• Envoyer
  • Imprimer

Israël et les territoires occupés : un an de plus sans changement

06-02-2012 Point sur les activités

Le CICR continue de suivre les conséquences humanitaires des politiques et pratiques israéliennes dans les territoires occupés, et fait confidentiellement part de ses conclusions aux autorités compétentes. Le point sur les activités menées par le CICR en Israël et dans les territoires occupés en 2011.

Le bouclage de Gaza, qui entre maintenant dans sa cinquième année, continue d’entraver tous les aspects du quotidien dans l’enclave côtière et balaie tout espoir de relèvement économique, malgré certaines concessions octroyées par les autorités israéliennes. La longueur des procédures d’autorisation et la sévérité des contrôles de sécurité imposés pour sortir de Gaza, que ce soit à des fins de traitement, d’éducation ou de formation, sont toujours particulièrement préoccupantes.

Dans le même temps, des attaques indiscriminées à la roquette continuent d’être lancées depuis la bande de Gaza dans des zones civiles d’Israël, où la population vit dans la crainte constante de nouveaux tirs.

La poursuite de la construction de colonies israéliennes en Cisjordanie et à Jérusalem-Est a empêché de nombreux nouveaux agriculteurs palestiniens d’accéder à leurs terres. Du fait de la rareté des permis de construire délivrés, bon nombre de Palestiniens vivant dans les zones sous contrôle israélien font bâtir des maisons sans autorisation, avec le risque de voir leur foyer détruit. Le CICR a documenté plusieurs cas de propriétés palestiniennes détruites et d’oliviers déracinés.

En 2011, les structures médicales de Gaza ont fonctionné tant bien que mal en dépit des pénuries récurrentes de médicaments et d’articles à usage unique et du manque de source fiable d’électricité et de combustible. La récente crise financière et la coopération insuffisante entre le ministère de la Santé à Ramallah et les autorités à Gaza ont entravé l’approvisionnement en médicaments et articles médicaux à usage unique.

À Gaza comme en Cisjordanie, le CICR a mené des projets eau et assainissement, a fourni un soutien économique aux plus vulnérables. L'organisation a également visité des détenus, parmi lesquels des migrants. 

Soutien aux services de santé de Gaza

En moyenne, 20 à 30 % des médicaments et articles médicaux essentiels étaient en rupture de stock à Gaza en 2011. Les services de base ont pu être assurés même si des patients ont dû être transférés à l’étranger en raison des pénuries chroniques. À titre d’exemple, un patient atteint d’un cancer ne pourra bénéficier à Gaza que de la moitié des médicaments nécessaires aux protocoles de chimiothérapie.

« Le CICR continuera à apporter un soutien au ministère de la Santé, mais un pipeline doit être installé », déclare Kirrily Clarke, un responsable des programmes relatifs à la santé à Gaza. « Il est inacceptable de mettre la vie des patients en danger. »

En 2011, l’absence d’approvisionnement fiable en carburant a provoqué chaque jour des pannes de courant de huit heures en moyenne, forçant les hôpitaux à utiliser des générateurs de secours et à se tourner vers des donateurs locaux pour obtenir du carburant.

Le CICR a fourni du matériel, ainsi qu’une aide à la formation, au centre d’appareillage orthopédique et de prise en charge de la poliomyélite, ce qui a permis à ce dernier de proposer des prothèses mieux adaptées. L’institution a aussi mené d’importants travaux de rénovation du centre.

Visites aux détenus et maintien des liens familiaux

En 2011, le CICR a visité régulièrement des lieux de détention en Israël et dans les territoires occupés pour y suivre les conditions de vie des détenus et le traitement qui leur est réservé. Dans les lieux de détention israéliens, l’institution a suivi la situation générale de quelque 8 000 détenus palestiniens, en particulier les détenus soumis à des interrogatoires, les détenus placés en isolement prolongé et les mineurs. L’institution a aussi suivi la situation d’environ 2 500 migrants détenus en Israël. En outre, elle a fourni des documents de voyage à trois migrants africains et a aidé 40 autres migrants à obtenir des documents d’identité afin de faciliter leur libération.

Depuis 2007, Israël empêche les Gazaouis de rendre visite à leurs proches détenus dans des prisons israéliennes. Le CICR a fait part publiquement et directement aux autorités israéliennes de sa préoccupation à ce sujet.

En 2011, en de rares occasions, le CICR est parvenu à faire les démarches nécessaires pour que des personnes âgées de Jordanie ou de Jérusalem, ou des enfants handicapés originaires de Gaza, puissent être réunis avec leur famille à Gaza.

En sa qualité d’intermédiaire neutre, le CICR a pris des dispositions pour que 170 étudiants, environ 530 pèlerins druzes et quelques autres personnes du Golan occupé bénéficiant d’un traitement particulier pour des raisons humanitaires puissent traverser la zone démilitarisée sous le contrôle de l’Organisation des Nations Unies afin de se rendre à Damas et d’en revenir.

Promotion de la sécurité économique à Gaza et en Cisjordanie

En Cisjordanie, le CICR s’emploie à améliorer l’accès de milliers de personnes à leurs terres situées à proximité de colonies ou de la barrière de Cisjordanie.

Outre les restrictions de mouvements qui leur sont imposées, les Palestiniens ont subi des pertes économiques liées à la violence des colons. Certains ont même été grièvement blessés ou ont perdu la vie à cause de cette violence. En 2011, le CICR a continué d’exprimer sa préoccupation et a fait part de ses conclusions aux autorités de façon bilatérale et confidentielle.

En coopération avec le ministère de l’Agriculture, le CICR a soutenu une campagne de vaccination du bétail visant à préserver les moyens de subsistance des communautés d’éleveurs du sud du district d’Hébron en améliorant la santé de leurs animaux. Plus de 250 000 têtes de bétail appartenant à quelque 5 500 foyers ont ainsi été vaccinées contre des maladies endémiques.

Le CICR a également participé à diverses autres activités de promotion de la sécurité économique. Il a lutté contre une invasion d’insectes touchant la production de tomates. Les filets endommagés de 190 serres ont été réparés, et une centaine d’agriculteurs ont reçu des plants de tomate, des fils et des filets. De plus, des semences et des semis ont été mis à la disposition des agriculteurs, et les vergers ont été taillés et désherbés.

Approvisionnement en eau et assainissement

Des centaines de milliers d’habitants de la ville de Gaza, de Rafah, de Khan Yunis, de Beit Hanoun, de Jabalia et des zones environnantes ont bénéficié de la modernisation d’usines de traitement des eaux usées, de la construction de réseaux d’égouts et d’évacuation des eaux pluviales et de la rénovation de stations de pompage réalisées par le CICR en partenariat avec les services des eaux locaux. Le CICR a également modernisé les blanchisseries et les systèmes d’approvisionnement en eau et en électricité de huit hôpitaux, auxquels il a en outre fourni des pièces de rechange.

En Cisjordanie, à Naplouse et à Hébron, l’institution a achevé des projets visant à améliorer l’approvisionnement en eau de plus de 87 000 personnes.

Collaboration avec le Croissant-Rouge palestinien et le Magen David Adom d’Israël

Le CICR et la Croix-Rouge de Norvège ont fourni un soutien financier et technique aux services médicaux d’urgence du Croissant-Rouge palestinien. Le CICR a aussi aidé à créer un poste d’ambulances du Croissant-Rouge palestinien plus que nécessaire dans la zone d’Hébron soumise aux restrictions, ce qui a permis une expansion des services. Le Croissant-Rouge palestinien a par ailleurs ouvert quatre salles de contrôle des opérations d’urgence à titre de mesure de préparation aux catastrophes.

Le CICR a soutenu le tout premier exercice de simulation d’un tremblement de terre réalisé conjointement par le Magen David Adom d’Israël et le Croissant-Rouge jordanien.

L’institution a aussi apporté un soutien à des séances d’information sur les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et sur le droit international humanitaire auxquelles ont assisté 2 850 employés et volontaires du Magen David Adom, et à des cours de recyclage dispensés à 30 formateurs.

Promotion du respect du droit international humanitaire

Dans ses efforts visant à renforcer le respect du droit international humanitaire et la protection des civils dans les conflits, le CICR a poursuivi le dialogue confidentiel sur la conduite des hostilités qu’il a initié avec les autorités israéliennes à la suite de l’opération militaire lancée à Gaza entre décembre 2008 et janvier 2009.

En 2011, le CICR a organisé 75 séances d’information sur le droit international humanitaire ainsi que sur ses activités à l’intention de 1 600 participants issus des Forces de défense israéliennes ou des services pénitentiaires ou des forces de police du pays. Le CICR a co-organisé des conférences avec l’Université hébraïque de Jérusalem sur la mise en œuvre du droit international humanitaire à l’ère de la technologie, ainsi qu’avec l’Institut des études sur la sécurité nationale sur les défis de la guerre dans les zones densément peuplées. Ces deux conférences ont inclus des séances pour les journalistes et la société civile. De plus, le CICR a tenu un concours de plaidoirie sur le droit international humanitaire, auquel six équipes constituées d’étudiants des universités israéliennes ont participé.

Conjointement avec l’Association israélienne pour les droits civils, le CICR a organisé une formation de six jours sur le droit international humanitaire à l’intention de 30 avocats aux parcours divers.

En Cisjordanie, le CICR a organisé 60 présentations suivies par plus de 1 400 officiers de police sur son rôle et son mandat, ainsi que sur le respect des règles des droits de l’homme applicables au maintien de l’ordre. Dans la bande de Gaza, il a tenu 22 ateliers sur des sujets similaires, auxquels ont participé près de 900 Palestiniens appartenant aux services de sécurité civile et aux forces de police.


Photos

Centre des membres artificiels et de la poliomyélite de Gaza.  

Centre des membres artificiels et de la poliomyélite de Gaza. La jambe d'Ahmed Khalil Obaid a été amputée au-dessus du genou à la suite d'une blessure causée par un drone.
© ICRC / I. El Baba / il-e-02467

Rafah, bande de Gaza. Station de traitement des eaux usées  

Rafah, bande de Gaza. Cette station de traitement des eaux usées dessert 180 000 personnes. Une technologie innovante de réduction de la contamination rend les eaux usées suffisamment propres pour être utilisées pour l'irrigation des terres.
© CICR / I. El Baba

En 2011, en collaboration avec le ministère de l'Agriculture, le CICR a soutenu un programme de vaccination de 25 0000 animaux. Ce bétail appartient à plus de 5 500 éleveurs de la vallée du Jourdain et des environs éprouvés par les restrictions d'accès à leurs terres.  

En 2011, en collaboration avec le ministère de l'Agriculture, le CICR a soutenu un programme de vaccination de 25 0000 animaux. Ce bétail appartient à plus de 5 500 éleveurs de la vallée du Jourdain et des environs éprouvés par les restrictions d'accès à leurs terres.
© ICRC / A. Romenzi / il-e-02469

Jabaliya, dans la bande de Gaza. Lara, 14 ans, et Ahmed, 11 ans. Deux fois par an, le CICR permet aux enfants malvoyants de Gaza, pensionnaires d'écoles situées en Cisjordanie, de rentrer à la maison. 

Jabaliya, dans la bande de Gaza. Lara, 14 ans, et Ahmed, 11 ans. Deux fois par an, le CICR permet aux enfants malvoyants de Gaza, pensionnaires d'écoles situées en Cisjordanie, de rentrer à la maison.
© CICR / il-e-02468

Projet conjoint du CICR et du Croissant-Rouge palestinien pour l'amélioration des installations de l'école bédouine de Al-Kaabneh, à Al Morajat dans la vallée du Jourdain.  

Projet conjoint du CICR et du Croissant-Rouge palestinien pour l'amélioration des installations de l'école bédouine de Al-Kaabneh, à Al Morajat dans la vallée du Jourdain.
© CICR / B. Al Mohor

Les gagnants du cinquième concours de droit international humanitaire en Israël. Ces étudiants représenteront Israël au concours de droit international humanitaire Jean-Pictet en en Afrique du Sud. 

Les gagnants du cinquième concours de droit international humanitaire en Israël. Ces étudiants représenteront Israël au concours de droit international humanitaire Jean-Pictet en en Afrique du Sud.
© CICR