Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Soudan du Sud : le CICR exhorte au respect de la mission médicale et de l’action humanitaire

18-01-2014 Communiqué de presse

Genève / Juba (CICR) – Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) est de plus en plus inquiet de voir que la mission médicale et l’action humanitaire, ainsi que les personnes qui mènent cette action au Soudan du Sud ne sont pas respectées. L’institution exhorte toutes les parties à prendre des mesures immédiates pour que le personnel médical et humanitaire et tous leurs véhicules et installations soient épargnés par les combats.

Le droit international humanitaire garantit une protection spéciale à la mission médicale. Les personnes blessées et malades ainsi que les installations et véhicules sanitaires et le personnel de santé doivent être épargnés et protégés sans exception et en tout temps.

« La situation était déjà difficile au Soudan du Sud, rappelle Melker Mabeck, chef de la délégation du CICR à Juba. Mais aujourd’hui le pays est aux prises avec une crise de plus en plus grave du point de vue humanitaire. Il est essentiel que les travailleurs humanitaires soient épargnés et que leurs installations et véhicules ne soient pas attaqués. »

Le CICR demande à toutes les parties de respecter leurs obligations en vertu du droit humanitaire et de veiller à ce que les travailleurs humanitaires puissent accéder partout en toute sécurité. Elles doivent éviter de faire délibérément obstacle à la fourniture des secours aux civils qui en ont besoin dans les zones dont elles dont le contrôle.

Depuis que les violences ont éclaté, le 15 décembre 2013, le CICR et la Croix-Rouge du Soudan du Sud se sont employés à faire face aux besoins les plus urgents dans tout le pays.

Malgré l’environnement difficile dans lequel il opère, le CICR fait tout son possible pour répondre aux besoins urgents de la population au Soudan du Sud, affirme M. Mabeck. « Nous réfléchissons à toutes les options possibles pour venir en aide aux personnes qui en ont besoin et pour soigner les blessés ». L’action du CICR ne pourra continuer d’être menée à bien que si tous ceux qui sont impliqués dans les combats respectent un devoir essentiel : protéger le personnel humanitaire et les agents de santé, principalement dans les zones touchées par la violence armée. Ils doivent aussi veiller à ce que les hôpitaux, cliniques mobiles et ambulances ne soient pas endommagés ni détournés de leur fonction.

Informations complémentaires :
Jake Kurtzer, CICR Juba, tél. : +211 912 36 00 38, twitter: @JKurtzerICRC
Alexis Heeb, CICR Genève, tél. : +41 79 218 76 10, twitter: @AHeebICRC