• Envoyer
  • Imprimer

République démocratique du Congo : des civils pris en étau dans le conflit est-congolais

02-07-2012 Point sur les activités

La situation qui prévaut depuis début mai sur le plan de la sécurité dans les deux provinces du Kivu, en République démocratique du Congo, continue de se détériorer sur plusieurs fronts. Dans le territoire de Rutshuru, dans l’est du Nord-Kivu, les populations locales ont fui massivement les combats, parfois contraintes de laisser les plus faibles derrière elles. Voir ci-dessous l'interview avec Laetitia Courtois, chef de la sous-délégation du CICR au Sud-Kivu.

Dans les territoires de Walungu, Shabunda, Kalehe, Walikale et Masisi, où des groupes armés s’affrontent également, des attaques indiscriminées contre des populations civiles dans des zones difficiles d’accès retardent l’arrivée des secours.

« Ces populations qui doivent fuir des attaques d’une violence parfois extrême se trouvent dans une situation humanitaire très préoccupante. Les enfants, les personnes âgées et les femmes sont les plus durement touchés », explique Franz Rauchenstein, chef de la délégation du CICR en République démocratique du Congo. « Récemment, une femme a été conduite à l’hôpital après avoir été violée devant son enfant. En plus du viol perpétré par plusieurs hommes en armes, elle a été blessée à l’arme blanche et a subi des mutilations. Cette histoire n’est malheureusement pas unique en son genre et laisse imaginer le traumatisme que subissent ces victimes. »

Le CICR est vivement préoccupé par ces combats qui n’épargnent pas les civils, alors que ceux-ci ne participent pas aux hostilités. L’institution poursuit ses interventions auprès des différents acteurs du conflit, dans le but de promouvoir le respect de la vie et de la dignité des populations civiles.

En outre, pour que les prisonniers bénéficient de conditions de détention décentes et d’un traitement humain, le CICR poursuit ses visites dans les lieux de détention civils et militaires situés dans les deux Kivus, et il suit individuellement les personnes détenues en relation avec le conflit par les forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) ou par des groupes armés.

 

Interview de Laetitia Courtois, chef de la sous-délégation du CICR au Sud-Kivu

 

Zones enclavées par l’insécurité et l’isolement

Les régions isolées situées au cœur des zones montagneuses ou forestières sont le théâtre de violences armées récurrentes et sont très difficilement accessibles aux organisations humanitaires, y compris au CICR. Les récits des déplacés qui parviennent jusqu’aux centres urbains sont extrêmement inquiétants.
« Au delà du manque de vivres et de matériel, il ne faut pas sous-estimer les traumatismes liés à un départ précipité. La peur d’être victime d’actes de violence ou, pour les rescapés, la crainte d’une nouvelle attaque est très angoissante », précise M. Rauchenstein.

Depuis début juin, le CICR a pu organiser plusieurs missions dans des zones enclavées, afin d’y acheminer des médicaments, des pansements et des moustiquaires, évacuer des blessés et mener des campagnes de vaccination contre la rougeole, la poliomyélite et la fièvre jaune en faveur de plus de 1 700 enfants de moins de 5 ans. Des distributions de nourriture et de bâches ont aussi été effectuées, ou sont en cours, afin de soutenir les populations durant leur déplacement. À Kalonge, dans le territoire de Kalehe (Sud-Kivu), le CICR distribue actuellement des vivres en faveur de 20 000 personnes, à raison de 60 kg de nourriture par famille.

Formations auprès des groupes armés

Depuis début juin, en partenariat avec la Croix-Rouge de la République démocratique du Congo, le CICR a dispensé des formations aux premiers secours à 75 membres de groupes armés opérant dans les deux provinces du Kivu. Quatre-vingt autres membres de groupes armés ont été sensibilisés aux principes humanitaires et aux règles de base du droit international humanitaire.

Situation dans le territoire de Rutshuru

Avec l’accord des FARDC et du groupe armé « Mouvement du 23 mars » (M23), le CICR a pu, ces dernières semaines, mener son action humanitaire dans des zones en proie aux combats. Au total, 28 civils, dont des personnes âgées qui n’étaient pas parvenues à quitter des zones de bombardement, ont ainsi pu être évacués. Le CICR a également évacué 17 blessés vers l’hôpital général de Rutshuru (15 militaires et deux civils). Afin de rétablir l’accès à l’eau pour les habitants de Bunagana, il a réparé d'urgence une conduite d’eau endommagée et réhabilité une conduite d’eau approvisionnant l’hôpital de Rwanguba.

Ces dernières semaines, dans les deux Kivus, le CICR a également :

  • assuré la prise en charge médicale d’environ 300 nouveaux blessés de guerre dans les structures médicales soutenues par le CICR à Goma depuis début mai, dont une centaine de civils ; à Bukavu, il a entre-temps évacué et pris en charge plus d’une trentaine de blessés de guerre ;
  • distribué des vivres à quelque 7 500 déplacés à Loashi et Kaanja, dans le territoire de Masisi (Nord-Kivu) ; après cette distribution effectuée la semaine dernière, les équipes commenceront dès mardi à distribuer des articles ménagers essentiels à quelque 10 000 personnes déplacées à Katoye, aussi dans le Masisi, et poursuivront l'enregistrement d'autres personnes déplacées dans la zone en vue de leur fournir une assistance d'urgence ;
  • construit des latrines sur les sites de déplacés à Bunagana, Kalengera, Kinyoni, Rubare et Ntamugenga (Nord-Kivu).

Informations complémentaires :
Krista Armstrong, CICR Kinshasa, tél. : + 243 81 700 85 36
Jean-Yves Clemenzo, CICR Genève, tél. : +41 22 730 22 71 ou +41 79 217 32 17


Photos

Nord Kivu, RDC. Distribution de moustiquaires à des réfugiés rwandais. Des stocks de médicaments et de pansements  ont également été livrés à ces communautés.  

Nord Kivu, RDC. Distribution de moustiquaires à des réfugiés rwandais. Des stocks de médicaments et de pansements ont également été livrés à ces communautés. Lors de la même mission, plus de 500 enfants ont été vaccinés contre la polio, la rougeole et la fièvre jaune et ont reçu de la vitamine A et du mébéndazole pour le déparasitage.
© ICRC / H.M.Kamara

Nord Kivu, RDC. Des photos de personnes qui ont perdu contact avec leurs proches en raison du conflit sont affichées dans des lieux où vivent des déplacés pour tenter de réunir les familles séparées. 

Nord Kivu RDC. Des photos de personnes qui ont perdu contact avec leurs proches en raison du conflit sont affichées dans des lieux où vivent des déplacés pour tenter de réunir les familles séparées.
© ICRC

Nord-Kivu, RDC. Cours de premiers secours dispensés par la Croix-Rouge de la RD du Congo et le CICR à l'attention de porteurs d'armes. 

Nord-Kivu, RDC. Cours de premiers secours dispensés par la Croix-Rouge de la RDC et le CICR à l'attention de porteurs d'armes.
© ICRC / H.M.Kamara

 

Dans les Kivus, RDC. Des délégués du CICR s'entretiennent avec des combattants d'un groupe armés et leur parlent des principes de base du droit international humanitaire.
© ICRC / L. Courtois