• Envoyer
  • Imprimer

Bulletin quotidien no 3

01-12-2011

XXXIe Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, Genève, 28 novembre au 1er décembre 2011

Progrès vers le renforcement du droit relatif aux situations de catastrophes

Hier, dans le cadre d’une des séances plénières de la conférence, plusieurs objectifs clés concernant l’amélioration du droit relatif aux situations de catastrophes ont été atteints. Une avancée cruciale a consisté dans la signature d’un mémorandum d’accord entre la FICR et le bureau des affaires humanitaires de l’ONU qui se sont engagés à travailler de concert au renforcement des lois, règles et principes applicables aux interventions humanitaires. A signaler également les déclarations de nombreux pays indiquant avoir déjà accompli des efforts notables dans ce domaine. «Cela signifie que nous sommes en mesure d’agir plus efficacement et que nos communautés sont plus résilientes et mieux préparées», a commenté Alicia Arango, représentante permanente de la Colombie auprès des Nations unies. «Nous devons encore améliorer la coordination aux niveaux local et international.»

Comment redonner espoir à une génération ?

C’est une des questions posées dans le cadre de l’atelier «Meilleures pratiques pour renforcer la protection des enfants» animé par un groupe d’experts des Sociétés nationales danoise, hondurienne, palestinienne et ougandaise. Les participants ont cité en exemple des programmes de soutien psychologique et de promotion d’une culture de paix et d’intégration sociale s’adressant à des jeunes qui vivent dans des régions affectées par des conflits. Ils ont convenu que le Mouvement possède en la matière une solide expérience qui mérite d’être consolidée. «Faute de s’occuper de cette question, on risque de compromettre le processus de pacification de la société», a observé un représentant de la Croix-Rouge danoise de la jeunesse. «Nous avons le pouvoir d’agir dans ce domaine et devons assumer cette responsabilité.»

Jeux vidéo et droit international humanitaire : une occasion de promouvoir le droit des conflits armés ?

La popularité toujours plus grande des jeux vidéo qui simulent des situations de guerre représente une réalité nouvelle pour le CICR, qui consacre chaque année des ressources considérables à la promotion du droit des conflits armés dans les établissements scolaires, les universités et les organisations militaires. À l'occasion de l'événement organisé en marge de la Conférence, le CICR a invité des partenaires du Mouvement à réfléchir à la place que les règles de droit ont, si toutefois elles en ont une, sur les champs de bataille virtuels, que ce soit dans les jeux vidéo ou les systèmes de simulation utilisés pour la formation des forces armées. Les Sociétés nationales et les représentants de gouvernements ont été invités à parler des échanges qu'ils ont avec l'industrie des jeux vidéo et à donner leur opinion sur la meilleure façon d'entrer en relation avec les concepteurs de jeux et les éditeurs. Les participants ont confirmé que la question méritait qu'on s'y intéresse et ont souligné que les jeux vidéo représentaient davantage une occasion à saisir qu'un problème à résoudre. Pour en savoir plus.

Le président Konoé se joint au choeur pour la paix

Des centaines de délégués ont assisté au concert du Roppongi Men’s Chorus Club mardi soir au Victoria Hall. Les 120 membres du choeur ont chanté une oeuvre intitulée Le dernier message dont le texte se compose d’extraits des dernières lettres et notes de soldats et autres victimes de la Deuxième Guerre mondiale. La représentation était donnée en témoignage de gratitude pour l’aide fournie au Japon à la suite de la tragédie du séisme et du tsunami de mars 2011. Un spectateur enthousiaste a parlé d’expérience musicale unique. «En plus de son contenu bouleversant qui ne peut laisser personne indifférent, Le dernier message est un grand message de paix, d’humanité, d’espoir et d’amour.»

Renforcement de la coopération entre le CRP et le MDA

Un nouveau pas dans la mise en oeuvre du Mémorandum d’accord de 2005 entre le Croissant-Rouge palestinien et le Magen David Adom en Israël a été franchi avec l’adoption d’une résolution énonçant les prochaines étapes du processus. Pär Stenbäck, superviseur indépendant, a réaffirmé la bonne volonté des deux parties à mener le processus à son terme et exprimé l’espoir que cette résolution contribuerait à promouvoir un environnement humanitaire propice au travail de tous les acteurs concernés, pour le plus grand bénéfice des populations vulnérables.

Lointain écho des Principes fondamentaux

Juste avant que Niki Rattle ne quitte les Îles Cook pour venir présider la 31e Conférence internationale à Genève, sa Société nationale a inauguré le premier siège de son histoire, un bâtiment à l’épreuve des cyclones qui peut abriter jusqu’à 80 personnes en cas d’urgence. Composée de 16 employés et 300 volontaires, la Croix-Rouge des Îles Cook sert quelque 13 000 habitants disséminés sur 15 petites îles. «Nos Principes fondamentaux sont le lien qui nous unit tous», a déclaré Niki Rattle, qui a débuté comme infirmière volontaire en 1993 et qui est aujourd’hui secrétaire général. «Ce qui est admirable dans ce Mouvement, c’est que toute Société nationale, grande ou petite, partage les mêmes droits et responsabilités et peut prendre part à toutes les décisions dans l’intérêt des personnes vulnérables.»

 

Echos de la communauté

Tout au long des réunions statutaires, notre équipe de communication continue de consulter nos communautés via les réseaux sociaux. Nous avons demandé à nos sympathisants sur Twitter ce qui contribuerait le plus à optimiser leur pratique de volontaires. Voici leurs réponses: acquisition de nouvelles compétences (40%), accès renforcé aux responsabilités (28%), reconnaissance accrue de leur engagement (19%), activités en phase avec mes intérêts (7%) et protection juridique renforcée (6%)

.