• Envoyer
  • Imprimer

Yémen : la population lourdement éprouvée par les affrontements

08-06-2011 Point sur les activités

Quatre mois de guerre civile ont imposé de dures épreuves à la population, des dizaines de personnes ayant été tuées ou blessées. Le CICR et le Croissant-Rouge du Yémen évacuent les blessés et les morts à Sanaa, et aident à approvisionner la population en eau. Ailleurs dans le pays, ils apportent les premiers secours aux personnes touchées par la violence.

« En raison des combats, le personnel médical a souvent eu du mal à atteindre certaines parties de Sanaa », déclare Jean-Nicolas Marti, chef de la délégation du CICR au Yémen. « Lors des accalmies, des dizaines de personnes appelaient le CICR, demandant de l'aide pour transférer les blessés vers un hôpital et recouvrir les corps des morts. »

Depuis le 4 juin, des équipes conjointes du CICR et du Croissant-Rouge du Yémen travaillant à Sanaa et aux alentours ont enlevé une vingtaine de corps et transféré cinq personnes blessées vers les hôpitaux. Au cours de la seule journée du 7 juin, sept corps ont été enlevés à Al-Hassaba, dans le nord de la capitale. Au total, quatre collaborateurs du CICR et une vingtaine de volontaires du Croissant-Rouge du Yémen ont pris part à ces opérations.

« Aujourd'hui plus que jamais, nous sommes résolus à mener à bien nos activités humanitaires neutres et impartiales à Sanaa et ailleurs dans le pays », a déclaré M. Marti

La vie des habitants, jour après jour

« La ville de Sanaa n'est plus ce qu'elle était auparavant, une ville grouillante de personnes et de voitures pendant la journée, avec des magasins aux lumières vives ouverts tard dans la nuit. Une forte tension règne dans les rues », indique M. Marti. « Les habitants vivent au jour le jour, stockant des vivres et de l'eau pour parer à toute crise éventuelle, restant chez eux par crainte de la criminalité, et envoyant leurs femmes et leurs enfants vivre auprès de proches dans des lieux plus sûrs. »

« La population est dans un état d'alerte constant à Sanaa et ailleurs dans le pays », ajoute M. Marti. « Récemment encore, on pouvait entendre des explosions et des coups de feu tous les jours. Tout le monde avait peur que sa maison soit la prochaine cible d'une balle perdue ou de quelque chose d'encore plus terrifiant. Malgré le calme inhabituel qui s’est abattu sur la ville, la nervosité et la tension demeurent palpables. »

Approvisionnement d’urgence en électricité et en eau

Comme bon nombre d’employeurs ferment leurs entreprises, de nombreux emplois sont en péril et les Yéménites ont beaucoup de mal à joindre les deux bouts. En plus de tous les autres problèmes auxquels doit faire face la population déjà en lutte pour sa survie, l'électricité est rare dans tout le pays et la plupart des habitants sont obligés de passer leurs soirées dans l'obscurité. « Le pays est aussi confronté à une pénurie d'eau sur le long terme, les habitants sont donc constamment anxieux et préoccupés, ne sachant pas s'ils pourront ou non disposer d’eau en quantité suffisante à la fin de la journée », explique Johannes Bruwer, chef du département « eau et habitat » du CICR au Yémen.

Au cours du dernier week-end, le CICR a fourni aux services « eau et assainissement » de Sanaa deux groupes électrogènes installés dans deux stations de pompage d'eau dans la capitale pour renforcer le réseau existant. Plus de 270 000 habitants ont ainsi pu bénéficier d’un approvisionnement d'urgence en eau.  

La fourniture d’une aide à l'extérieur de la capitale est également difficile

Les effets des troubles civils et les contraintes quotidiennes qui vont de pair ne sont pas limités à Sanaa. Le personnel médical et les volontaires du Croissant-Rouge du Yémen rencontrent eux aussi des difficultés dans les efforts qu’ils déploient pour apporter une assistance dans d’autres parties du pays. « C’est pourquoi nous rappelons régulièrement à toutes les parties prenantes dans la situation actuelle au Yémen la responsabilité qui leur incombe de s'assurer que les blessés ont accès à des soins nécessaires et souvent vitaux », précise M. Marti.

Le CICR s'efforce dans toute la mesure du possible de répondre aux besoins urgents de la population partout où ces besoins se font sentir. L’institution travaille en partenariat avec le Croissant-Rouge du Yémen, et a des bureaux à Sanaa, Saada, Amran et Aden afin de pouvoir apporter une aide humanitaire aussi efficace que possible.

Autres activités d’urgence du CICR

Le mois dernier, le CICR a également :

  • fait don de 12 trousses de premiers secours aux comités médicaux dans les hôpitaux de campagne de Sanaa et Al-Mukalla, de sept assortiments de pansements à l’hôpital des sciences et de la technologie à Sanaa et à l’hôpital Al Razi dans le gouvernorat d’Abyan, et d’un stock de médicaments à l’hôpital Al Razi ;
  • rempli 100 sacs de premiers secours appartenant aux sections du Croissant-Rouge du Yémen, à Sanaa et à Aden, et distribué à la section d’Abyan dix trousses de premiers secours ;
  • organisé, en coopération avec le Croissant-Rouge du Yémen, un cours de premiers secours destiné à former les formateurs d’une vingtaine d’instructeurs de l'hôpital médical de Sanaa, et un autre cours pour 26 instructeurs travaillant aux urgences de l’hôpital.  

La Croix-Rouge allemande a :

  • fourni et rechargé un total de 120 trousses de premiers secours pour les sections du Croissant-Rouge du Yémen à Taiz et Seyoun et distribué 300 casquettes Croissant-Rouge pour aider à identifier les volontaires sur le terrain ;
  • fait don de six civières et de 20 drapeaux du Croissant-Rouge à la section de Seyoun.

Informations complémentaires :
Rabab Al-Rifaï, CICR Sanaa tél. : 967 1 213 844 ou+967 711 94 43 43
Hicham Hassan, CICR Genève, tél. : +41 22 730 25 41 ou+41 79 536 92 57


Photos

 

Une équipe du CICR et du Croissant-Rouge du Yémen a récupéré environ 20 cadavres dans le sud de Sanaa après les violents combats du 3 juin.
© ICRC / ye-e-00751

 

Un civil blessé est évacué de l'université de Sanaa vers une clinique de fortune.
© Reuters / A. Awad

 

En collaboration avec la Société de l'Eau et l'Assainissement, le CICR a installé deux générateurs aux stations de pompage de Sab'een et de Shumaila, à Sanaa.
© ICRC / ye-e-00752

 

À Sanaa, dans un quartier proche de l'endroit où des combats se déroulent, des familles fuyent de chez elles.
© Reuters / A. Awad