• Envoyer
  • Imprimer

Pakistan : aux prises avec les nombreux défis causés par l’insécurité

27-05-2011 Point sur les activités

Les opérations militaires dans la province du Khyber Pakhtunkhwa et dans les zones tribales sous administration fédérale, et la forte augmentation du nombre d’attentats-suicides contre les forces de sécurité et les intérêts étrangers dans les grandes villes, pèsent lourdement sur les civils.

Les opérations militaires qui se sont produites cette année à l’Agence de Mohmand ont provoqué des déplacements considérables de civils dans la région et limité l’accès des organisations humanitaires qui s’efforcent d’acheminer les secours si nécessaires aux victimes civiles.

Les attentats-suicides perpétrés cette année dans les grandes villes ont inévitablement fait des victimes parmi les passants. Même les attaques visant directement les forces de sécurité ont causé de nombreuses victimes civiles. La fréquence plus élevée et la gravité des attaques perpétrées le mois dernier ont accru l’incertitude et la détresse des civils pris dans les combats.

« Dans notre hôpital chirurgical à Peshawar, nous continuons de dispenser des soins d’urgence et de qualité aux personnes blessées dans ces incidents », a déclaré Pascal Cuttat, chef de la délégation du CICR à Islamabad. « Nous distribuons des secours aux équipes d’urgence du Croissant-Rouge du Pakistan qui font face à ces situations d’urgence. »

« Et pourtant, bien que le besoin d’intensification des activités humanitaires dans de nombreuses parties du pays soit évident, les restrictions d’accès entravent l’aide à ceux qui en ont le plus besoin », a-t-il ajouté.

Prestation de soins de santé

Le CICR continue de traiter les patients d’Afghanistan blessés par arme dans trois cliniques privées à Quetta. Un délégué santé expatrié et un chirurgien en poste dans la région travaillent en collaboration avec un médecin du pays, un physiothérapeute et un officier de liaison.

L’hôpital chirurgical du CICR à Peshawar a dispensé un traitement à près de 200 patients hospitalisés blessés par arme et à plus de 230 patients ambulatoires en mars et en avril. Vingt collaborateurs internationaux et 180 collaborateurs nationaux au total dispensent actuellement des services médicaux à l’hôpital. Le nombre total annuel de patients a augmenté de façon constante chaque année depuis l’ouverture de l’hôpital, enregistrant déjà une augmentation de 20% en 2011.

Dans le cadre d’un programme de santé géré depuis Peshawar, des médicaments sont régulièrement livrés à cinq hôpitaux locaux et à deux unités de soins médicaux de base dans le Khyber Pakhtunkhwa et dans les zones tribales sous administration fédérale, desservant 95 000 personnes.

Le CICR maintient aussi son soutien à sept unités de soins médicaux de base gérées par le Croissant-Rouge du Pakistan dans le Baloutchistan, le Khyber Pakhtunkhwa et dans les zones tribales sous administration fédérale.

Au cours des trois derniers mois, le CICR a également répondu à diverses demandes de secours médicaux des hôpitaux, cliniques et autres structures. Il a dispensé une formation aux premiers secours par l’intermédiaire du Croissant-Rouge du Pakistan à 72 membres du personnel médical et paramédical dans le Khyber Pakhtunkhwa et dans les zones tribales sous administration fédérale. Il a également mis à disposition sept médecins et techniciens des zones tribales sous administration fédérale spécialisés dans les techniques de traitement des patients blessés par arme.

En mars et en avril, les unités médicales bénéficiant d’un soutien du CICR ont accueilli près de 7 000 patients et ont également dispensé des services à plus de 46 000 patients ambulatoires.

Appareillage et services de physiothérapie

Dans ses trois centres de réadaptation physique de Peshawar, Quetta et Muzaffarabad, le CICR continue d’équiper en prothèses les personnes ayant perdu des membres lors des combats ou autres incidents liés aux armes et de leur dispenser des services de physiothérapie. En mars et en avril, les trois centres ont fourni des services à plus de 2 400 patients.

Aide aux victimes des inondations

Alors que la reconstruction est bien avancée après les inondations, de nombreuses communautés touchées dans le nord de la province du Sindh estiment que leurs problèmes ont été largement oubliés. Cependant, même si près de 12 mois se sont écoulés depuis les inondations dévastatrices, c’est à peine maintenant que ces communautés peuvent songer sérieusement à réoccuper leurs terres et à planter les cultures de riz de l’été.

Le CICR a continué de soutenir ces communautés en distribuant des rations alimentaires pour un mois à plus de 220 000 personnes depuis janvier 2011. La semaine dernière, à Ghari Khairo Tehsil, dans le district de Jacobabad, l’une des communautés les plus durement frappées par les inondations, le CICR a commencé à distribuer des semences, des engrais et des outils pour permettre la plantation des cultures.

La région est bien connue pour ses cultures de riz. À l’approche de la saison de croissance, le CICR commence à distribuer des semences de riz, de l’engrais et des outils à des villageois dans six conseils au niveau de l’union. Au moins 6 505 familles - soit près de 4 000 personnes - ont à ce jour reçu ces articles. Au total, quelque 170 000 personnes en bénéficieront. Un lot standard comprend 50 kg de semences de riz, 150 kg d’engrais et une trousse d’outils.

Distribution de vivres et d’autres articles essentiels

Dans le district d’Hangu, le CICR continue de distribuer aux personnes déplacées par les combats dans les Agences de Kurram et d’Orakzai des vivres et d’autres articles essentiels. Quelque 230 000 personnes reçoivent une ration alimentaire pour un mois. Ce mois-ci, 20 000 personnes nouvellement déplacées ont reçu des vivres et d’autres articles essentiels pour la première fois.

Rétablissement des moyens de subsistance

Dans le Khyber Pakhtunkhwa, le CICR gère un programme micro-économique au titre duquel 269 subventions ont été accordées pour aider les personnes à créer leur propre petite entreprise dans les districts de Buner et Dir, ainsi qu’à Bagh et Haveli au Cachemire sous administration pakistanaise.

Vu la pénurie de possibilités d’emploi dans les zones touchées par les combats, le CICR engage un nombre toujours plus grand de travailleurs locaux qualifiés et non qualifiés dans le cadre de projets communautaires dont le financement vise à fournir un emploi temporaire. Au cours des trois derniers mois, 459 travailleurs ont été payés pour le travail qu’ils ont effectué de remise en état ou de reconstruction de sentiers pédestres et de canaux d'irrigation.

Dans le cadre d’un projet en faveur de familles dirigées par des veuves, 29 vaches avec des veaux ont été distribués dans le district de Buner du Khyber Pakhtunkhwa. Plus de 5 000 kg d’aliments pour bovins laitiers et près de 60 kg de substances minérales ont également été fournis. Les bénéficiaires de l’aide peuvent espérer toucher un revenu stable à long terme de la vente de lait et de viande.

Amélioration des services d’approvisionnement en eau et d’assainissement

Entre mars et mai, le CICR a maintenu son effort pour mettre à niveau 13 systèmes ruraux et urbains d’approvisionnement en eau dans les districts du Lower Dir, de Swat, Buner et Bajaur, et dans l’Agence de Mohmand. Le CICR a également poursuivi ses travaux de modernisation de l’unité médicale de base à Khar, dans le district de Bajaur.

Les collaborateurs du CICR ont continué leurs travaux d’amélioration des installations d’approvisionnement en eau et d’assainissement dans les prisons de la province de Sindh. Entre mars et mai, ils ont :

  • achevé l’amélioration du système d’approvisionnement en eau de la prison centrale d’Adiala, à Rawalpindi ;
  • terminé la construction d’un système d’approvisionnement et de distribution d’eau pour l’hôpital d’une capacité de 50 lits à la prison centrale de Karachi ;
  • poursuivi les travaux du système de distribution d’eau pour les baraquements de la prison centrale de Karachi ;
  • effectué une évaluation technique détaillée des systèmes d’approvisionnement en eau et d’évacuation des eaux usées pour la prison du district de Malir ;
  • terminé deux forages pour alimenter en eau potable la prison du district d’Hyderabad ;
  • poursuivi leurs efforts d’amélioration du système d’approvisionnement en eau de la prison centrale de Sukkur ;
  • fait don d’équipements servant à améliorer la gestion de l’assainissement et des déchets médicaux à la prison centrale de Sukkur n°2 et à la prison centrale de Khairpur.

Visite des prisons et rétablissement des liens familiaux

Actuellement, le CICR visite les personnes détenues dans la province du Sindh ainsi qu’au Cachemire et au Gilgit-Baltistan sous administration pakistanaise dans le but d'évaluer les conditions de détention et le traitement réservé aux détenus et d'apporter un soutien dans des domaines où il peut faire une différence. Outre l'amélioration des services d'approvisionnement en eau et d'assainissement dans les prisons (voir ci-dessus), le CICR facilite le rétablissement des contacts entre les détenus et leurs familles et aide les autorités à renforcer leur capacité à gérer les prisons.

Entre mars et mai, les collaborateurs du CICR ont :

  • effectué des visites dans sept lieux de détention où sont détenus près de 5 400 personnes, dont des femmes et des jeunes dans le Sindh ;
  • recueilli et distribué respectivement 81 et 89 messages Croix-Rouge, principalement entre les détenus et leurs familles ;
  • facilité 46 appels par visioconférence entre des ressortissants pakistanais placés dans les centres de détention de Guantanamo Bay et Bagram et leurs familles au Pakistan ;
  • réglé avec succès quatre cas de recherche et accepté deux nouveaux cas. Au total, le CICR a actuellement 138 dossiers de recherches en cours de traitement.

Partenariat avec le Croissant-Rouge du Pakistan

Le CICR, l’un des principaux partenaires du Croissant-Rouge du Pakistan, aide à renforcer les capacités de la Société nationale et lui apporte un appui financier et autre.

Entre mars et mai, les collaborateurs du CICR ont :

  • procédé à l’examen d’un projet de gestion de camps de déplacés internes avec le siège national et la section de Khyber Pakhtunkhwa du Croissant-Rouge du Pakistan ;
  • apporté leur soutien à un atelier de deux jours sur l’état de préparation et la réponse aux situations d’urgence /les premiers secours pour les sections du Croissant-Rouge du Pakistan, dans les provinces et au niveau de l’État, dans le cadre d’un examen national ;
  • apporté leur soutien à une conférence nationale de deux jours organisée par le Croissant-Rouge du Pakistan intitulée « Les grandes catastrophes du Pakistan : enseignements tirés et voie à suivre » ;
  • travaillé en étroite collaboration avec les volontaires du Croissant-Rouge du Pakistan pour distribuer des vivres et des semences aux personnes déplacées dans le nord-ouest du pays, et promouvoir les efforts de reconstruction après les inondations qui ont frappé le nord du Sindh.

Informations complémentaires :
Michael O’Brien, CICR Islamabad, tél. : 92 300 850 8138
Christian Cardon, CICR Genève, tél. : +41 22 730 24 26 ou +41 79 251 93 02


Photos

Pakistan. Des employés du CICR recueillent les témoignages de femmes d'Allahabad (district de Jacobabad, Sindh) à la suite des inondations. 

Pakistan. Des employés du CICR recueillent les témoignages de femmes d'Allahabad (district de Jacobabad, Sindh) à la suite des inondations.
© CICR / J. Ahmad / v-p-pk-e-01244

 

Allahabad. Le CICR et le Croissant-Rouge pakistanais distribuent des semences de riz, des engrais et des outils aux personnes touchées par les inondations.
© CICR / J. Ahmad / v-p-pk-e-01244

Des villageois d'Allahabad après la distribution de l’assistance. La zone est bien connue pour son riz et la saison de croissance est proche. 

Des villageois d'Allahabad après la distribution de l’assistance. La zone est bien connue pour son riz et la saison de croissance est proche.
© CICR / J. Ahmad / v-p-pk-e-01246