• Envoyer
  • Imprimer

Irak : les civils et les structures médicales premières victimes des combats à Fallouja

26-05-2014 Communiqué de presse 14/87

Genève / Bagdad (CICR) – Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) est profondément préoccupé par les combats qui font rage entre les forces de sécurité irakiennes et des groupes armés dans la province d’Anbar, en particulier à Fallouja. Dans cette ville, les affrontements ont gravement perturbé l’acheminement de vivres, d’eau, de combustible, de fournitures médicales et d’autres articles de secours aux civils. On estime que des centaines de milliers d’habitants de la province d’Anbar ont fui leur foyer depuis le début des hostilités en décembre 2013.


Ramadi, province d'Anbar, Irak. De jeunes garçons sur le toit d'une mosquée qui s'est effondrée lors des combats. @Reuters / A.al-Mashhadani

« Plus de 35 000 personnes auraient été déplacées rien que ces derniers jours. De nombreux civils sont encore piégés dans la ville par les combats », explique Patrick Youssef, chef de la délégation du CICR en Irak, qui s’est récemment rendu sur place pour évaluer la situation humanitaire.

« Les réserves d’eau, de nourriture et d’articles de première nécessité sont au plus bas », ajoute-t-il. « L’accès aux soins de santé à Fallouja est extrêmement restreint et les fournitures médicales sont sur le point de s’épuiser. Il ne reste presque plus de personnel médical qualifié dans la ville pour soigner les blessés et les malades. De plus, les ambulances sont ralenties, voire complètement bloquées par les combats. »

Le CICR rappelle à toutes les parties aux hostilités l’obligation qui leur incombe d’épargner la population civile et de permettre la fourniture d’une aide humanitaire à ceux qui en ont le plus besoin. « Tous les blessés et les malades doivent bénéficier d’un accès sûr et rapide aux soins de santé », déclare M. Youssef. « Les ambulances et les structures de santé ne doivent pas être prises pour cible. Le personnel médical doit pouvoir remplir sa mission sans entrave. »

En janvier, des collaborateurs du CICR ont réussi à entrer à Fallouja pour y distribuer des vivres et d’autres secours à quelque 3 000 personnes. Toutefois, les combats continus ont empêché l’institution d’y retourner pour apporter une aide d’urgence aux milliers d’autres qui en ont besoin. « Nous nous tenons prêts à porter assistance aux habitants de la ville dès que la situation nous le permettra », souligne M. Youssef.

Dans le même temps, le CICR continue de soutenir les populations qui ont fui la province d’Anbar en coopération avec les communautés locales, le Croissant-Rouge de l’Irak, les conseils locaux et le gouvernement central. À ce jour, il a distribué des vivres et des articles de première nécessité à plus de 100 000 personnes déplacées dans les provinces d’Anbar, Babel, Bagdad, Diyala, Kerbala, Najaf, Ninive, Qadissiya et Salaheddine. Des équipes du CICR ont aussi réparé des réseaux d’approvisionnement en eau qui desservent plus de 150 000 personnes, notamment des déplacés et leurs communautés d’accueil. Enfin, l’institution a achevé la réparation du centre de soins de santé primaires de Ramadi, qui avait été endommagé dans les affrontements.
 

Informations complémentaires :
Saleh Dabbakeh, CICR Bagdad, tél. : +964 790 191 6927
Sitara Jabeen, CICR Genève, tél. : +41 22 730 24 78 ou +41 79 536 92 31