• Envoyer
  • Imprimer

Nigéria : une équipe chirurgicale est envoyée dans des hôpitaux du nord du pays

02-07-2012 Point sur les activités

Le CICR soutient un certain nombre d'hôpitaux où des blessés ont été conduits à la suite des violences récentes. Il a ouvert un bureau à Jos et renforce ses opérations dans les régions du nord du Nigéria exposées à la violence.

« Le 17 juin, de nombreux bombardements et les représailles qui ont suivi ont fait des dizaines de victimes à Kaduna et à Zaria, raconte Zoran Jovanovic, chef de la délégation du CICR au Nigéria. Notre nouvelle équipe chirurgicale a été envoyée pour aider le personnel médical local de l'hôpital St-Gerard, à Kaduna, à soigner les patients. » Les attaques ont également provoqué le déplacement de centaines de personnes vers des secteurs plus sûrs de la ville de Kaduna.

Selon les termes de l'accord sur le point d'être conclu avec le ministère de la Santé, l'équipe chirurgicale du CICR est prête à être envoyée n'importe où dans le pays pour venir en aide aux hôpitaux confrontés à un afflux massif de victimes.

« Le personnel médical qui traite les patients blessés par l'explosion d'une bombe ou par balle a besoin d'une formation spéciale, déclare M. Jovanovic. Nous avons convenu avec les autorités que notre équipe chirurgicale proposerait une formation sur le terrain sur la prise en charge des patients blessés par arme. Les évaluations menées par le CICR dans près de 60 structures de santé et l'atelier auquel ont participé 35 chirurgiens nigérians ont démontré qu'une telle formation avait un effet positif réel pour les patients. »

Le CICR surveille la situation en permanence depuis les importants épisodes de violence survenus dans les États de Borno, Bauchi, Kaduna, Kano, Yobe, du Plateau et à Abuja, la capitale. Dans la première moitié de cette année, l'institution a fourni à plus de 15 hôpitaux du matériel médical dont ils avaient besoin d'urgence, notamment des fournitures pour les pansements et des solutions intraveineuses dans les établissements accueillant de nombreuses victimes.

Aide aux victimes des violences intercommunautaires

La violence entre communautés d'agriculteurs et communautés nomades – une réalité depuis des décennies au Nigéria – a coûté la vie à de nombreuses personnes même si elle est souvent sous-estimée. Depuis le bureau qu'il a ouvert récemment dans la ville de Jos, le CICR est intervenu rapidement quand des affrontements ont éclaté entre ces différentes communautés dans les États du Plateau et de Bauchi. Au mois d'avril, le CICR et la Croix-Rouge du Nigéria ont apporté des vivres et d'autres articles de première nécessité indispensables à plus de 3 600 personnes touchées par les effets de ces affrontements.

À la suite des bombardements du 17 juin et des violentes représailles qui ont suivi, le CICR a collaboré avec la Croix-Rouge du Nigéria afin de distribuer des vivres et d'autres articles de première nécessité à 1 100 personnes déplacées à Kaduna.

Meilleur accès aux services de santé pour les communautés du delta du Niger

En collaboration avec le ministère de la Santé de l'État de Rivers, le CICR a mené une campagne de vaccination et dispensé d'autres soins de santé aux habitants de villages reculés dans les criques du delta du Niger, dans le sud du Nigéria.

Ces communautés, déjà touchées par la violence armée dans le passé, ne peuvent être atteintes que par bateau et sont particulièrement exposées au paludisme, aux infections respiratoires, aux affections cutanées et aux maladies transmises par l'eau.

Depuis le début de l'année, les communautés de certaines zones isolées de l'État de Rivers sont mieux à même de bénéficier de soins de santé primaires. À ce jour, plus de 3 500 habitants de 20 communautés ont été vaccinés contre la polio et le tétanos et ont reçu des suppléments de vitamine A, des comprimés contre les vers et des moustiquaires.

L'accès à l'eau potable pouvant également représenter un problème important pour les habitants de ces régions, le CICR a construit quatre puits de surface dont peuvent profiter quelque 1 200 personnes.

Formation aux premiers secours

Des volontaires de la Croix-Rouge du Nigéria sont présents dans l'ensemble du pays et sont souvent les premiers à avoir accès aux personnes blessées dans les affrontements, à les soigner et les transporter. Dans les dix États dans lesquels il mène actuellement des activités, le CICR a aidé à renforcer le réseau national de la Croix-Rouge du Nigéria, constitué de plus de 100 équipes d'intervention d'urgence.

Avec le soutien du CICR, la Croix-Rouge du Nigéria a par ailleurs étendu ses activités de premiers secours au sein des communautés. Plus de 700 membres de 27 communautés dans des régions touchées par la violence ont été formés durant la première moitié de l'année 2012. Les capacités qu'ils acquièrent peuvent sauver la vie de victimes d'actes de violence, d'accidents de la route et d'autres incidents graves.

Promotion des règles humanitaires

Cette année, le CICR a organisé des séances d'information et des ateliers sur le droit international humanitaire et les autres règles régissant le recours à la force, à l'intention de plus de 800 officiers des forces armées nigérianes et d'autres unités participant à des opérations de sécurité au sein du pays, comme la force militaire spéciale de l'État du Plateau. Dans le delta du Niger, des séances d'information similaires ont été organisées pour des unités de la force militaire conjointe, accompagnées d'une formation aux premiers secours. En outre, à la demande du National Defence College, le CICR a tenu un séminaire sur la protection de la population civile auquel ont participé 120 officiers supérieurs.

Le dialogue avec les officiers supérieurs de la police s'est concentré sur le traitement des personnes arrêtées en lien avec la violence. Des séances d'informations ad hoc ont été organisées pour 150 officiers de police à Jos et à Port Harcourt. Le CICR s'est aussi attaché à améliorer les conditions de vie des détenus dans le centre de détention de la police de Jos : il a modernisé le système d'approvisionnement en eau, rénové complètement les installations sanitaires et amélioré l'éclairage et la ventilation des cellules.

Le CICR a également continué à promouvoir la mise en œuvre du doit international humanitaire par les autorités nigérianes et l'enseignement de cette branche du droit dans 20 universités.

Diplomatie humanitaire auprès de la CEDEAO

Le CICR est resté en contact étroit avec la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), avec laquelle il entretient un dialogue régulier sur des questions humanitaires d'intérêt commun dans l'ensemble de l'Afrique de l'Ouest.

En février, lors d'un séminaire annuel à Abuja, le CICR a discuté avec 14 États membres de la CEDEAO des mesures à prendre pour mieux mettre en œuvre le droit international humanitaire. En avril, l'institution a également organisé une table ronde réunissant les États membres de la CEDEAO. L'objectif était de les aider à adopter une position commune solide en vue des futures négociations relatives au traité sur le commerce des armes.

Informations complémentaires :
Rafiullah Qureshi, CICR Abuja, tél. : +234 9 461 96 13 ou +234 703 595 41 68
Steven Anderson, CICR Genève, tél. : +41 22 730 20 11 ou +41 79 536 92 50


Photos

Ville de Jos, dans l'État du Plateau, Nigéria, mai 2012. Des membres de la communauté suivent un cours de premiers secours donné par la Croix-Rouge du Nigéria.  

Ville de Jos, dans l'État du Plateau, Nigéria, mai 2012. Des membres de la communauté suivent un cours de premiers secours donné par la Croix-Rouge du Nigéria.
© CICR / H. Murdock

Kaduna, Nigéria, juin 2012. Les volontaires de la Croix-Rouge du Nigéria distribuent de l'assistance aux victimes de représailles. 

Kaduna, Nigéria, juin 2012. Les volontaires de la Croix-Rouge du Nigéria distribuent de l'assistance aux victimes de représailles.
© CICR / J. Unger

Riyum, dans l'État du Plateau, Nigéria, mai 2012. Le  CICR distribue de l'assistance aux victimes de la violence inter communautaire. 

Riyum, dans l'État du Plateau, Nigéria, mai 2012. Le CICR distribue de l'assistance aux victimes de la violence inter communautaire.
© CICR / J. Unger

Barkin Lardi, dans l'Etat du Plateau, Nigéria, avril 2012. Les troupes de la force d’intervention spéciale assistent à une séance sur les règles du droit applicables lors des opérations de sécurité intérieure. 

Barkin Lardi, dans l'Etat du Plateau, Nigéria, avril 2012. Les troupes de la force d’intervention spéciale assistent à une séance sur les règles du droit applicables lors des opérations de sécurité intérieure.
© CICR / R. Qureshi

Cette photo (prise dans un autre pays d'Afrique) montre une équipe chirurgicale du CICR, similaire à celle qui soutient actuellement les médecins nigérians à Kaduna. 

Cette photo (prise dans un autre pays d'Afrique) montre une équipe chirurgicale du CICR, similaire à celle qui soutient actuellement les médecins nigérians à Kaduna.
© CICR