• Envoyer
  • Imprimer

Nigéria : le CICR fait face aux multiples situations de violence

13-01-2012 Point sur les activités

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) apporte son soutien à la Croix-Rouge du Nigéria qui dispense des soins aux personnes blessées pendant la récente vague de manifestations. En 2011, le CICR a intensifié ses opérations dans les régions touchées par la violence, dans le nord du Nigéria et dans la région du delta du Niger, dans le sud du pays.

Réponse humanitaire à la grève

« Le 11 janvier, une de nos équipes est allée rejoindre les volontaires de la Croix-Rouge du Nigéria à Benin City, dans l'État d'Edo, afin de les aider à soigner et à évacuer les nombreuses personnes blessées pendant les manifestations, a expliqué Mamadou Sow, chef adjoint de la délégation du CICR au Nigéria. La grève et les tensions communautaires ont aussi entrainé le déplacement temporaire de plus de 4 000 personnes. La plupart ont maintenant commencé à rentrer chez elles. »

Comme dans beaucoup d'endroits, la difficile situation qui règne à Benin City est due à la grève générale à laquelle les syndicats ont appelé le 9 janvier pour protester contre la suppression des subventions sur le carburant. Ces derniers jours, le CICR a également fourni à la Croix-Rouge du Nigéria des assortiments de pansements et d'autre matériel destiné aux premiers secours, pour ses interventions dans les États de Kano, Yobe, Borno, Gombe et Adamawa. « Les déplacements restent difficiles, mais nous faisons tout notre possible pour nous rendre dans les zones les plus touchées », ajoute Mamadou Sow.

Dans tout le pays, les volontaires de la Croix-Rouge du Nigéria qui sont intervenus depuis le début de la grève ont dispensé les premiers soins à plus de 600 personnes. Pour la plupart, les personnes les plus grièvement blessées ont été transférées vers des installations médicales proches. Dans les hôpitaux en manque de personnel du fait de la grève, en particulier à Kano, des volontaires ont travaillé comme agents de santé.

Aide aux victimes des violences intercommunautaires

Les États du nord ainsi que d'autres régions du pays ont récemment été le théâtre de bombardements, d'affrontements armés entre le groupe Boko Haram et les forces de sécurité et de violences intercommunautaires. Les premières victimes de la violence ont principalement été des civils.

Fin décembre 2011 et début janvier de cette année, le CICR a apporté son soutien à plusieurs hôpitaux et établissements médicaux dans les États de Bauchi, Borno, Plateau et Yobe, ainsi que dans le Territoire fédéral de la capitale. Des fournitures médicales, incluant des pansements et du liquide pour perfusions dont ces établissements avaient un besoin urgent, ont été livrées là où les blessés étaient les plus nombreux.

Fin novembre 2011, à Barkin Lardi, dans l'État de Plateau, le CICR et la Croix-Rouge du Nigéria ont fourni une assistance directe à plus de 300 victimes d'affrontements intercommunautaires. Ils leur ont distribué de la nourriture et d'autres articles de première nécessité, et leur ont prodigué des soins d'urgence.

Formation aux premiers secours

La Croix-Rouge du Nigéria est présente dans tout le pays. Son implantation lui permet d'intervenir rapidement afin de secourir les personnes blessées dans des situations de violence.

En 2011, le CICR a permis à 600 volontaires de la Croix-Rouge du Nigéria provenant de huit États particulièrement touchés par la violence de recevoir une formation aux premiers soins. Il y a contribué en apportant une aide technique, financière et matérielle. Plusieurs sections de la Croix-Rouge du Nigéria ont reçu des équipements radio, des véhicules et des vêtements de protection. Elles ont aussi reçu des sacs mortuaires pour la prise en charge adéquate des dépouilles. Au cours de l'année 2011, des volontaires de la Croix-Rouge du Nigéria ont dispensé les premiers soins à plus de 700 personnes blessées lors des affrontements ethno-religieux et politiques. Une formation aux premiers secours a par ailleurs été donnée à près de 1 900 personnes de 62 communautés situées dans des zones où sévit la violence.

Le CICR a également considéré que les compétences chirurgicales devaient être améliorées. Un séminaire de formation va donc avoir lieu vers la fin du mois de janvier.

Aide aux personnes déplacées en 2011

« Plusieurs épisodes violents, comme ceux qui ont eu lieu après les élections présidentielles d'avril 2011, ont obligé les gens à partir temporairement de chez eux, explique Mamadou Sow. Les déplacés ont avant tout besoin d’eau et de nourriture. Avec la Croix-Rouge du Nigéria, nous avons pu les approvisionner rapidement. »

En 2011, à Kano, Kaduna et Bauchi, cette aide a bénéficié à plus de 25 000 personnes qui avaient fui les violences post-électorales et intercommunautaires.

Immunisation des communautés reculées dans le delta du Niger

En collaboration avec le ministère de la Santé de l'État de Rivers, le CICR conduit une campagne d'immunisation et dispense d'autres soins de santé à des personnes vivant dans des villages reculés dans les criques du delta du Niger, dans le sud du Nigéria.

« Ces communautés, qui ont été touchées par la violence armée dans le passé, ne sont accessibles que par bateau, précise Mamadou Sow. Elles sont particulièrement exposées aux maladies de la peau, au paludisme, aux infections respiratoires et aux maladies hydriques. Malgré cela, elles souffrent d'une grande pénurie de soins de santé.

En 2011, les équipes médicales ont pu accéder à 7 000 personnes de 40 communautés. Elles ont vacciné les enfants de moins de deux ans et les femmes en âge de procréer. Des suppléments de vitamine A ont aussi été fournis.

Promotion des règles humanitaires

Les efforts visant à promouvoir le droit international humanitaire (DIH) auprès des forces armées nigérianes se sont poursuivis en 2011 : plus de 550 officiers et 700 militaires d'autres grades ont participé à différents séminaires tout au long de l'année.

Le dialogue engagé avec de hauts fonctionnaires de la police sur la façon dont les personnes arrêtées en relation avec la violence sont traitées se poursuit. Des séances d'information ont été organisées auprès de plusieurs unités de police sur les règles du droit international des droits de l'homme applicables. Une formation de trois jours a ainsi été dispensée à 18 instructeurs de la police mobile à Maiduguri.

Le CICR a continué de travailler avec les autorités nigérianes à l'incorporation du DIH dans la législation interne. En outre, 2 500 étudiants au total ont assisté à des présentations et séminaires organisés dans neuf universités. Douze étudiants ont aussi été aidés dans leur travail de thèse sur le DIH.

Diplomatie humanitaire auprès de la CEDEAO

Le CICR a été en contact étroit avec la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et a régulièrement échangé des informations sur des questions humanitaires d'intérêt commun concernant toute la région occidentale de l'Afrique. Le CICR a également participé en tant qu'observateur au sommet des chefs d'États et de gouvernements qui s'est tenu à Abuja en mars 2011.

Informations complémentaires :
Rafiullah Qureshi, CICR Abuja, tél. : +234 22 730 96 13 ou +234 79 217 41 68
Steven Anderson, CICR Genève, tél. : +41 22 730 20 11 ou +41 79 217 92 50


Photos

Bauchi, Nigéria. Un délégué du CICR et un volontaire de la Croix-Rouge du Nigéria parlent avec des personnes déplacées par les violences intercommunautaires. 

Bauchi, Nigéria. Un délégué du CICR et un volontaire de la Croix-Rouge du Nigéria parlent avec des personnes déplacées par les violences intercommunautaires.
© NRCS

Kano, Nigéria. Des volontaires de la Croix-Rouge du Nigéria s'entraînent à donner les premiers secours. 

Kano, Nigéria. Des volontaires de la Croix-Rouge du Nigéria s'entraînent à donner les premiers secours.
© ICRC / B. Heger / ng-e-00175

Barkin Lardi, État du Plateau, Nigéria, novembre 2011. Le CICR et la Société nationale distribuent des secours aux personnes touchées par les violences intercommunautaires. 

Barkin Lardi, État du Plateau, Nigéria, novembre 2011. Le CICR et la Société nationale distribuent des secours aux personnes touchées par les violences intercommunautaires.
© NRCS

Namasibiri, Delta du Niger, Nigéria, novembre 2011. Une petite fille est vaccinée dans un dispensaire du CICR installé provisoirement. 

Namasibiri, Delta du Niger, Nigéria, novembre 2011. Une petite fille est vaccinée dans un dispensaire du CICR installé provisoirement.
© ICRC

Bauchi, Nigéria, avril 2011. Une équipe de collaborateurs du CICR et de volontaires de la Croix-Rouge du Nigéria déploie des réservoirs souples destinés à approvisionner en eau les personnes déplacées à la suite des violences intercommunautaires. 

Bauchi, Nigéria, avril 2011. Une équipe de collaborateurs du CICR et de volontaires de la Croix-Rouge du Nigéria déploie des réservoirs souples destinés à approvisionner en eau les personnes déplacées à la suite des violences intercommunautaires.
© NRCS

Nigéria, novembre 2011. Un collaborateur local du CICR explique les règles fondamentales du droit international humanitaire à des membres de l'armée nigériane. 

Nigéria, novembre 2011. Un collaborateur local du CICR explique les règles fondamentales du droit international humanitaire à des membres de l'armée nigériane.
© ICRC