Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Iran : la santé dans les conflits armés et autres situations d'urgence

11-02-2013 Communiqué de presse 13/19

Genève/Téhéran (CICR/Croissant-Rouge iranien) – Des experts de la gestion des soins d’urgence, des catastrophes, et de la coordination en matière de santé de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ainsi que des gouvernements se réuniront à Téhéran du 12 au 14 février pour participer à un atelier organisé par la Société du Croissant-Rouge de la République islamique d'Iran et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

Ils s’attacheront à définir des mesures permettant aux personnels de santé d’avoir un accès plus sûr aux personnes nécessitant des soins médicaux dans des conflits armés et autres situations d'urgence.

« Le CICR a décidé de relever ce défi humanitaire avec les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge du monde entier afin de renforcer la protection des malades et des blessés et d'améliorer la fourniture en toute sécurité de soins de santé efficaces et dispensés en toute impartialité lors d’un conflit armé et d’autres situations d'urgence », déclare Pierre Ryter, chef de la délégation du CICR à Téhéran. « Cette réunion s’inscrit dans un effort de plus vaste portée visant à trouver des solutions à l'un des défis humanitaires majeurs auxquels le monde doit faire face aujourd'hui et qui passe encore bien trop souvent inaperçu. »

Participeront à l'atelier des représentants des Sociétés de la Croix-Rouge ou du Croissant-Rouge d’Allemagne, de Côte d'Ivoire, d’Égypte, d’Espagne, d'Indonésie, d'Irak, d’Iran, du Népal, de Norvège, d’Ouganda, de Palestine, du Royaume-Uni et de Syrie, ainsi que de la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et du CICR. Des représentants du ministère irakien de la Santé assisteront également à cet atelier et feront part de leur expérience.

« Le danger fait partie intégrante du travail des agents de santé de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, malgré le caractère neutre et impartial de leur mission, » dit Mohammad Shahabeddin Mohammadi-Araghi, secrétaire général adjoint du Croissant-Rouge iranien. « Cet atelier offre une bonne occasion d’échanger des idées sur les obstacles à la fourniture des soins de santé auxquels les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge sont confrontées. »

L'événement qui se tient cette semaine à Téhéran fait partie d'une série de dix ateliers qui se dérouleront entre 2012 et 2014 dans le but de mettre au point des mesures concrètes pour renforcer la protection des prestataires et bénéficiaires des soins de santé dans des conflits armés et autres situations d'urgence.

Les recommandations formulées par les participants aux ateliers devraient aider le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et les États parties aux Conventions de Genève, lors de leurs réunions en 2015 dans le cadre de la XXXIIe Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, à élaborer des résolutions sur les mesures à prendre pour remédier à ce problème humanitaire urgent.

Un incident violent sur six perpétré contre les agents de santé dans des pays touchés par un conflit, et signalé en 2012, ciblait ou concernait d’une manière ou d’une autre des collaborateurs ou des services de la Croix-Rouge ou du Croissant-Rouge, ou encore des patients. Au moins dix membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ont été tués dans l’exercice de leurs fonctions. Comme ces chiffres se fondent uniquement sur les incidents signalés, l'ampleur réelle du problème de la sécurité d'accès aux soins de santé est probablement beaucoup plus grande.

Informations complémentaires :
Mojgan Mohammad, CICR Téhéran, tél. : +98 21 22 64 58 21-4 ou +98 919 830 11 61
Dibeh Fakhr, CICR Genève, tél. : +41 22 730 37 23 ou +41 79 447 37 26