• Envoyer
  • Imprimer

Tunisie : acheminement d’eau potable à 100 000 personnes dans le sud du pays

22-09-2011 Point sur les activités N° 01/11

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) aide à couvrir les besoins des personnes ayant fui le conflit en Libye et ceux de la population locale.

Environ 4 000 réfugiés et migrants d'Afrique sub-saharienne vivent encore dans les deux camps à proximité de la frontière. Des dizaines de milliers de Libyens sont hébergés par des habitants ou ont trouvé d’eux-mêmes où se loger dans la région.

Acheminement d'eau à Ben Guerdane et Remada

« L'afflux massif de populations en provenance de Libye exerce une importante pression sur les ressources en eau dans la région frontalière du sud-est de la Tunisie », explique Valeria Gamboni, responsable des activités du CICR dans cette région. « Comme le climat est très sec, nous avons dû intervenir pour que les habitants et les personnes ayant fui la Libye puissent recevoir suffisamment d'eau. Même si l'afflux de personnes a beaucoup diminué, les besoins restent très importants. »

Le CICR apporte son soutien à la Société nationale d'exploitation et de distribution des eaux (SONEDE) pour renforcer l'approvisionnement en eau potable dans les deux régions particulièrement touchées de Ben Guerdane et de Remada.

« Les travaux permettront d'augmenter considérablement le volume d'eau fourni à quelque 100 000 personnes », précise Tomasina Churchward, ingénieur du CICR responsable du projet. « À Ben Guerdane, une conduite d'une longueur de 5,3 kilomètres vient d'être construite afin de relier un puits, déjà existant, au réservoir régional qui dessert la ville, les villages voisins, le camp de réfugiés de Choucha et même un village en Libye dans la région frontalière de Djebel Nafoussa. D'ici la mi-décembre, une deuxième conduite de 10,2 kilomètres de long permettra d'améliorer l’approvisionnement en eau de la population de Remada. »

Par ailleurs, le CICR a amélioré l'accès à l'eau potable des réfugiés et des migrants du camp de Choucha en construisant un système de distribution d'eau et de désalinisation.

Aide aux personnes vulnérables pendant le ramadan

Le conflit libyen et les conséquences économiques de l'instabilité politique en Tunisie ont touché de nombreuses familles tunisiennes, surtout dans le sud du pays.

Pour aider les personnes particulièrement vulnérables, notamment les orphelins et les veuves, le CICR a complété l'aide en nourriture fournie par d'autres organisations humanitaires durant le mois du ramadan. En coopération avec des partenaires locaux, des biens de première nécessité tels que produits d'hygiène, des couvertures et des seaux ont ainsi été distribués à plus de 1 600 familles dans les gouvernorats de Tataouine et de Médenine, qui ont accueilli un grand nombre de réfugiés libyens.

Appui aux hôpitaux pour traiter des victimes du conflit en Libye

Des centaines de blessés de guerre et de personnes malades qui n'arrivaient plus à se faire soigner en Libye sont arrivés en Tunisie ces derniers mois.

Pour aider les structures de santé tunisiennes à faire face à cette situation tout en poursuivant leurs services à la population tunisienne, le CICR a remis du matériel médical aux hôpitaux civils de Dehiba, Tataouine, Ben Guerdane, Sfax et Médenine ainsi qu'aux hôpitaux militaires de Dehiba et Choucha. Des pansements, des médicaments, du matériel chirurgical (notamment fixateurs externes pour le traitement des fractures complexes), ont été distribués.

« Pendant les deux derniers mois, les structures de santé que nous avons appuyées ont pu prendre en charge plus de 500 blessés provenant de Libye qui avaient besoin d'une intervention chirurgicale », indique Angel Vicario, délégué médical du CICR. « Des vies ont pu être sauvées grâce aux efforts soutenus des médecins et la grande générosité de la population tunisienne. »

Le CICR a aussi facilité des visites de familles libyennes réfugiées en Tunisie à leurs proches blessés et malades dans les différents hôpitaux.

70 000 appels téléphoniques

Après avoir fui la Libye, les quelque 4 000 personnes qui restent dans des camps de la région frontalière n'ont pas pu être accueillis par un pays tiers ni rapatriés dans leur pays d'origine. Pour les aider à maintenir le contact avec leurs proches à travers le monde, le CICR et le Croissant-Rouge tunisien leur offrent la possibilité d'appeler leurs familles. Chaque jour, plus de 300 appels téléphoniques sont ainsi passés.

Depuis février, plus de 70 000 appels ont été facilités depuis le sud de la Tunisie pour rétablir et maintenir les liens familiaux.

Informations complémentaires :
Sonia Khoudja, CICR Tunis, tél. : +216 25 336 200
Steven Anderson, CICR Genève, tél. : +41 79 536 92 50 ou +41 22 730 20 11


Photos

Tunisie. Connexion bout à bout de conduites pour le projet de soutien à la SONEDE à Ben Guerdane. 

Tunisie, Ben Guerdane. Connexion bout à bout de conduites pour le projet de soutien à la SONEDE.
© CICR / T. Churchward

Tunisie. Travaux en cour de terrassement pour l'installation d'une conduite pour le projet de soutien à la SONEDE d'amélioration de l'alimentation en eau potable de la région de Remada. 

Tunisie. Travaux de terrassement pour l'installation d'une conduite dans le cadre du projet de soutien à la SONEDE pour l'amélioration de l'alimentation en eau potable de la région de Remada.
© CICR / T. Churchward