et de paludisme et de la prise en charge efficace des cas de VIH, les résultats correspondent dans l'ensemble à la moyenne nationale. »

Dans la prison de Gulu, le CICR a contribué à la création d’un centre de soins de santé qui comprend un service de consultation externe complètement fonctionnel, une maternité et un laboratoire. Ce centre prend en charge 2 300 personnes par an en moyenne. Bien que les détenus en soient les premiers bénéficiaires, le personnel de la prison et les membres des communautés environnantes peuvent également profiter de ses services. Dans la prison Upper de Luzira, quelque 3 900 à 4 400 détenus ont bénéficié chaque année du projet de santé entre 2009 et 2011.

En Ouganda, où il est présent depuis 1979, le CICR vient en aide aux réfugiés et aux détenus, fournit de l’eau et des services d'assainissement (en coopération avec la Croix-Rouge de l’Ouganda) et s’emploie à promouvoir le droit international humanitaire et sa mise en œuvre.

Informations complémentaires :
Adebayo Olowo-Ake, CICR Kampala, tél. : +256 77 222 19 94