• Envoyer
  • Imprimer

Irak : les habitants des zones rurales sont les plus durement touchés

14-12-2011 Point sur les activités

Les habitants des zones rurales sont parmi les plus durement touchés par des violences qui semblent ne jamais devoir finir, et par le manque de perspectives économiques et d'infrastructures appropriées. Les rapatriés luttent toujours pour pouvoir reprendre leurs activités agricoles. Le CICR aide les agriculteurs dans le besoin à accroître durablement leur production.

Quelque 120 agriculteurs habitent dans le village d’Al Harooja, dans le gouvernorat de Diyala, à 110 kilomètres au nord-est de Bagdad. Comme la plupart des habitants de la région, ils sont tributaires principalement de l'agriculture et de l'élevage pour gagner leur vie. En raison de la violence sectaire qui a fait rage en 2006 et 2007, beaucoup d'entre eux ont quitté temporairement leurs villages et abandonné leurs terres. De plus, du fait de la violence qui sévit actuellement, leur situation économique ne cesse de s'aggraver.

« Afin de réduire leurs coûts de production, les agriculteurs commencent à recourir à des mécanismes de survie négatifs, comme la vente d’une partie de leur bétail, la diminution des surfaces cultivées et l'utilisation d'engrais de mauvaise qualité », a déclaré Mudhar Ma'an, un collaborateur du CICR sur le terrain dans le gouvernorat de Diyala. « En outre, les systèmes d'irrigation traditionnels ne fournissent plus assez d'eau pour les cultures, en particulier durant la saison estivale. »

En septembre, le CICR a fourni et installé des systèmes d'irrigation goutte à goutte à Al Harooja pour améliorer la production de légumes. Vingt-cinq agriculteurs, identifiés comme ménages particulièrement démunis et à la tête d’un total de plus de 175 personnes, ont été formés par le CICR en coopération avec le département local de l’agriculture à installer, utiliser et entretenir les systèmes d’irrigation goutte à goutte.

« Les nouveaux systèmes permettront aux agriculteurs d'augmenter leur revenu mensuel de moitié en développant leur production de légumes, tout en réduisant de 26 pour cent  leur utilisation d'engrais », a précisé M. Ma'an. « Ces systèmes nécessitent 67 pour cent moins d'eau, ce qui réduit considérablement le risque de perdre toute une récolte en cas de grave sécheresse. »

En Irak, le CICR aide les habitants démunis et les rapatriés dans les zones rurales touchées par la violence à améliorer leurs moyens de subsistance. Il distribue notamment des engrais, des semences et des serres aux agriculteurs dans le besoin et les aide à accroître leur production agricole en rénovant les canaux d'irrigation et épierrant les terres agricoles. Le CICR, en collaboration avec des vétérinaires irakiens, vaccine également des dizaines de milliers d'animaux afin de les protéger contre les maladies.

 

Depuis septembre, le CICR a fourni à quelque 900 agriculteurs des gouvernorats de Diyala, Bagdad, Wassit, Babil et d'Anbar des systèmes d'irrigation goutte à goutte qui desservent plus de 6 300 personnes. Le programme se poursuivra ces prochains mois, et englobera les gouvernorats de Kirkouk et Ninive en 2012. Depuis le début de l'année, près de 42 000 personnes, principalement des zones rurales du centre de l'Irak, ont bénéficié de projets visant à soutenir leurs moyens de subsistance.

Assistance aux personnes en détresse

De nombreuses personnes en Irak ont encore du mal à gagner leur vie et à nourrir leur famille. Entre septembre et décembre, le CICR a :

  • organisé un programme « argent contre travail » comprenant la remise en état de 120 kilomètres de canaux d'irrigation et de 71 hectares de terres agricoles, au profit de plus 8 700 personnes déplacées et habitants des gouvernorats de Bagdad, Diyala et Dohouk ;
  • vacciné plus 107 000 animaux appartenant à plus de 2 200 agriculteurs dans les districts de Tilkaif et de Makhmour, gouvernorat de Ninive, et dans le district de Khanaqin, province de Diyala ;
  •  distribué 114 tonnes d'engrais à 325 agriculteurs qui en avaient besoin dans les districts de Khalis et Muqdadiya, province de Diyala ;
  • accordé 244 subventions à des personnes handicapées et des femmes chefs de famille à Bagdad, Diyala, Kirkouk, Ninive, Sulaymaniyah, Basra et Missan, leur permettant de créer de petites entreprises et de retrouver l'autosuffisance économique ;
  • distribué des vivres et des articles d'hygiène à quelque 1 300 personnes déplacées par les bombardements dans les zones frontalières du nord ;
  • distribué des vivres et des articles d'hygiène à quelque 3 900 orphelins, femmes chefs de famille et personnes déplacées, dans les gouvernorats de Kirkouk et Mossoul ;
  • distribué de l’aide à 453 femmes chefs de famille dans le district de Falloudja, à Anbar et à Bagdad, et les a aidées à faire des démarches auprès de l’État irakien pour l’obtention d’allocations sociales.

Visite aux détenus

Entre septembre et novembre, les délégués du CICR ont visité les personnes détenues par les autorités irakiennes et diverses branches du gouvernement régional kurde dans 51 lieux de détention, dans 13 gouvernorats. Ils ont observé leurs conditions de détention et le traitement qui leur était réservé et ont fait part en toute confidentialité de leurs observations et de leurs recommandations aux autorités carcérales. Durant cette période, le CICR a fourni à plus de 2 600 détenus notamment des livres, des articles d'hygiène et des vêtements.

Le CICR aide les personnes détenues à rétablir et à maintenir des liens avec leur famille. Entre septembre et novembre, ces personnes ont échangé 541 messages Croix-Rouge, en Irak et à l'étranger. Le CICR a répondu à 2 871 demandes de familles en quête d’informations sur des proches détenus ou portés disparus. Un détenu libéré a pu être rapatrié de son plein gré sous les auspices du CICR.

Soutien aux structures médicales

Dans certaines zones rurales et exposées aux conflits, les services de santé ont du mal à répondre aux besoins de la population civile. Le CICR fournit un soutien sur place à certains centres de soins de santé primaires, aidant à rénover les locaux et à former le personnel.

Entre septembre et novembre, le CICR a :

  • appareillé 457 patients avec des prothèses et 1 562 patients avec des orthèses dans les 11 centres soutenus par le CICR dans tout le pays ;
  • construit un nouveau centre d’appareillage à Nassiriya, gouvernorat de Dhi Qar, pour quelque 500 patients ;
  • achevé la formation de 92 membres du personnel d’entretien de l’hôpital et de 28 membres du personnel des opérations et d’entretien à l’usine de traitement de l’eau, à Bagdad ;
  • achevé les cours sur le renforcement des services d’urgence en Irak : en tout, 900 membres du personnel soignant de 91 hôpitaux dans 18 gouvernorats ont été formés, et les documents pédagogiques ont été transmis par l’intermédiaire des ministères de la Santé de l’Irak et du Kurdistan ;
  • fourni un soutien sur place à huit centres de soins de santé primaires dans les gouvernorats de Ninive, Kirkouk, Diyala, Babel, et Shanifiya, desservant quelque 260 000 personnes.
  • rénové et étendu le centre de soins de santé primaires de Rabea qui dessert plus de 120 patients par jour ;
  • élargi la salle de stockage du centre d’appareillage de Fallouja, gouvernorat d’Anba, qui dessert quelque 700 patients par an ;
  • construit une pharmacie à l’hôpital Al-Jimhury à Mossoul, gouvernorat de Ninive, qui comprend 520 lits ;

Depuis 12 ans, le CICR offre en outre aux patients de l’hôpital psychiatrique Al-Rashad, dans le gouvernorat de Bagdad, un soutien et des fournitures en matière d'ergothérapie.

Approvisionnement en eau potable et assainissement

Dans une grande partie du pays, l'accès à l'eau potable est toujours un problème. Les ingénieurs du CICR réparent et réhabilitent les installations électriques, sanitaires et d’approvisionnement en eau, en particulier dans les endroits où la violence reste préoccupante et dans les zones rurales, afin d’améliorer la qualité des services fournis dans les communautés et dans les structures de soins de santé.

Entre septembre et novembre, le CICR a régulièrement livré de l'eau par camion à Sadr City, dans le gouvernorat de Bagdad, à quelque 8 400 personnes déplacées. En coopération, et avec le soutien des autorités compétentes, il a :

  • rénové 12 installations d’approvisionnement en eau, dans le gouvernorat de Bagdad, desservant 850 000 personnes ;
  • réparé la station de traitement de l’eau d’Ana, gouvernorat d’Anbar, desservant quelque 350 000 personnes ;
  • amélioré la qualité de l'eau potable produite à l’usine de traitement de l'eau Qadissiyah, gouvernorat de Bagdad, desservant quelque 230 000 personnes ;
  • réparé la station de surpression à Al-Zahra, district de Khalis, gouvernorat de Diyala, desservant quelque135 000 personnes ;
  • réparé l’unité compacte de purification de l’eau à Al-Faris, Sadr City, qui dessert 61 500 personnes ;
  • réparé la station de traitement de l’eau d’Hatra, gouvernorat de Ninive, qui dessert quelque 42 000 personnes ;
  • installé une unité compacte de traitement de l’eau dans la zone de Jbela, district de Mahwil, gouvernorat de Babil, qui dessert quelque 15 100 personnes ;
  • installé une nouvelle unité compacte de traitement de l’eau dans le camp Al-Hawraa pour personnes déplacées, à Al-Kout, gouvernorat de Wassit, qui dessert quelque 4 000 personnes ;
  • remis en état une unité de dessalement des eaux, à la section du Croissant-Rouge de l’Irak, à Basra, qui dessert quelque 3 000 personnes ;
  • réparé deux unités compactes, dans le gouvernorat de Missan, qui desservent un total de 2 500 personnes ;
  • remis en état l’unité de visite et installé des unités de purification de l’eau à la prison Al-Adala, à Bagdad.

Élimination des munitions non explosées

L'Irak compte plus de 25 millions de mines, d’engins non explosés et autres restes explosifs de guerre, - en particulier le long des frontières avec l'Iran et la Turquie - qui menacent la sécurité et les moyens de subsistance de plus de 1,6 million d'Irakiens. Ces 18 derniers mois, le CICR a éliminé plus de 2 500 engins non explosés de 42 zones dangereuses dans 21 communautés comptant en tout plus de 23 000 personnes.

Entre septembre et novembre, les spécialistes déminage du CICR ont détruit 427 engins non explosés dans 14 zones où plus de 12 000 civils étaient directement menacés.

Élucider le sort de personnes portées disparues

En octobre, les autorités irakiennes, avec le soutien du CICR, en coordination avec des représentants koweïtiens et britanniques, ont poursuivi sans succès, leurs efforts, dans le gouvernorat de Dhi Qar, visant à localiser les dépouilles de Koweïtiens portés disparus. En novembre, une mission conjointe irako-iranienne a été menée, sous l'égide du CICR, dans la péninsule Al Fao, dans le sud de l'Irak. La mission a permis de récupérer les dépouilles de 103 soldats tués durant la guerre Iran-Irak (1980-1988). Les restes exhumés de trois soldats iraniens ont été remis aux autorités iraniennes au début du mois.

En septembre, le CICR a organisé un cours de formation d'une semaine pour 19 experts participant à la récupération des dépouilles mortelles.

Promotion du droit international humanitaire

Rappeler aux parties à un conflit l’obligation qui leur incombe de protéger les civils est un aspect fondamental des activités du CICR. L'institution s'emploie également à promouvoir et renforcer la connaissance du droit international humanitaire, en organisant des présentations et une formation pour les forces militaires et de police, le personnel pénitentiaire, les étudiants et les professeurs.

Entre septembre et novembre, le CICR a organisé cinq séances d'information pour 390 membres de l'armée irakienne, des forces peshmerga et des forces de sécurité (Assayesh). Des séances de formation ont également été organisées notamment pour le personnel de l'armée irakienne participant au développement de la doctrine militaire, et aux conseillers juridiques du ministère de la Défense.


Photos

Zafraniya, Bagdad. Des enfants de familles déplacées jouent dans une place de jeu de fortune. 

Zafraniya, Bagdad. Des enfants de familles déplacées s'amusent sur une place de jeu de fortune.
© ICRC/Getty images / E. Ou / v-p-iq-e-01011

Mwelha, Babil, Irak. Des agriculteurs apprennent à installer et à entretenir des systèmes d'irrigation fournis par le CICR. 

Mwelha, Babil, Irak. Des agriculteurs apprennent à installer et à entretenir des systèmes d'irrigation fournis par le CICR.
© ICRC/Getty images / B. Maver

Centre Al-Zubair, Bassorah. Un membre du personnel consulte des fichiers de personnes disparues. 

Centre Al-Zubair, Bassorah. Un membre du personnel consulte des fichiers de personnes disparues.
© ICRC/Getty images / E. Ou

Makhmour, Irak. Un enfant est soigné dans un centre de santé soutenu par le CICR. 

Makhmour, Irak. Un enfant est soigné dans un centre de santé soutenu par le CICR.
© ICRC/Getty images / E. Ou