• Envoyer
  • Imprimer

Irak : des secours pour les victimes des combats à Mossoul

12-06-2014 Communiqué de presse 14/99

Genève/Bagdad (CICR) – La dernière vague de violence en Irak, tout particulièrement dans la ville de Mossoul, a encore exacerbé les besoins humanitaires découlant des affrontements qui font rage depuis le mois de décembre. Des centaines de milliers de personnes ont fui la ville en quête de sécurité. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) s’emploie à venir en aide aux habitants, à Mossoul et ailleurs dans le pays, et appelle toutes les parties aux hostilités à respecter pleinement les règles et les principes du droit international humanitaire.


Dans la périphérie d'Arbil, Kurdistan irakien, 11 juin 2014. Une famille qui a fuit Mossoul à cause des violences attend à un point de contrôle.© Reuters

« Nous sommes extrêmement préoccupés par les conséquences des affrontements pour les civils », déclare Patrick Youssef, chef de la délégation du CICR en Irak. « Nous demandons instamment à toutes les parties au conflit de protéger la population civile contre les effets des hostilités. Les civils ne doivent pas être attaqués et doivent pouvoir se déplacer librement vers des zones plus sûres. Les structures civiles, telles que les maisons, les hôpitaux, les écoles et les lieux de culte, ne doivent pas être prises pour cibles. »

Le droit international humanitaire dispose clairement que les morts doivent être recueillis et traités avec respect et dignité, indépendamment du camp auquel ils appartiennent. Les personnes détenues, ou qui se trouvent d’une façon ou d’une autre au pouvoir d’une partie au conflit, doivent être traitées avec humanité en toutes circonstances.

La ville de Mossoul fait face par ailleurs à une pénurie d’électricité et d’autres sources d’énergie. Bien que les hôpitaux aient pu prendre en charge un grand nombre de blessés, certains ont complètement arrêté de fonctionner, tandis que d’autres tournent à capacité réduite. Les équipes du CICR s’attachent à répondre aux besoins des déplacés et ont déjà distribué des colis alimentaires pour un mois et divers articles de secours à plus de 10 000 personnes déplacées à Zumar et à Al-Qosh, au nord de Mossoul.

« Nous appelons toutes les parties au conflit à faire en sorte que les services médicaux puissent continuer de fonctionner, poursuit M. Youssef. Toutes les personnes blessées ou malades doivent pouvoir recevoir des soins. Les personnels de santé et les structures médicales doivent être protégés et respectés. »

Les collaborateurs du CICR présents à Kirkouk, Dohuk, Erbil et Bagdad suivent la situation de près. Des vivres et des articles de secours supplémentaires seront distribués dans les prochains jours. Le CICR demande à toutes les parties engagées dans les combats, ainsi qu’aux chefs tribaux et communautaires et aux autorités, de faciliter l’accès de ses équipes aux zones où des personnes ont besoin d’aide.

Informations complémentaires :
Saleh Dabbakeh, CICR Bagdad, tél. : +964 790 191 6927
Sitara Jabeen, CICR Genève, tél. : +41 22 730 24 78 ou +41 79 536 92 31