• Envoyer
  • Imprimer

Union africaine : des experts discutent de l’assistance à fournir aux victimes de mines et d’autres engins explosifs

04-03-2014 Communiqué de presse

Addis-Abeba (CICR) – La Commission de l’Union africaine et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) tiennent un atelier cette semaine pour examiner les difficultés que pose la fourniture d’assistance aux personnes blessées par des mines terrestres, des sous-munitions ou d’autres restes explosifs de guerre, et chercher des solutions. L’événement, qui va se dérouler à Addis-Abeba (Éthiopie) du 4 au 6 mars, réunira des hauts fonctionnaires de plus de 15 États africains où un nombre important de personnes ont été blessées par ces types d’engins.

« Ces quinze dernières années ont vu l’adoption de plusieurs traités visant non seulement à ce que les mines, les sous-munitions et autres restes explosifs de guerre soient enlevés et détruits, mais aussi à ce que les victimes reçoivent l’assistance dont elles ont besoin », rappelle Claude Tardif, responsable des programmes de réadaptation physique du CICR. « Les États membres de l’Union africaine ont pris des mesures pour mettre en œuvre ces traités au niveau national. Cependant, de nombreux États qui sont parties à ces instruments ont encore du mal à s’acquitter de leurs obligations dans le domaine de l’assistance aux victimes. »

Les participants seront des hauts fonctionnaires des ministères chargés de la planification, de la promotion et de la mise en œuvre de l’assistance aux victimes, ainsi que des experts de cette assistance délégués par les États membres, le CICR et des organisations internationales et non gouvernementales. Des représentants de la Commission de l’Union africaine prendront également part à l’atelier.

Ces travaux donneront lieu à un rapport de synthèse qui présentera les progrès accomplis par les États membres en termes d’élaboration de politiques et de législation sur l’assistance aux victimes, ainsi que les problèmes de mise en œuvre rencontrés. La Commission de l’Union africaine et le CICR espèrent renforcer la coopération intra-africaine dans ce domaine et entendent aider les pays dans leurs efforts pour mener à bien des programmes d’assistance aux victimes.

L’événement organisé cette semaine fait suite à une réunion qui s’est tenue l’année dernière, également à Addis-Abeba, sur le respect des délais d’enlèvement et de destruction imposés par la Convention sur l’interdiction des mines antipersonnel et la Convention sur les armes à sous-munitions.
 

Informations complémentaires :
Belain Gebremedhin, CICR Addis-Abeba, tél. : +251 11 647 83 20 / 21 / 22