• Envoyer
  • Imprimer

République démocratique du Congo : de plus en plus de déplacés et de blessés de guerre

27-09-2012

Plus de 10 000 déplacés sont réunis dans un camp de fortune dans le nord Kivu. Ils ne demandent qu'à retourner chez eux. Mais leur situation se déteriore et le CICR craint pour leur intégrité physique. D'autre part, le nombre de blessés de guerre a augmenté dans les Kivus, dont certains succombent, faute de soins appropriés.

"Ce que nous voulons le plus, c'est que l'on nous aide à ramener la paix chez nous pour que nous puissions rentrer nous occuper de nos champs. Nous voulons reprendre une vie normale", témoigne Emmanuel qui a fui les combats. 

Comme lui, ils sont plus de 10 000 à être rassemblés dans un camp de fortune au pied du volcan Nyiragongo à l'Ouest de la ville de Goma. L'emplacement provisoire, baptisé Magunga I, regroupe ceux qui ont fui les violences croissantes dans la province depuis plusieurs mois. 

Face à leur dénuement total, le CICR a apporté courant août des vivres comme de la farine de maïs, des haricots et l'huile ainsi que du matériel de première nécessité comme une bâche pour se protéger du froid et de la pluie, des couvertures, des nattes et un bidon pour aller chercher de l'eau. Cette action a été menée à bien grâce au concours de volontaires de la Croix-Rouge de République démocratique du Congo. 

"Les trois derniers mois ont encore été marqués par une forte insécurité dans l'Est du pays. Les conséquences sur la vie de la population des zones concernées sont considérables. Le sort des populations civiles est extrêmement préoccupant et nous demandons à tous les acteurs ayant une influence sur la situation de faire en sorte que les civils et les personnes hors de combats soient protégées et épargnées par les violences", explique Franz Rauchenstein, chef de délégation du CICR en République démocratique du Congo  (RDC). 

 

 Photo Reuters, J. Akena. Des familles fuyent les combats dans la région de Goma.


 Voir aussi :