• Envoyer
  • Imprimer

Bulletin quotidien no 4

02-12-2011

XXXIe Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, Genève, 28 novembre au 1er décembre 2011

Résolutions de la 31e Conférence internationale

Le succès de toute conférence internationale est attesté par les résolutions qui ont été adoptées. Celles-ci sont le reflet non seulement de l’intensité des débats, mais aussi des décisions importantes prises par les participants. La 31e session s’est conclue sur l’adoption de résolutions concernant les soins de santé en danger, les migrations, la mise en oeuvre du mémorandum d’accord entre le Croissant-Rouge palestinien et le Magen David Adom en Israël, le droit international humanitaire, les inégalités en matière de santé, le plan d’action quadriennal relatif au DIH, les Sociétés nationales et le développement du volontariat, et le renforcement de la protection juridique des victimes des conflits armés.

Election des nouveaux membres à la Commission permanente

La Commission permanente est l’unique organe permanent du Mouvement rassemblant des représentants de toutes ses composantes qui se réunissent à intervalles réguliers. D’une Conférence internationale à l’autre, elle fournit des orientations stratégiques, assure la coordination entre les partenaires du Mouvement et suit la mise en oeuvre des résolutions. Elle comprend cinq représentants des Sociétés nationales et deux membres du CICR et de la FICR. Les membres élus pour les Sociétés nationales sont:

Massimo Barra, membre de la Croix-Rouge italienne et de la Commission depuis 2007, qui continuera de s’employer à promouvoir l’unité du Mouvement dans le cadre des opérations et auprès du public.
Steve Carr, volontaire depuis plus de 25 ans à la Croix-Rouge américaine et membre de son Conseil consultatif sur les services internationaux, qui s’attachera à renforcer la coopération au sein du Mouvement et le dialogue avec les gouvernements.
Pär Stenbäck, membre de la Croix-Rouge finlandaise et superviseur indépendant du mémorandum d’accord entre le Croissant-Rouge palestinien et le Magen David Adom en Israël, qui entend faire progresser le DIH et resserrer les liens entre les composantes du Mouvement.
Greg Vickery, président de la Croix-Rouge australienne et président du Comité de l’Assemblée générale de 2013, qui se consacrera à améliorer l’efficacité de la prochaine Conférence internationale et à promouvoir le Mouvement.
Mohammed Al-Hadid, président du Croissant-Rouge jordanien et ancien président et vice-président de la Commission, qui veillera à ce que les engagements de la 31e Conférence internationale soient convertis en mesures concrètes.

Greg Vickery a été élu président de la nouvelle Commission permanente et Steve Carr vice-président.

Des engagements à agir pour le bien de l’humanité      

Cette année, 370 engagements ont été souscrits dans le cadre de la Conférence internationale avec le soutien de 131 Sociétés nationales, 78 gouvernements et 8 observateurs. Ils portent sur des sujets aussi variés que l’amélioration de la protection des femmes et des enfants ou la réduction de la fracture numérique. Le système des engagements encourage les membres de la conférence à entreprendre des actions spécifiques en complément des résolutions officielles. Ils offrent aussi aux gouvernements un moyen de manifester leur solidarité avec leurs Sociétés nationales. «Les engagements consistent en mesures spécifiques et mesurables qui seront mises en oeuvre par les gouvernements et les Sociétés nationales», a résumé Corrine Nunes, qui supervisait le processus.

Journée mondiale contre le sida : objectif zéro    

Alors que la 31e Conférence internationale touchait à son terme, le Mouvement a réaffirmé la nécessité de maintenir le financement des programmes mondiaux de lutte contre le VIH/sida. «Nous devons faire en sorte que les avancées des dernières décennies soient préservées et intensifier nos efforts pour enrayer la pandémie», a déclaré le président de la FICR Tadateru Konoé dans le cadre d’une manifestation parallèle sur ce thème. Les Sociétés nationales argentine, française, italienne et thaïlandaise ont évoqué les formidables progrès réalisés à cet égard, notamment parmi des groupes à haut risque comme les toxicomanes. Leurs efforts se poursuivront avec en ligne de mire l’objectif zéro – zéro nouvelle infection, zéro discrimination, zéro décès lié au sida.

Web 2.0 et Les soins de santé en danger : comment les nouvelles technologies peuvent aider à améliorer la réponse aux crises

Les participants à cet atelier ont évoqué l’importance croissante de la cartographie des risques et des réseaux sociaux pour la réponse aux crises. Ils ont reconnu l’importance de l’analyse des besoins, des structures et des interventions en santé pour l’identification des lacunes et carences dans ce domaine et envisagé de possibles collaborations avec une nouvelle génération de volontaires de l’univers numérique qui pourraient contribuer aux efforts d’assistance sans quitter leur bureau ou leur salon. La gestion responsable de l’information a été reconnue comme un défi majeur. Les intervenants ont convenu qu’en dépit des risques, les organisations devraient mettre à profit ces nouvelles technologies pour aller de l’avant.  

Informations pratiques

Merci à tous pour cette extraordinaire conférence. Pour visionner la galerie de photos des réunions statutaires: www.flickr.com/photos/ifrc/sets/72157628128019401/with/6435326265/