• Envoyer
  • Imprimer

Haïti : la lutte contre le choléra reste une priorité

11-01-2011 Point sur les activités N° 01/11

En Haïti, le CICR contribue à la lutte contre le choléra dans les lieux de détention où, à ce jour, 405 détenus ont été soignés et 58 décès sont à déplorer. Dans deux des quartiers les plus pauvres de Port-au-Prince, les volontaires de la Croix-Rouge haïtienne, soutenus par le CICR, ont évacué plus de 1 900 malades vers les hôpitaux.

     
©CICR/O. Miltcheva 
   
Prison civile de Port au Prince. Équipé d'un masque, de bottes en caoutchouc et d'un habit spécial, un détenu maintient l'hygiène dans le centre du traitement du choléra à l'intérieur de la prison.       
               
©CICR/O. Miltcheva 
   
Dans la cour de la prison civile de Port au Prince, ces lits sont mis dans le centre de traitement du choléra.       
               
©CICR/O. Miltcheva 
   
Cité Soleil, Port au Prince. Dans la cour d'une famille résidante à Cité Soleil.      
           

  Activités en faveur des détenus  

Pour s'assurer que les personnes privées de libertés soient traitées avec humanité, le CICR travaille dans 18 lieux de détention en Haïti, au bénéfice d'environ 5 800 détenus.
 
« Actuellement, la priorité est de soutenir les autorités pénitentiaires dans le maintien et le suivi rigoureux des mesures de prévention du choléra dans tous ces lieux de détention », explique Sandra Dessimoz, cheffe adjointe du CICR en Haïti.

Depuis le début de l'épidémie au mois d'octobre, plus de 4 900 détenus dans les prisons et commissariats affectés ont reçu, à titre préventif, une dose d'antibiotique (Doxycicline). Dans tous les lieux de détention, le CICR a mis en place des mesures d’hygiène, comme le nettoyage quotidien et la désinfection des cellules et des latrines. Les dispensaires des prisons sont régulièrement approvisionnés en médicaments, sels de réhydratation orale et perfusions de solutés.

À la prison civile de Port-au-Prince, un centre de traitement du choléra et quatre zones d’observation et de traitement ont été installés et équipés par le CICR, en collaboration avec les équipes médicales de la prison. Le CICR poursuit l'installation de lits superposés dans différents quartiers de la prison afin d'améliorer les conditions de couchage des détenus. La réhabilitation d'un autre quartier d'environ 800 m2 est également en cours.

Dans les deux prisons de province les plus affectées par le choléra, à Cap-Haïtien et aux Cayes, le CICR assure un suivi quotidien de la situation sanitaire. Depuis le mois de décembre, du per sonnel de santé supplémentaire a été engagé pour répondre à l'épidémie. 

Les commissariats de Petit-Goâve et de Miragoâne (sud du pays) ont été réhabilités dans le but de permettre un accès régulier à l'air libre des détenus, ainsi que pour réparer les dégâts causés par le séisme. Dans la même logique, la rénovation et l'agrandissement du commissariat d'Aquin sont en cours.

  Aide aux résidents de Cité-Soleil et de Martissant  

Le CICR continue de soutenir les postes de santé de la Croix-Rouge haïtienne à Cité-Soleil et à Martissant, deux des quartiers les plus pauvres de la capitale. Depuis le début de l'épidémie de choléra, les secouristes ont pu évacuer plus de 1 900 personnes malades vers des hôpitaux. Les volontaires de la Croix-Rouge ont, à ce jour, sensibilisé plus de 30 000 personnes sur les risques liés au choléra.

Le CICR poursuit la désinfection des réseaux d'alimentation en eau de Cité-Soleil. « Afin de purifier l'eau à la source, nous avons installé un système de chloration dans une des stations de pompage », explique Ruth Merki, qui coordonne les activités eau et assainissement du CICR dans le pays. « En même temps, nos équipes ont distribué quelque 900 000 tablettes de purification d'eau au bénéfice de 200 000 résidents. » Dans ce même but, 245 propriétaires de réservoirs d'eau ont reçu au total 80 kilogrammes de chlore.

Le CICR réhabilite également les réseaux d'eau à Cité-Soleil, qui ont subi d'importants dégâts lors du tremblement de terre. Des travaux d'aménagement de deux stations de pompage sont en cours pour permettre un meilleur accès à l'eau potable. Huit fontaines publiques ont été réhabilitées, dont sept sont dotées des châteaux d'eau de 12 000 litres chacun.

  Rétablissement des liens familiaux  

Depuis le 12 janvier 2010, le CICR a poursuivi la recherche des proches de 146 enfants séparés à cause du séisme, ainsi que celle des enfants disparus de quelque 130 familles. Travaillant en étroite collaboration avec la Croix-Rouge haïtienne, les équipes ont permis à 80 enfants de retrouver les leurs ou de rétablir un lien familial.

  Informations complémentaires :  

  Jean Jacob Charles, CICR Port-au-Prince, tél. mobile : +509 3458 4186  

  Marçal Izard, CICR Genève, tél. : +41 22 730 24 58 ou +41 79 217 32 24