• Envoyer
  • Imprimer

République centrafricaine : le respect de la population civile est prioritaire

28-12-2012 Point sur les activités N° 02/12

Alors que les groupes armés ont poursuivi leur avancée sur Bangui, la capitale de la République centrafricaine, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) en collaboration avec la Société de la Croix-Rouge centrafricaine, continue de venir en aide aux personnes déplacées.


« Les combats n'ont pas encore atteint la capitale, mais les habitants de Bangui sont bien sûr très inquiets », fait remarquer Georgios Georgantas, chef de la délégation du CICR en République centrafricaine. « Nous demandons à toutes les parties au conflit de respecter les populations civiles ainsi que leurs biens, et de leur garantir un accès à l'assistance fournie par les organisations humanitaires. En tant qu'intermédiaire neutre, impartial et indépendant, nous maintenons nos contacts avec l'ensemble des acteurs armés. »

Le CICR a constaté dans plusieurs endroits que de nombreuses personnes avaient été forcées à fuir et qu’elles s’étaient réfugiées aux alentours des villes. « Certaines se sont enfuies dans la brousse par crainte de rentrer chez elles », observe M. Georgantas.

« Une de nos priorités consiste maintenant à porter assistance à ces personnes, en collaboration avec la Croix-Rouge centrafricaine, en leur fournissant de l'eau, des installations sanitaires et des articles de première nécessité ». Par ailleurs, les équipes du CICR se préparent à évaluer les besoins de ceux qui ont fui vers des zones rurales et qui n'ont pas encore été localisés, afin de pouvoir leur porter secours, dès que les conditions de sécurité le permettront.

Le CICR poursuit ses activités en République centrafricaine grâce au concours de 14  collaborateurs internationaux et de 200 employés centrafricains. Par mesure de sécurité, l’institution a réorganisé temporairement son dispositif dans le pays. Jeudi, huit de ses collaborateurs ont été transférés temporairement vers Yaoundé, au Cameroun.

Depuis une semaine, le CICR a :

  • fourni, grâce à une étroite collaboration avec des volontaires de la Croix-Rouge centrafricaine, plus de 200 000 litres d'eau à plus d’un millier de personnes déplacées à Ndélé (nord du pays), sur un site de rassemblement proche de l'aérodrome et à la mission catholique. Le CICR a aussi distribué 500 jerrycans, pour permettre à des déplacés en zones rurales d'avoir également accès à de l'eau potable ;
  • construit huit latrines sur le site de déplacés proche de l'aérodrome de Ndélé et organisé des séances de sensibilisation à l’hygiène, avec des volontaires de la Croix-Rouge centrafricaine ;
  • fourni, face à la pénurie alimentaire, 150 kg de riz, 30 litres d'huile et 5  kg de sel pour préparer un repas communautaire en faveur des déplacés regroupés à la mission catholique de Ndélé ;
  • construit environ 250 m2 d'abris pour les personnes déplacées installées près de l'aérodrome de Ndélé ;
  • soutenu six équipes de secouristes dans la région de Kaga Bandoro, en leur procurant des kits d'urgence ;
  • dialogué avec toutes les parties au conflit pour les encourager à respecter la population civile et à mettre en œuvre le droit international humanitaire ;
  • travaillé au rétablissement des liens familiaux : une petite fille de trois ans a par exemple retrouvé sa famille grâce à l'appui de la Croix-Rouge centrafricaine à Kaga Bandoro, et trois combattants, dont deux blessés et un prisonnier, ont été réunis avec leur famille ;
  • collecté et distribué respectivement 39 et 23 messages Croix-Rouge, qui ont permis de rétablir le contact entre membres de familles dispersées.

Informations complémentaires :
Arnaud De Baecque, CICR Bangui, tél. : +236 75 878 179

Jean-Yves Clémenzo, CICR Genève, tél. : +41 79 217 32 17